Ne soyez pas de futurs EBA-18 juillet 2008

Lorsque vous trépassez, votre âme veut s'élever mais parfois votre esprit, encore empreint des choses matérielles, s'obscurcit la vue et refuse de regarder au ciel, d'aller vers la lumière. C'est pourtant ce qu'a écrit votre âme : « Aller vers la lumière ». Il n'y a pas que la matière qui puisse vous empêcher de vous élever, il y a les EBA et au lieu de vous élever alors que c'est votre destinée naturelle, vous pouvez les écouter. Les EBA, à l'origine, ne sont pas tout à fait comme vous, ce sont des entités différentes, comme des êtres humains mais avec un fil en moins. Pour parler plus doctement, des entités dont la connectique n'aurait pas été branchée complètement. Les EBA voient parfaitement vos faiblesses et prennent un malin plaisir à débrancher en vous le câble positif. Vous ne faites plus alors que de la lumière noire, comme eux. Certains d'entre vous se laissent faire pendant leur vie incarnée, d'une façon durable, d'autres plus épisodiquement. Lorsque vous n'allez pas bien alors qu'a priori il n'y a pas de raisons pour cela, c'est qu'un EBA a débranché la prise. Bien sûr, je vulgarise pour que vous compreniez tous, mais en réalité c'est un peu plus complexe. Toujours sollicité(e) par les EBA, vous y répondez de temps à autre sans vous en rendre compte. Et si vous avez beaucoup succombé, les EBA, lorsque vous passez de l'autre côté, vous mettent d'autorité des lunettes noires filtrantes, qui ne laissent passer que leur lumière noire. Pour les EBA vous êtes tous de potentiels « copains de misère » :

— Tu as vu mon fardeau ?

— Ah oui, mais le mien est plus gros et regarde comme il pousse dans les tours !

Entre EBA, on se montre ses raisons d'avoir mal comme on exhibe sa voiture de sport lorsqu'on est incarné, et de fil en aiguille on tombe dans le puits, dans le réservoir d'essence des EBA qui utilisent vos peines d'amour comme carburant pour vous tirer à eux. Par conséquent même si vous n'en êtes pas un, vous pouvez devenir un EBA. Les anges sont obligés d'aller vous chercher très loin, vous savez !

Encore faut-il que vous acceptiez de retirer vos lunettes noires !

Ne soyez pas de futurs EBA, et pour y parvenir, il faut chercher la lumière en soi, avant de la chercher chez les autres, car ainsi, perdu(e) dans le noir, vous saurez toujours rebrancher le fil positif.

Marie

-----

19 juillet 2008

Réponse de Réjane, puis réponse de Marie

Bonjour Luc et Marie,

Je viens de lire « ne soyez pas de futurs EBA ».

Mais que ces EBA arrêtent de nous « parasiter » !

Nos anges gardiens ne sont-ils pas là pour nous protéger de ces parasites ?

Essayer de faire rire les EBA ??? Peut-être !!!

Leur indiquer le chemin de la lumière, sûrement !!!

Réjane

-----

Bonjour Réjane

Les anges gardiens sont là pour vous protéger ( ça dépend contre quoi, cependant, ils sont là pour ce qui est spirituel, et ne sont pas pour autant à votre service), et ils le font, mais comme vous avez votre libre arbitre, vous n'en faites, le plus souvent, qu'à votre tête, comme un enfant qui veut qu'on lui achète quelque chose dans un supermarché et qui ne voit plus rien de se qui se passe autour de lui. Vous êtes attirés par les EBA comme par le chant des sirènes, mes amours, même si le chant des sirènes n'existe pas, et si les EBA semblent ne pas exister non plus pour vous. Et nous avons beau essayer de vous en détourner, cela ne change rien, la plupart du temps. Parce qu'il faut que vous fassiez des erreurs afin de les réparer ensuite, et de ne plus les faire, parce que nous ne pouvons ni ne voulons aller dans le sens contraire du respect de votre individualité, nous n'intervenons qu'en vous donnant de l'amour et des mots, que vous ne prenez pas souvent, parce que vous ne savez pas que cela existe, ou parce que vous n'y croyez plus. Ou parce que vous ne voulez pas le savoir. Parce que vous ne croyez pas en vous. Les EBA ne peuvent cesser de vous parasiter, c'est leur façon d'exister. Comme ils ne vont pas vers le ciel, il ne leur reste que vous pour se manifester. Ils souhaitent que vous portiez tout ou partie de leur fardeau, et vous ne vous en privez pas, puisqu'on vous enseigne dès le bas âge qu'il est méritoire de souffrir. C'est donc à vous de vous protéger des EBA, lorsque vous n'écoutez pas nos conseils. Les faire rire paraît difficile, mais c'est possible à qui commence à ne plus les craindre. Il ne faut pas craindre les EBA, il ne faut pas non plus les attaquer, ni se défendre. Il faut les aimer, c'est cela, cette lumière-là, qui les fera partir. Et monter au enfin au ciel.

