4 avril 2018

Message de Loretta sur le forum, rubrique interprétation des rêves.

Loretta : Depuis trois semaines, je fais un rêve récurent...

Je rêve de tsunamis.

Dans le premier, je suis dans l'enceinte de mon ancien collège, je regarde derrière moi et je vois une énorme vague bleue et menaçante (certes qui est très loin) mais je commence à me dire que vu sa grandeur elle va me happer en moins de 2 secondes.... La peur me paralyse sur place; j'essaie d'avancer mais incapable d'avancer,

la peur me retient sur place, quand j'y parviens enfin, c'est en rampant sur un matelas posé sur un banc.... La vague est enfin là... Mais vu que je suis sur un banc en hauteur les vagues ne m'atteignent pas, mais balayent une femme sur leur passage.... Je continue d'avancer c'est comme si je suis sur un bateau je regarde par dessus bord mais pas trop... Par peur de me faire prendre.

La semaine dernière encore un tsunami...

Je vois la vague au loin, donc j'ai le temps de courir me mettre à l'abri dans une maison que j'ai vue... Je m'enferme dans la cuisine et je commence mes calculs en me disant que si je retiens ma respiration je pourrais y survivre.... c'est ce que je fais... je retiens ma respiration en attendant que ça passe, ensuite je vérifie à l'extérieur que tout allait bien avant de sortir de la maison... Dehors je tombe sur une bande de chats et de chiens menaçants qui aboient donc je m'enfuis voir s'il y a des survivants... Je rencontre des connaissances... Je leur dit de se mettre à l'abri qu'il y aura encore une réplique.... Ils partent se mettre à l'abri mais moi je reste dehors à admirer cette prochaine vague qui va s'abattre sur nous.... Mais finalement rien, la vague reste en hauteur sur la mer mais ne s'est jamais abattue sur terre.

Puis ce soir encore ...

L'alerte tsunami est déclenchée, tout le monde cherche à se mettre à l'abri... J'avais trouvé un endroit et finalement je le quitte pour entrer dans un énorme bâtiment qui me semble bien plus sécurisé, il y a beaucoup de personnes... Un homme au micro nous annonce que c'est un bâtiment hautement sécurisé conçu pour, et là de grandes vitres s'élèvent automatiquement et se referment hermétiquement sur le bâtiment, je suis soulagée mais en même temps je suis inquiète.... Puis tout d'un coup, une vitre vole en éclat et se brise à cause de la puissance de l'eau, nous sommes tous effrayés et commençons à courir... Je regrette de ne pas être restée dans le premier endroit que j'avais choisi... je file vers cette direction pour finalement me rendre compte que cet endroit est inondé et qu'on nous annonce qu'il y a u des morts et des disparus..... Une fois dehors je m'approche de la mer pour voir s'il n'y aura pas de réplique et là il y a juste un énorme et grand tourbillon qui émerge de l'eau... C un peu impressionnant mais Ça ne m'inquiète pas plus que ça... Je continue mon chemin, je prends une voiture et « fais n'importe quoi sur la route » vu que je roule à sens inverse dans la mauvaise voie.... je fonce quand même Jusqu’à ce que je voie des gendarmes. Prise de panique, j'essaie de faire comme si de rien était. Un sdf me montre la voie à suivre pour ne pas me faire prendre.

-----

L’interprétation de Nicolas, cielapeute en formation :

Bonsoir Loretta,

Je te livre une interprétation de ton rêve. Il faut ici rappeler que les tsunamis, donc formés d’eau, jaillissent de la Terre, et grandissent pour submerger un endroit particulier. Le tsunami se dresse comme un mur. Tu vas donc te retrouver avec une image de l’au-delà. La représentation de la mort dans ton rêve n’est pas négative, lorsque tu dis que cela te paralyse c’est parce que tu te rends compte que tu es quasi déjà dans l’énorme vague. Tu vois que ça te dépasse largement, tu te crées toi-même l’énorme vague. Le tsunami te montre la barrière, visiblement gigantesque pour toi, entre deux mondes, l’un spirituel et l’autre matériel.

Pour le premier rêve, tu es donc dans un endroit que tu connais et dans lequel tu passes quelques temps de ta vie.

