Marie délire-2 avril 2011

Je vous ai dit souvent qu’une poignée d’hommes voulait en dominer des milliards.

Bien sûr, quand on crie au loup de cette façon, cela fait hausser les épaules. Encore une déséquilibrée, cette Marie !

Je vous ai dit que pour cela, ces hommes, qui ne savent pas eux-mêmes qu’ils sont gouvernés par des eba (esprits de basse ascension), utilisaient la télévision, et par là même, et aussi par d’autres médias, le marketing, pour vous habituer à penser bien « comme il faut », c’est-à-dire pas du tout. En vous dictant les opinions, les goûts, et même les rêves que vous devez avoir. Tout en appelant cela liberté. Je vous ai dit que depuis des temps reculés, ceux qui maîtrisent la religion, déjà, avait cette vision des choses, quand les hommes de pouvoir ne disposaient pas encore de moyens pouvant toucher la multitude d’un seul coup. Mais bien sûr, ce discours que je vous tiens depuis longtemps, ce n'est qu'un chiffon bon à jeter, ce n'est rien qu'une rédaction d’élève de cours préparatoire… Une fable de La Fontaine !

Alors, réfléchissez aux fables, qui ne riment à rien, et que vous avez gobées d’un coup. Qu’est-ce qui est facile à gober ? « Moi », rigolez-vous, « j’aurais avalé n’importe quoi ? Allons donc, je suis un être intelligent, je sais ce qui est bon ou pas pour moi ! »

Oui, vous êtes un être intelligent, mais laissons de côté l’orgueil, un moment, si vous le voulez bien. Car l’orgueil n’a jamais aidé à penser droit. Vous êtes intelligent, mais vous pensez comme on vous le dit. Ce qui vous manque, ce n’est pas l’intelligence, mais l’esprit d’agir dans la liberté vraie, que vous ne connaissez pas.

Je reviens à mon idée. Qu’avez-vous gobé ?

Quand on vous a dit que le nucléaire, c’était sans danger, combien d’entre vous en ont douté ? Quand on vous a dit qu’il n’y avait que cette solution pour que tout le monde ait de l’électricité moins chère, tout de suite, qui en a douté ? Et qui a été étonné de ne pas voir ses factures d’électricité baisser quand le nucléaire a été installé ? Qui a cru que les autoroutes seraient gratuites un jour ?

Qui a gobé toutes ces balivernes, qui auraient dû faire naître des questions ? Et pourquoi ces questions ne sont-elles pas nées, ou restent-elles coincées sous l’oreiller ?

Oh, bien sûr, les fous, les paranoïaques existent. Alors, comme on a plus peur de devenir paranoïaque, (la folie, c’est contagieux !) que d’ouvrir les yeux, on ne regarde pas.

L’apocalypse, mes amours, goberez-vous aussi que ce soit Dieu, que ce soit donc l’Amour, qui la créera ? Qui peut aller si loin ? Vous. Vous pouvez tous aller très loin, dans le sens de l’Amour comme dans celui du Rien. Heureusement, il y a en chacun de vous, dans ceux qui sont manipulés par d’autres hommes, un reste de fierté, qui est là pour que vous ne vous laissiez pas faire.

En France, vous avez fait la révolution parce qu’e des rois avaient abusé de vous. Et vous avez pourtant permis qu’ensuite, ce ne soit plus un roi qui le fasse, mais un groupe d’hommes. Qui ne se sont pas montrés meilleurs que les rois. Vous avez l’étincelle, en vous, pour ne pas laisser faire n’importe quoi. Mais une fois que vous la faites briller, il ne faut pas la laisser s’éteindre ! Et ne jamais laisser à quelqu’un d’autre le soin de porter VOTRE étoile.

Voter, élire un groupe, et permettre que ce système perdure, c’est tomber à la merci de plusieurs choses. D’abord, que les élus ne fassent pas ce pour quoi vous avez voté pour eux. Pardon ? Marie est encore en pleine rédaction enfantine ? En plein délire ? Comment dites-vous ? Ah, vous savez de quoi je parle, là. Vous savez que les promesses politiques ne valent pas un clou. Vous savez, parce que vous l’avez expérimenté. Bien. Mais alors, pourquoi votez-vous, alors ? Pourquoi, à chaque élection, vous vois-je souvent si convaincu d’avoir voté pour la bonne personne ? Pourquoi vous réjouissez-vous si le parti qui vous fait le moins peur gagne ? C’est ainsi que vous éteignez votre étincelle ! Car une, fois en place, les élus composent avec les lobbies, avec le monde industriel et mercantile, qui est le vrai dirigeant cynique, froid, calculateur, de ce monde. Et ils sont débordés, vous savez ! De plus en plus débordés par la dictature qui les démonte. Et ils appellent encore et toujours cela la démocratie…

Oui, mais Marie, me direz-vous, c’est là que tu délires : un monde sans gouvernement par une poignée d’hommes, c’est un monde qui va n’importe où ! Qui fait n’importe quoi !

