Marie parle aux blondes

Vous me faites sourire, parfois. Et je vais essayer de vous faire partager ce sourire, qui est bienveillant, comme tous mes sourires. Ce sont des sourires de maman pour les enfants que vous restez, quand vous êtes attendrissants ou quand vous ne comprenez pas une chose toute bête comme celle que je vais vous proposer de regarder avec un nouveau discernement, qui devrait toujours être le vôtre si vous ne voulez pas tomber dans les sempiternels pièges qu’on vous tend.

Vous manquez tellement d’Amour, tous, alors qu’il est en vous… Et vous allez le chercher ailleurs, chez des personnes qui le cherchent en vous. Mais vous ne le voyez déjà pas en vous, au point que vous êtes tout surpris quand on vous dit qu’on vous aime. Comment voulez-vous voir l’Amour dans autrui, d’ailleurs, puisque vous ne le voyez pas déjà en vous ?

Tout cela n’est qu’apparence, artifice, jeu de miroirs déformants et pseudo-valorisant. Vous envoyez des SMS parce que vous pouvez montrer de vous uniquement ce qui vous avantage et vous donne des chances de convaincre, quitte à travestir un peu la vérité. Si vous le faites pour vous, comment ne pas imaginer que vos interlocuteurs favoris le fassent aussi pour eux ?

Que reste-t-il de crédible dans l’affaire ?

Rien, ou si peu. Personne n’est fiable dans cette histoire, en fin de compte.

Alors, vous avez peur, parce que vous le sentez, et cela vous fait encore plus multiplier les faux semblants sur vous. Résultat, quand il n’y a plus rien de virtuel, quand vous êtes face à la réalité, vous ne pouvez qu’être déçus, vous sentir trompé sur la marchandise comme dans un mauvais magasin.

Cela me fait penser, et c’est là que va venir mon sourire, à ces très mauvais magasins de l’amour que sont les sites de rencontre ou les agences matrimoniales. Quand vous les utilisez, vous remplissez tout un tas de cases pour donner des critères, sans vouloir comprendre que plus vous faites cela, moins vous avez de chances de rencontrer le grand amour. Car ( et je vais parler aux garçons mais on peut inverser la situation) si vous voulez une blonde pulpeuse, et si, en quelque sorte, vous l’ « achetez » dans ces conditions, et si la blonde est bien blonde mais agit très mal avec vous, ou n’a rien de commun en réalité avec vous, vous vous serez coupé de cette petite brune qui était en face de vous, au restaurant, dans cette tablée d’amis, et que vous avez trouvée si craquante. Mais que vous n’avez pas pu aborder, parce que vous êtes déjà avec votre belle blonde. D’ailleurs, je fais un aparté. Pourquoi, à votre avis, y a-t-il tant de fausses blondes et si peu de fausses brunes ? Parce que les blondes sont plus rares ? Plus belles ? Non. Mais parce que si vous mettez tout le monde dans le noir, allumez une bougie, vous verrez d’abord les blondes, ce sont elles qui se voient le mieux. Tout simplement.

Vous ne me suivez pas sur ce chemin des brunes, des rousses, des blondes ? Vous ne souriez pas encore avec moi ? je crois que ça va pourtant venir :

Tenez, venez avec moi, dans cette discothèque, ou dans cette soirée, ou dans ce mariage, bref, dans ce haut lieu des rencontres. Et faites comme pour le site de rencontres. Prenez la ferme et indéfectible résolution suivante : « Ce soir, je ne parle qu’aux blondes ! »

Regardez-vous avec un avec un soupçon de recul, dans cette situation précise, et avec cette idée-là en tête. Qu’est-ce que vous en dites ?

Amusant, non ?

Marie.

Table des messanges