Pourquoi cette vague semble menaçante ? Tu ne connais pas ce qu’il y a au-delà d’elle. Ensuite tu constates qu’il y a une issue, le matelas sur un banc, il symbolise le repos de tes acquis. Il est clair et net que tu penses pouvoir « échapper » à cette vague en gardant en toi les acquis, parfois mauvais, que tu as eu. Tes expériences te montrent qu’il faut te prendre la vague en pleine face mais on n’en est pas encore là dans le rêve.

Tu avances..Même rêve et là tu comprends que la vague est toujours là, à te pousser dans tes plus profonds retranchements. Encore une fois tu échappes à ce tsunami. Il y a donc la volonté de ne pas voir tout ce que cela implique dans ta vie. Te tourner vers l’énorme vague te fait peur. Comme tu le dis, tu te mets à l’abri. C’est donc là que commence tout le cheminement de ta naissance. La vie avant la vie dirons-nous. Il y a un parallèle à faire entre prendre sa respiration et la naissance. Quand tu dis que tu essayes de faire un plan : les connaissances sont ici importantes, ton J’aime te montre que tu es en « terre connue » et qu’il faut voir plus loin. Et le tsunami est encore là, pourquoi ne le prends-tu pas ? Il est bloqué en hauteur, ne penses-tu pas pouvoir l’atteindre si tu écoutais ton J’aime ? En somme, je vois les choses ainsi, tu te mets un objectif (le tsunami) que tu ne veux/peux pas atteindre dans ta vie. Tu penses simplement qu’un matelas pour se reposer et attendre que la mer se calme sera suffisant.

Et pour finir, ton J’aime te montre la voie pour ne plus te cacher. Il y a un endroit « sécurisé », donc doté d’une surveillance continue, ce que j’appellerai la « connaissance globale ». Il est clair que l’eau est puissante et tu continues pourtant à l’éviter, tu te gâches le plaisir de voir toute la lumière en toi. L’eau représente le reflet que tu te fais de toi-même spirituellement parlant, tu es comme submergé par certains évènements. Et, lorsque tout semble coïncider, tu te mets une barrière. Le tsunami étant destructeur matériellement parlant, tu penses qu’il est impénétrable et que tu ne peux pas « faire n’importe quoi sur la route ».

C’est seulement à la fin que tu décides de faire ton chemin, parmi les voitures « à sens inverse » (obstacles de la vie). Les EBA veulent te faire peur en te faisant croire qu’il est interdit de changer de chemin spirituel mais tu n’y fais pas attention et un SDF (donc un individu qualifié de normal) peut t’indiquer la route. Je dirai bien que ce SDF est en grande partie toi, ton J’aime en quelque sorte. Il t’indique que seul toi peut surmonter les obstacles, même perçus comme insurmontables.

Je pense manquer d’éléments, peux-tu m’indiquer quel est ton lien avec tes parents stp ? T’ont-ils déjà parlé d’une grossesse non désirée ?

C’est comme si tout te poussait à entrer dans la vie terrestre mais que quelque chose ou quelqu’un n’était pas prêt à t’accueillir sereinement.

Cordialement

Un jeune cielapeute.

Loretta : Merci beaucoup pour cette interprétation.

-----

Luc : bonjour Loretta,

Voici, après ce que Nicolas en a dit, et qui est très sensé, mon interprétation complémentaire. Elle ne remet pas en question ce que Nicolas a dit, c’est une approche, un angle de vue différent mais parallèle.

L’eau : combien de rêves nous mettent devant de l’eau ! c’est très fréquent et important. L’eau est, ce qui symbolise la mort, plutôt, dans la plupart des cas, dans ce qu’elle a de positif : la vie après la vie.

Là, il s’agit d’une eau menaçante. Un tsunami, ce n’est pas une caresse. Il y a donc bien des chances que dans cette évocation de ce qui se passe dans l’autre monde, celui qui vous présente ces visions veuille créer une sentiment négatif. Ce qui, quand on n’est pas un assassin, ou une personne coupable d’actes graves, ne peut pas venir d’un ange, et pas non plus du J’aime. Cela ne veut pas dire que les anges et le j’aime n’intervienne pas du tout. Ils peuvent contrecarrer un envoi de rêve fait par un EBA, et je crois que c’est le cas ici.

Il faut noter une chose : c’est un rêve récurrent. Les anges nous font faire des rêves récurrents quand ils veulent nous dire quelque chose d’important. Surtout quand nous rêvons en couleurs, et vous m’avez dit par mail que c’était le cas.

