Marie donne rendez-vous

Elle souhaite que SON église soit à nouveau accessible. L'église de Marsannay-la-Côte (21) est un lieu où j'ai pu la rencontrer maintes fois, et où elle m'a même demandé de m’arrêter, à chaque fois pour me dire des choses très importantes. Cette église est souvent fermée, je n'ai pu y entrer qu'une fois. Je savais bien que c'était son église, mais c'est plus tard, quand j'ai pu y entrer, que j'ai été frappé de voir que tout le mur du fond représentait Marie, un immense portrait comme je n'en avais jamais vu dans une église. Elle se situe dans le centre du village et ne paye pas de mine, mais je sais que c’est sa maison, tout simplement parce qu’elle me l’a dit. D’aucuns diront que j’ai choisi cette église car elle est à côté de chez moi, ce n’est pas le cas, car j’en suis éloigné d’une cinquantaine de kilomètres, et ma maison est mitoyenne d’une autre église, qui n’est certes pas la maison de Marie. Si j'avais voulu choisir la facilité, je n'aurais eu qu'à franchir ma porte.

Marie souhaite qu'on puisse à nouveau y entrer, car elle pourra y faire beaucoup de bien à ceux qui viendront la rencontrer, c'est un rendez-vous qu'elle donne. Cela dit, Marie souhaite que cette église soit ouverte sous les conditions suivantes :

-----

Qu'on y vienne simplement, sans dogme, sans prier, sans prêtre, et sans nécessairement faire le signe de croix.

-----

Faire le signe de croix lui rappelle, comme à Jésus, de mauvais souvenirs :

-----

Aimeriez-vous qu'on vous rappelle sempiternellement un mauvais souvenir, et même si c'est pour s'excuser, aimeriez-vous qu'on s'excuse sempiternellement auprès de vous d'un acte qu'on n'a pas commis soi-même ? Q

u'aucune messe n'y soit dite, mais que les gens y viennent avec leur cœur, sans réciter de prière. Le cœur des gens suffit à appeler les anges.

-----

Et elle ajoute que si moi, je peux l'entendre, c'est parce que je lui parle avec le cœur, sans réciter de prière, et que si les gens veulent aussi l'entendre, ou ressentir sa lumière, c'est ainsi et uniquement ainsi qu'elle nous demande de venir.

Ceux qui auront envie de s'agenouiller sous la lumière pourront le faire, ce n'est pas obligatoire, et c'est le seul geste commun que Marie pourra recevoir. Mais

-----

S'il est fait de manière veule ou fausse, si les gens s'agenouillent parce qu'ils pensent devoir s'humilier, et non par amour simple, ils ne seront pas entendus.

Cela n'est pas un rite, et si vous ne ressentez pas l'évidence de le faire, ne le faites pas pour faire comme tout le monde ou pour obéir.

On s'agenouille devant ce qui nous éblouit par sa force spirituelle, non pour suivre une méthodologie ni pour attendre quelque chose en retour.

Vous agenouilleriez-vous tous les jours devant votre maman ? Elle ne le comprendrait pas.

Nous, esprits anges, n'avons que faire des blablas et des salamalecs. Nous vous aimons et vous attendons tels que vous êtes, c'est tout.

Marie

-----

Marie n'entendra « que les prières du cœur », ne répondra « qu'à celles-là », et quittera cette église comme elle l'a déjà fait pour d'autres lieux si on fait de sa maison sur terre « une récupération religieuse conventionnelle, quelle qu'elle soit. »

-----

J'accueillerai chez moi les âmes simples, à l'antipode des préceptes connus dans le dogme, et les réconforterai si elles se tiennent à ce que j'ai demandé, c'est-à-dire si elles me parlent naturellement, comme à une amie très proche.

L’église élue pourra seulement recevoir des fleurs de vos jardins, non des fleurs achetées, et encore une fois, ce n'est pas un rite, vous ne devez pas venir automatiquement avec des fleurs. Si vous venez sans fleurs mais avec votre cœur, ce sera la même chose. Si vous n'avez pas de jardin, emportez votre cœur, il suffira largement. Mais si vous avez une rose dans votre jardin, apportez-la moi si vous le souhaitez, j'aime les roses comme vous aimez votre parfum préféré.

Il est un ange au paradis qui s'appelle Georges Brassens, et qui a chanté une chanson que nous aimons beaucoup ici, à laquelle nous adhérons, et qui nous fait rire. Elle s'intitule : Tempête dans un bénitier.

La chanson dit :

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent

Tous ces fichus calotins

Sans le latin, sans le latin,

La messe nous emmerde,

Le vin du sacré calice

Se change en eau de boudin

Sans le latin, sans le latin,

La messe nous emmerde

O très sainte Marie mère de

Dieu dites à ces putains

De moines qu'ils nous emmerdent sans le latin.

-----

Evidemment, Marie, faut-il le dire, ne demande pas le retour de la messe en latin, mais adhère à cette chanson, qui se moque de ceux qui font du déroulement des cérémonies un point primordial.

-----

Il n'est pas interdit de rire au paradis, ni dans une église. C'est même recommandé.

-----

Marie dit aussi qu’elle ne souhaite évidemment

Pas de luttes, de bagarres, de combats.

Pour que cette église soit sa maison,

On n’en interdira l’entrée à personne, prêtres ou non, et on ne cherchera pas à imposer quoi que ce soit par la force, mais par la persuasion de l’amour, par l’exemple.

Comme avec Gandhi, toute violence sera interdite, même dans les mots.

Cela n’empêchera pas de parler et de montrer l’exemple, en ne rendant pas les coups s’il en pleut, en ne renvoyant pas les injures s’il en pourrit du plafond.

-----

Marie, dans les moments où l’église ne sera plus sa maison, c’est-à-dire si on essaie d’en faire l’ancien usage et si on y accomplit le dogme, nous recevra en dehors.

Si cette église lui est refusée par la religion telle qu’elle est, Marie en partira, mais elle ne partira pas de nos cœurs, et nous donnera d’autres rendez vous, dans nos maisons et dans d’autres églises.

-----

Il faut réapprendre à s’adresser à Dieu, et le chemin sera long. Peu importe l’obscurantisme et les résistances, dans le cœur des hommes, Dieu reconnaîtra les siens.

La maison que je choisis maintenant est une église, mais ce n’est qu’un symbole pour montrer la lumière. Quand il sera temps, mon domicile sera enfin celui de vos âmes.

Marie

-----

La nouvelle façon de prier

Si vous voulez absolument dire des prières, inventez-en de nouvelles chaque jour, écrivez-nous des poèmes, des chansons, et dites-les dans les églises, dites-les dans vos maisons, nous les entendrons bien plus volontiers que celles qui sont récitées, et nous y prendrons plaisir. Ecrivez-les, apprenez-les, ou improvisez-les, dites-les seuls ou en chœur, puis laissez-les pour en créer de nouvelles le lendemain. Vous pouvez ensuite faire un best of, qui sera remplacé plus tard par un autre best of.

Marie

Table des messanges