Le chagrin dû à la perte d'un proche

Le plus difficile, c’est de laisser partir un proche.
On ne sait pas, quand on le laisse partir, qu'il peut alors faire ce qui est nécessaire pour lui,
dans sa nouvelle situation et que quand il a fini de le faire,
il peut revenir pour échanger avec nous.

On peut ne pas y croire. Mais combien de fois ai-je entendu des personnes qui ne croient à rien après la vie dire de leur proche, lors de son enterrement :
« C’est comme s’il m’avait dit… » telle ou telle chose.
Comment peut-on ainsi dire qu’on ne croit à rien et laisser la parole du disparu réapparaître, surgir de soi, sans remettre en question ses certitudes ?

Si vous voulez ouvrir les yeux, et travailler votre sensibilité,
je vous expliquerai comment faire pour que vous puissiez probablement un jour
parler avec votre proche disparu.
Sans mon secours et sans besoin de quoi que ce soit d'autre que votre esprit.