Mais si c'est un EBA qui est aux commandes, analysons son comportement : voyons les choses sous l’angle de l’EBA. Ce qu’il voudrait, lui, c’est vous marquer, de préférence négativement, en vous faisant peur, en vous mettant mal à l’aise, et en vous laissant, au réveil, avec un énorme point d’interrogation devant vous. Alors, il vous envoie ce rêve plusieurs fois, comme si c’était important alors que ça ne l’est pas tant que ça (dans aucun des trois rêves vous n’êtes vraiment menacée dans votre intégrité, parce votre ange ne le laisse pas faire, pas plus que votre j’aime.)

Quand on fait des rêves comme ça, qui font peur et laissent interloqués, sans réponses, c’est qu’un EBA voudrait nous déstabiliser dans la vie, pour nous empêcher de faire ce pourquoi nous sommes faits. Réjouissez vous, car cela veut dire que vous êtes en train de le faire, ce qui n’est pas si fréquent que ça, parce que ça demande énormément de courage. L’EBA vous sait fragile, en ce moment (vous m’avez raconté par mail que vous étiez en séparation avec un homme qui vous fait du mal et vous pousse à douter de vous en utilisant votre petite fille), et il appuie sur tout ce qui peut laisser entrer un doute en vous. Quel est son but ? Si l’on est logique, il n’est pas difficile à deviner. Vous mettre en doute sur la raison même de votre présence sur terre. Parce qu’il ne veut pas que vous fassiez ce que vous êtes venue faire : aimer malgré tout qui en empêche. Donner une chance à cet homme de ne plus mal agir et de réparer. En commençant pas se débarrasser de ses souffrances. Faire en sorte que ses souffrances touchent le moins possible votre petite fille.

L’EBA veut que vous renonciez. Que vous vous trouviez incapable de faire ça. Que vous doutiez de vous à ce point que vous ne pensiez plus pouvoir le faire. Alors, il va vous prendre à la racine de ce que vous êtes, et tenter d’arracher cette racine.

Pour cela, il vous parle de tsunami, parce que (vous m’avez dit par mail que vous êtes aux Antilles) c’est un sujet assez frais dans l’actualité pour vous, pour que ça vous interpelle, pour qu’il ait toute votre attention.

Un tsunami, ça arrache tout sur son passage… Et aussi, ça se présente comme une page tournée, radicale. C'est donc éminemment d’incarnations et de réincarnations, et de vos peurs devant ces incarnations, que cet EBA vous parle. Chaque tsunami symbolise une de vos réincarnations passées. Il impose le sujet, et je n’ai pas besoin de décortiquer beaucoup ce que vous avez raconté de votre rêve, pour qu’on puisse comprendre que l’EBA veut vous dire « tu as eu peur de t’incarner, a chaque fois, tu as même renoncé une fois (rêve 2 : la vague reste en hauteur et ne s’abat pas), et tu as eu raison ».

Cet EBA vous dit que vous avez raison d’avoir peur, que la vie ne va être qu’une vague terrifiante.

Mais votre j’aime et votre ange vous disent (rêve 1) que vous êtes en hauteur et que la vague ne vous atteint pas.

Alors, l’EBA balaye une femme sur le passage d’une vague. « Tu vas être balayée, c’est toi, la femme ! »

Mais vous êtes sur un bateau, et si vous avez peur de vous faire prendre, c’est qu’on ne vous a pas prise. Le rêve s’arrête sans qu’on vous ait prise. Votre J’aime vous a montré que cela ne vous touche pas en réalité.

Votre j’aime, lui, n’a pas peur, c’est votre conscient qui a peur.

Rêve 3 : vous êtes en sécurité dans ce bâtiment. Mais il casse. L’EBA vous dit : « Tu te crois en sécurité avant de t’incarner. Mais tu n’es pas en sécurité. Tu seras (ou tu as été ?) obligée de t’incarner pour subir la souffrance occasionnée par le tsunami ».

Ce qui, bien sûr, est là pour vous faire peur, que vous vous disiez, « non, je ne dois pas m’incarner » ( vous écrivez, « je regrette de ne pas être restée dans le premier endroit que j’avais choisi », c'est-à-dire, dans le lieu, au ciel, qui précède l’incarnation) et l’EBA cherche à vous dire de ne plus vous incarner. Dans des rêves suivants, et en s’appuyant sur vos difficultés de vie actuelles, il aurait très bien pu, si nous ne l’avions pas démasqué ici, dans cette interprétation, vous faire faire des rêves effrayants qui vous auraient poussée a vous dire que le mieux est de retourner dans ce lieu que vous avez choisi. C'est-à-dire de retourner au ciel. Autrement dit, de mourir.

