Messages de Coluche et Gandhi-23 mars 2008

Suite à une campagne de publicité où l'on voit leurs photos en noir et blanc, pour vanter les mérites d'une société de recrutement de personnel

-----

On m'a souvent tiré le portrait, mais là, y'a de l'abus. Qu'on profite de ma tronche pour vendre quelque chose, elle est bonne celle-là ! Les restos du cœur, voui, ça va, merci, quoique quand je vois la machine à fric que c'est devenu, merci aussi !

Eh, dites-moi, si j'étais encore là, vous croyez que j'aurais dit oui ? Qu'on peut sponsoriser Coluche ?

Y'a qu'une fois après ma mort qu'y peuvent se le permettre, ces salauds !

Franchement, ça me fait marrer. Jaune. Et vous ?

Réveillez-vous, dans vos petites maisons, et gueulez un grand coup, je suis pas d'accord, dites-le.

Coluche

-----

Je réfute la thèse selon laquelle je pourrais servir de support à une quelconque magnification d'un aspect ou l'autre de la société de consommation. Là où je suis, je me moque bien, comme mon frère Coluche, qu'on me manque de respect. Mais je crois qu'il est du devoir des humains de se rendre compte qu'on ne peut pas utiliser des images pieuses pour vendre quelque chose que ce soit. Je vous appelle donc, encore une fois, mes amis, à la résistance passive, et donc à boycotter la société qui utilise mon visage pour construire le sien. Je vous invite également à détourner le regard lorsque vous croisez cette affiche. On ne peut rien trouver de plus anachronique que cette affiche, ni de plus ridicule.

Gandhi

-----

Question :

Sais-tu si on peut contacter Coluche (ma poule !) ? Comme je l'aimais bien, je voulais savoir si l'accident de moto était prévu dans son « programme » ou si c'était vraiment imprévu.

Ca serait sympa qu'il revienne avec nous, car on ne rigole plus tellement en ce moment... D'accord avec lui pour dire que « Les Restos du Cœur » sont devenus un business, mais si ça aide beaucoup de gens, pourquoi pas ?

Cordialement,

Philippe

PS: je sais que cette question à Coluche n'est pas forcément « essenCIELle », mais elle permettra peut-être d'en savoir plus sur « l'heure programmée » de notre passage dans l'autre monde.

-----

J’ai eu la réponse de Coluche, il y a longtemps, là-dessus, et non, ce n'était pas prévu, il m'a dit en souriant qu'il s'était « fait avoir » par un EBA. Mais de toute façon, je crois qu'il serait parti tôt, et qu'il ne serait plus là aujourd'hui. Il avait autre chose à faire, et depuis le ciel, car Coluche a été, aussi étonnant que cela semble, la dernière incarnation de saint Michel. Et son rôle, maintenant, est d'agir depuis le haut. Il se réincarnera peut-être, s'il en est besoin, et cette fois, il ne se fera plus avoir.

Luc

-----

Je ne suis décidément pas au bout de mes surprises, car je n'imagine pas vraiment St-Michel faire des bras d'honneur et fumer des joints...

Philippe

-----

Je conçois ta surprise. Mais si je m’incarnais aujourd’hui, tel que je suis au ciel, je ne ferais pas du tout « recette ». Personne ne m’écouterait, surtout avec ce que j’ai à dire. Les catholiques me fuiraient à toutes jambes. Alors, qui resterait-il pour entendre un monsieur plein de douceur, avec des ailes, mais avec la vérité dans les mains et sortant de son cœur ? Quasiment personne, et surtout pas les médias. Le monde dans lequel je me suis incarné méritait des bras d’honneur, du courage, et j’ai vécu comme vous, dans les mêmes affres et tentations que vous. Pour partager vraiment votre vécu, l’intégrer à mes connaissances pratiques. L’important, c’est la lumière que je vous ai donnée, qui manque encore à beaucoup, et que vous répétez sans cesse à la radio et à la télévision. La lumière passe par tout ce qui fait du bien, et notamment par l’humour.

Si, en étant Coluche, j’avais dit « Je suis la réincarnation de Saint Michel », combien auraient taxé cela de « plus mauvais gag de la carrière de Coluche » ? Si je m’étais incarné dans n’importe quelle autre personne, m’aurait-on cru davantage ? Et si j’étais né avec mes ailes, ne m’aurait-on pas mis à l’écart, au secret, pour de tristes expériences qui n’auraient rien donné mais qui m’auraient fait taire ?

Je suis saint Michel, j’ai été bien des gens incarnés auparavant, connus et inconnus. Ce qui compte, c’est la lumière qu’on laisse sur son passage, chez une seule personne, ou pour la multitude.

C’est pourquoi, je vous le dis, le plus important n’est pas ce que j’ai été ou non, l’important, ce sont les actes d’amour, et l’important, c’est ce que vous êtes, et ce que vous allez être, Vous.

Saint Michel

Table des messanges