Les EBA feront un jour le voyage vers le Père, et recevront alors tous la part positive qui leur manque. Mais cela ne se fera que si vous participez à ce grand chantier. Déjà, beaucoup d'EBA, comme je l'ai dit, sont des âmes comme vous, en errance. Des âmes comme vous devenues EBA. Si vous leur montrez que l'amour existe en vous (c'est là qu'est d'abord le chemin de la lumière), même sur la terre, et si vous leur faites comprendre qu'il y en a juste à côté d'eux, pour eux, alors, beaucoup feront le chemin d'eux-mêmes. Les EBA primaires (primaires, dans le sens chronologique), qu’on appelle plutôt EBA natifs, ceux qui ont fait descendre les autres dans le puits, se trouveront bien seuls s’ils ne peuvent répandre leur lumière noire, car ils ne le peuvent qu'auprès de vous et de ceux qu'ils séduisent. Et cela sera le premier pas vers leur voyage à eux. Alors, l'humanité souffrira de moins en moins, chaque esprit de basse ascension qui rejoindra le Père fera s'élever tout le reste, et vous pourrez enfin avoir réellement votre libre arbitre, dans une autre forme de conscience, sereine, vous n'aurez plus tous ces tourments, et ce sera le début de quelque chose de merveilleux, d'enfin beau !

Mais l'EBA sommeille en chacun, car c'est aussi la part triste ou noire de tous. Il faut avoir de la compassion pour votre part triste, et faire grandir la part heureuse. Ainsi, vous ne serez plus la proie de quiconque. Mais pour cela, il faut que vous appreniez à réfléchir par vous-mêmes ! Cela passe par un libre arbitre qui cesserait d'être conditionné, entre autres par l'éducation religieuse, sociale, telle qu'elle est aujourd'hui, ou par des fléaux comme le marketing.

Alors, enfin, vous serez libérés de la pensée de ceux qui vous tirent vers le bas, et que vous pouvez reconnaître partout là où on vous fait croire que se trouve la lumière, alors qu'il ne s'agit que de projecteurs électriques.

Vous pourrez enfin dire « j'ai mon libre arbitre », ou « je suis libre » en connaissance de cause. Car vous n'avez pas encore de réelle expérience de ce qu'est la véritable liberté. Et vous verrez que lorsque vous l'aurez, alors, vous irez vers les autres, et vous hurlerez votre lumière dans la joie.

Marie

-----

Réjane avait posé une autre question :

Pourriez-vous m'éclairer sur cette femme qui a passé sa vie alitée, sans manger, ni boire, se battant contre les démons et revivant la passion du Christ tous les vendredis : je veux parler de Marthe Robin.

Cette personne reste une énigme pour la science.

Réjane

-----

Bonjour Réjane

Il s'agit là de l'exemple même de ce qu'il ne faut pas faire. Se laisser entraîner dans le silence par les EBA en les prenant pour « le bon Dieu », pour ériger cela ainsi que la souffrance en exemple religieux. Je n'ai jamais demandé le silence, que Marthe s'imposait en croyant que je l'imposais, ou que « le bon Dieu » l'imposait. Je n'impose rien, et « le bon Dieu » non plus.

Je vous engage plutôt à parler, à échanger, et établir des liens partout dans le monde : ainsi seulement peut grandir l'amour.

Marie

-----

C'est toute une éducation religieuse à effacer :

- Le péché originel : on veut déjà faire porter un fardeau à des petits êtres qui viennent de naître !

- Les martyrs et leurs souffrances pour se rapprocher de Dieu !

- Ces crucifix offerts aux communiants !!!

- Que nous sommes tous des pécheurs !!!

- Des phrases du style « tu fais de la peine au petit Jésus » !!! Quel enfant n'a pas entendu cela !

Parler, échanger, OUI, mais encore faut-il trouver les mots...

Réjane

-----

Oui, Réjane, c'est bien mal démarrer dans la vie que démarrer en tant que coupable, et tous coupables, avec le même couperet qui peut tomber sur chacun, soi-disant. On ne se rapproche pas de Dieu parce qu'on est un champion de la souffrance contemplative, on se rapproche de Dieu parce qu'on aime, partout autour de soi et à l'intérieur de soi.

Oui, la croix du supplice donnée aux enfants, la souffrance montrée en exemple, en chemin à suivre, c'est une grossière erreur.

Oui, vous êtes tous des pécheurs, dans le sens où vous faites des erreurs. Mais comme je vous l'ai dit, nous vous aimons encore plus pour cela, parce que nous savons qu'au fond de vous, vous percevez ces erreurs, et que quels que soient vos actes, votre âme n'a de souhait profond que de les réparer et de ne pas les refaire. Vous êtes venus sur la terre pour vous élever et vous aimer malgré vos péchés.

Hihi ! « Tu fais de la peine au petit Jésus... » C'est celui qui prononcerait cela qui risquerait d'en faire à Jésus, si ce genre de phrase trouvait encore un écho en lui.

Quant à trouver les mots, tu vois bien que tu en trouves, et que même, tu les écris pour que d'autres voient tes découvertes spirituelles. Ce sont donc là les bons mots !

Marie

Table des messanges