Et vous, cet énorme tourbillon, qui ferait fuir la terre entière, finalement, ça ne vous inquiète pas plus que ça. Votre j’aime vous parle et vous dit « on s’en fout de ses vagues et de ses tourbillons. On a des choses a faire, faisons les ». Ce qu’il symbolise par cette voiture qui roule n’importe comment. Ce qui veut dire que vous êtes libre. Vous n’êtes pas obligée de suivre la route (la roue, c’est ce que l’EBA vous dit) pour avancer et que même si ça vous fiche la trouille dans votre conscient (la panique dont vous parlez) vous avez le moyen de ne pas vous faire prendre.

La seule chose qui me fait un peu tiquer, mais sourire aussi en même temps, c’est que cette personne qui vous donne le moyen de ne pas vous faire prendre soit un sdf. Parce que cette personne, c’est votre ange. Alors, si votre ange est un sdf chez vous, il serait temps qu’il se sente chez lui, non ? Qu’il ne soit plus un « Saint Domicile Fixe », mais que vous entamiez le dialogue avec lui, et que vous l’accueillez pour de bon dans votre cœur.

Je suis sûr que si vous ne l’avez pas encore fait à ce jour, c’est parce que vous avez jusque là fait l’erreur de croire que vous ne le méritiez pas, que vous ne soyez pas assez intéressante pour avoir un ange gardien.

-----

Loretta : Luc... Luc... Luc...

Je n'ai pas les mots.....

Vous êtes époustouflant ❤❤❤.

Je ne sais vraiment pas quoi vous dire...

Les explications de Nicolas étaient bien, mais vous, vous m'avez bluffée.... Je ne sais vraiment pas quoi vous dire.....

Je me tais et attends une heure correcte afin de vous dire tout ce que je pense de vive voix... Les mots ne suffisent plus à ce stade.

Merci mille fois de vos explications et de nos échanges qui valent beaucoup et énormément pour moi. Je remercie les sirènes qui m'étaient apparues en rêve, car sans ça, je n'aurais sans doute jamais eue la chance de vous rencontrer.

Que Dieu vous bénisse et vous garde encore longtemps.

-----

Luc : je vous en prie. Je remercie moi aussi les sirènes, parce que sans elles, je n'aurais jamais eu non plus la chance de vous rencontrer ! Et ç'aurait été très bête !

-----

À la suite de cet échange sur le forum, je vais placer ici quelques discussions à bâtons rompus que nous avons eues avec Loretta, parce qu’elles me semblent contenir de quoi intéresser et instruire des lecteurs qui voudraient en savoir plus. Je précise que Loretta est étudiante infirmière.

Loretta me dit qu’elle suit et revendique l’amour agapè.

-----

Je ne connaissais pas cette expression amour agapè. J’ai donc regardé ce que c'était. et je suis d'accord avec le peu que j'ai eu le temps de lire, sauf sur un point très important : aimer sans rien attendre en retour. C’est une erreur, et c'est égoïste en réalité, contrairement aux apparences.

Nous sommes des amplificateurs. Si vous me racontez une histoire drôle, je vais vous en raconter une, et notre joie va s'amplifier. Si nous sommes en colère, notre rage va exploser... etc.

Si je me raconte une histoire drôle à moi tout seul, elle me fera peut être rire, mais ça va s'arrêter là. C’est dommage…

Si nous donnons de l'amour, et si nous n'attendons pas d'en recevoir en retour (pas forcément directement de la personne à qui nous en donnons, je vous l'accorde) nous n'amplifions que ce que nous avons en nous, et c'est très mince par rapport a ce que nous pouvons donner à plusieurs. C’est pour ça que Dieu est plusieurs. Pour donner et recevoir plus d'amour. Quand dieu nous donne de l'amour, il attend que nous en rendions. Et il a raison.

Donc, partir du postulat qu'il ne faut rien attendre en retour de l'amour qu'on donne, c'est en donner moins autour de soi, et c'est donc égoïste.

