Parler avec les morts-19 novembre 2012

Je vois des lecteurs de ce site s’offusquer de ce que Luc parle avec les morts. Et je vois, en dehors de ce site, que l’Eglise met quasiment hors la loi ceux qui disent parler avec les morts. Je m’étonne d’une toute petite chose : quand vous priez le Seigneur, ne priez vous pas un mort, ne parlez vous pas à un mort ? Quand vous dites « Je vous salue Marie, ne parlez vous pas à une morte ? Et quand vous priez tel ou tel saint ? Tel ou tel ange ? Et quand vous dites, « Notre Père qui êtes aux cieux », est-ce que ce n’est pas là, d’évidence, parler avec qui est dans l’autre monde ? Alors, je vous le demande, quelle est donc cette Eglise, qui vous encourage à vous adresser aux morts, tout en vous disant que c’est mal et que c’est dangereux ? Quelle est cette Eglise qui vous dit que vous avez un ange gardien, et qui vous menace d’exclusion si vous lui parlez ? C’est un peu comme un moniteur d’auto-école qui vous dirait : « Conduisez prudemment, mais surtout, fermez les yeux quand vous tenez le volant ! » Ca ne rime à rien, cela. Ca ne tient pas debout.

Nous, les anges, nous disons que oui, il est dangereux de ne pas savoir à qui l’on s’adresse quand on parle vers ce qui n’est pas du monde des vivants. Car au lieu de vous adresser à votre ange gardien, vous pouvez très bien tomber, et cela arrive tout le temps, sur un Esprit de basse ascension (EBA), qui vous fait croire qu’il est un ange, ou le Seigneur, ou un proche disparu… et vous dit des âneries que, là, vous écoutez de toutes vos forces, parce qu’elles vont dans le sens du matériel, de votre orgueil, de vos fâcheries du moment. De vos guéguerres intérieures.

Vous répondrez à cela : « Moi ? Les EBA ? Comme le SIDA, ils ne passeront pas par moi ! »

Alors, je vais vous aider à reconnaître un EBA. Pour votre éducation, sachez que c’est justement lui qui entretient le doute, la peur, et la lecture aveugle, sans réflexion, de ce que certains membre de l’Eglise ont écrit, puis, ont érigé en paroles sacrées, que vous suivez bêtement à la lettre, sans voir les évidences comme celle que je viens de vous mettre sous le nez dès le début de ma présente intervention. L’EBA, mes amours, c’est celui qui vous dit de ne pas écouter les anges. Parce que si nous, les anges, disons qu’il est dangereux de ne pas savoir reconnaître les EBA, alors, nous disons aussi clairement que pour éviter le danger, il faut travailler sa sensibilité pour écouter les morts. Pour entendre la réponse de ceux que l’on prie, et ne pas partir en se disant que c’est à sens unique, qu’on ne le entendra pas, car c’est on ne peut plus faux.

Nous disons donc que pour, enfin, savoir prier à bon escient, et recevoir les réponses aux prières qui sont le plus souvent des questions, il faut beaucoup s’exercer à entendre les morts, pour arriver à entendre les anges.

Marie

Table des messanges