Voyez ici, le Haarp, dont on commence à parler, et qui est évoqué aussi en Russie sous le nom de Sura. http://video.google.fr/videoplay?docid=-838068443480044408#

Et cherchez un peu partout sur le net, qui, s’il permet d’étouffer les pensées, permet aussi d’ouvrir des portes lumineuses (il faut bien que les EBA, en poussant les hommes à communiquer de plus en plus, fassent la bévue de laisser l’ouverture à ceux qui veulent et produisent la lumière). Vous verrez ce que ces groupes d’hommes, téléguidés par les EBA, veulent faire.

Oh, tout ce que vous verrez là n’est que le sommet de l’iceberg, et est déformé, pour générer aussi des peurs, et vous pousser à baisser les bras. Dites-moi, quand on voit ça, un monde gouverné par une poignée d’hommes, comme celui que tout le monde accepte là, où va-t-il ? N’est-ce pas cela, n’importe où ?

Alors, que faire ? Créer un gouvernement où chacun gouvernerait. C’est possible. Cette machine, le Haarp, contrôle les cerveaux ? Eh bien, vous n’en utilisez que dix pour cent, c’est bien connu ! Utilisez les 90 autres pour cent à contrer cela, et vous verrez que ceux qui veulent vous contrôler ne manipuleront plus rien du tout !

Ne baissez jamais les bras. Car vous pouvez tout ! Votre âme peut tout. Car quand vous utiliserez cent pour cent de votre cerveau, vous comprendrez que votre âme a des possibilités encore bien plus immenses que votre cerveau. Et qu’elle fait partie d’un tout, qui s’appelle l’Amour, et qui ne peut être contrôlé par rien.

Ni par le Rien avec une majuscule.

Oui, il y a des gens qui cherchent à vous dire qui vous devez être, ce que vous devez faire, et qui vous font oublier que cela ne se détermine que par votre envie, votre En Vie. Et que si vous êtes dans l’Amour, vous pouvez être un être d’envie qui respecte les autres autant qu’il se respecte lui, parce que le respect vient naturellement, étroitement joint à l’amour.

Qui sont ces hommes qui ne vous respectent pas ? Et qui sont à cent mille années lumières de vous aimer ?

Ce sont des hommes et des femmes comme vous, qui se sont laissés emporter vers le haut de la pyramide sociale, qui est le bas-fond de la pyramide spirituelle. Il ne s’agit pas de les frapper. De les guillotiner. Il s’agit de les aimer. De leur montrer l’exemple, et de les mettre aussi hors d’état d’appuyer sur leurs boutons d’apprentis sorciers. Il ne s’agit pas de partir en guerre. La guerre est toujours une mauvaise chose.

Il s’agit de vous unir, très fort, de vous aimer, exponentiellement, pour enfin savoir dire non à ce qui doit être refusé parce que ce n’est pas dans l’Amour. Pour faire Non. Et dire oui à ce que vous vous êtes toujours refusé, pour vous-même : voir votre lumière en vous, puis celle qui est en autrui.

Rien n’est perdu, face à toutes ces menaces, rien ne sera jamais perdu, car ce qui Est est né pour être éternel. A vous de faire une éternité belle.

Au ciel, il y a un groupe d’homme et de femmes qui « gouvernent ». Mais ce n’est que parce qu’ils font une lumière plus forte, pour donner l’exemple, par pour exiger que les autres fassent la même, ou obéissent pour en faire. C’est par amour, naturel, et parce que cela donne envie. Saurez-vous reprendre goût à l’envie, et donner envie ?

Ce groupe d’âmes qui est tout en haut au ciel, ce n’est pas un gouvernement, ce n’est pas non plus une sorte de guide, ce n’est pas une dictature. C’est comme une maman, un papa, une famille, qui embrassent leurs enfants de loin, en souriant, pour leur dire, « quand reviendrez-vous ? »

Ce n’est pas difficile, d’aimer. Ce n’est pas difficile de dire oui, de dire non dans la vérité et l’intérêt de ceux qui ne souhaitent pas la fin. Ce n’est pas difficile de faire votre petit cercle, avec vos amis, de faire le don de soi, de ce qu’on peut offrir à ceux qu’on aime, et de recevoir ce qui vous est donné. C’est encore moins difficile, ensuite, d’imaginer que votre cercle rejoigne un autre petit cercle, et ainsi de suite, jusqu’à ce que, sans argent, sans troc, mais dans le don total et en toute circonstance, vous puissiez enfin faire disparaître les notions de pouvoir, de domination, qui mènent à des aberrations comme Haarp.

Vous le pouvez, et vous comprendrez un jour que vous le devez. Une suggestion, pour votre joie, votre fierté, et une réussite plus rapide : faites-le avant que ce soit un devoir.

Marie

Table des messanges