Non, ne jugez pas-28 novembre 2007

Votre jugement, c'est la première pierre parmi celles que d'autres vont lancer sur vous ensuite. Vous pensez seulement après avoir jugé, comme dans l'ouest, on pendait d'abord pour réfléchir après. Si vous êtes témoins d'un viol, d'un vol, d'une attaque, d'une femme frappée, et si vous pouvez arrêter cela, alors, arrêtez cela. Mais ne jugez point. Car, je vous le dis, vous ne savez pas pourquoi cet homme a volé, pourquoi il viole, pourquoi il frappe. Empêchez-le seulement de le faire, et aidez-le à essayer de comprendre le pourquoi de ses actes, vous lui donnerez, à terme, l'envie de réparer, ce qui est bien plus important que de nourrir la colère ou la haine en votre sein, car cela n'aura pas d'effet à part faire perdurer les souffrances en tous les cœurs concernés, et ne consolera pas les victimes, qui pourront encore moins pardonner. Si vous accusez, vous pousserez celui que vous accablez à se défendre, à soutenir même les positions les plus indéfendables, et à ne pas vouloir voir en face et dans la vérité ses actes et leurs conséquences. Ainsi, en le poussant à ne pas prendre conscience, vous éloignerez encore l'instant où il demandera pardon, ce pardon qu'attend la victime, et qui est le début de la réparation.

Jésus

Table des messanges