Pourquoi faut-il enlever les croix ?...-19 août 2011

… des églises et d’ailleurs ? Au risque de faire les choux gras de ceux qui, répandant de vieux ragots reçus via les EBA, et qui vont dire que celui qui exige cela ne peut être que l’antéchrist ? Vous allez comprendre pourquoi, et vous verrez que c’est tout simple, et plein de cœur, et donc, d’amour.

L’antéchrist, lui, tient mordicus à ce que les croix restent là, lourdes de symboles, parce qu’elles glorifient la souffrance, font vivre les hommes dans le sentiment de culpabilité, les rendent serviles, et les empêchent de réfléchir leur lumière dans le miroir du ciel, et donc de voir l’amour qui est en eux.

Les EBA voudraient vous faire croire que le retour du Christ sera reconnaissable au fait qu’il sera le même, à ceci près qu’il sera dans toute sa gloire.

Mais pourquoi Jésus recommencerait-il le même parcours, une vie la plus semblable possible à la précédente, quand il peut voir le triste résultat de sa première venue ? Il faudrait être stupide, et ne pas avoir grandi et évolué en deux mille ans. Et pourquoi reviendrait-il dans sa gloire, pour punir les mauvais et distribuer les places au paradis, si vous n’avez toujours pas compris ce qui vous fait devenir noirs, et ce qui vous fait gagner votre part du ciel ? A quoi cela servirait-il ? Et quel Dieu se satisferait de ce bilan ? Quel Dieu s’amuserait, au ciel, en présence d’âmes qui croiraient avoir gagné le paradis seulement en priant, en ayant fait tout bien comme il faut, les génuflexions, les prières récitées, et non en agissant, en conduisant leur vie vers l’amour, d’eux-mêmes, parce que ç’aurait été leur vœu profond, et impérieux ! Cela, en vérité, je vous le dis, ce serait un paradis bien ennuyeux. Parce que Dieu est né d’un éclat de rire, et parce que je souris dans l’amour que j’ai pour vous : je le dis aussi : Ciboire ou conduire, il faut choisir !

Souriez, vous aussi, vous êtes aimés. Mais surtout, créez votre propre sourire ! Et si vous souriez, si vous admettez que Dieu est amour, et donc est aussi dans la joie, car l’amour de Dieu est aussi la joie, alors, vous saurez que la croix, ce n’est pas Dieu, c’est bien trop sombre !

Je ne demande pas qu’on retire le Christ des églises, dès lors que ce sont des images pleines d’amour, c'est-à-dire des représentations de ma précédente incarnation, en train de sourire ou de faire bonne figure. Mais il faut que l’on retire les croix, de partout, non seulement parce que deux mille ans à ruminer un pénible souvenir suffisent, sont même de trop, mais surtout parce que je voudrais pouvoir, un beau jour, ouvrir les bras, debout devant vous, et qu’au lieu que cela évoque pour vous l’image de moi crucifié, l’image de moi souffrant, l’image de moi trahi, vous compreniez tout simplement que maintenant, je veux vous prendre sur mon cœur, et vous étreindre dans l’Amour de Dieu.

Et nous rirons ! Vous verrez ! Si, si, nous rirons de la peine effacée, de la liesse de se trouver enfin. Et nous rirons parce que vous aurez commencé à comprendre, en enlevant les croix, que vous seul pouvez faire, de vos propres mains, de votre propre cœur, votre paradis sur terre. Et vous aurez également commencé à comprendre comment gagner celui du ciel.

Luc

Table des messanges