----

Loretta me demande si je crois à l’astrologie : non, je ne crois pas à l'astrologie. Ni a la voyance. Je crois en ce que je vois de temps en temps : la lumière qui est en chacun.

Cependant, j'ai pu observer qu'il existe des traits de caractère qui semblent liés aux signes. Quant à ce que ce soit une chose établie, complètement fiable, je ne le pense pas. Et puis les anges ne m'en parlent pas. Si c'était une chose a étudier et digne d'intérêt à leurs yeux, ils m'en parleraient. Personnellement, ce qui m'intéresse, c'est d'écouter ce que les anges ont à dire. Le reste est tellement plein d'illusions...

Loretta me répond qu’effectivement, elle voulait parler des traits de caractère.

-----

Loretta m’a écrit « À ce soir, si dieu veut ». Comme cela m’intrigue, je lui soumets cette réflexion : Pourquoi dites-vous « Si Dieu veut ? » Je pense que vous avez une approche de ce qu'est Dieu qui n'est pas tout à fait la bonne, sur ce point. Dieu, c'est la part d'amour de tout le monde, humains, animaux, ce qui EST. Alors, certes, quand on a demandé Jésus si on était dieu, il a dit, non, vous n'êtes pas dieu. Mais c’était une personne qui le demandait, pour elle-même. Il n'a jamais dit qu'ensemble, nous ne l'étions pas. Parce qu'en fait, c'est ça : seul, je ne suis pas Dieu, mais tout ce qui est et qui aime ensemble, est Dieu.

Mais ce n'est pas à l'ensemble des parts d'amour de décider, vous avez votre chemin à faire pour faire grandir votre part de Dieu, et donc, participer a l'œuvre de Dieu, qui est de grandir, ensemble, exponentiellement, éternellement. Ce n'est pas à d'autres de décider de ce que vous devez ou pouvez faire pour grandir spirituellement. Sinon, quand vous ferez le bilan, qu'aurez-vous accompli vous même, de votre propre chef, qui vous permette de savoir qui vous êtes, d'avoir confiance en ce que vous êtes ? Qui justifiera votre existence sinon vous ? C’est comme si vous disiez, à ce soir, si ma part de dieu veut. Or, vous le voulez, puisque vous faites cette démarche de décrire votre rêve pour en lire le sens.

Dieu est l'amour suprême. L’amour en grand. L’amour que nous n'arrivons pas a réaliser sur la terre. L'amour de tous. Dieu est donc aimant suprêmement. Qui serait ce dieu qui pourrait refuser de vouloir que vous compreniez votre rêve ? Puisque ce rêve, c'est votre part d'amour qui vous l'envoie, pour que vous le compreniez. Votre part d'amour ne peut pas vouloir vous dire quelque chose d'important et dans le même temps refuser que vous sachiez ce que cela veut dire.

Votre part d'amour voudrait, bien au contraire, que vous compreniez sans besoin de passer par quiconque, afin que vous grandissiez encore plus vite et plus fort dans votre amour et votre lumière. Ce n'est pas pour vous condamner aux ténèbres, a l'ignorance.

-----

Loretta : C'est une expression ici aux Antilles « Si Dieu veut »..... Car il n'appartient pas à l'homme qui marche d'être maître de ses pas, donc l'instant d'après peut ne pas arriver ou arriver si telle est la volonté de Dieu. Du moins c'est ce que j'ai compris.

-----

Luc : Bien sûr que si, il appartient à l'homme qui marche d'être maitre de ses pas. Sinon, que pourra t il tenir pour acquis, par lui-même. Il devra tout ce qu'il a fait, bienfaits ou maux, à autre que lui. Et il faudra tout recommencer à zéro.

Ceux qui disent ce genre de chose et le répandent sont les ennemis de ce qu'on appelle Dieu. Dieu nous aime. Il nous veut donc près de lui. Mais pas en nous téléguidant. Si vous étiez Dieu, vous préféreriez qu'on vienne à vous par amour et de soi-même, ou parce que vous auriez la télécommande ?

-----

Loretta me dit qu’elle a une baisse de moral, je lui demande ce qui se passe.

-----

Loretta : ne vous inquiétez pas, c'est à moi de gérer tout ça... De prendre les bonnes décisions et de m'y tenir... Mais rien de grave, je vous promets.

C'est juste qu'il y a des gens qui prennent un malin plaisir à enquiquiner les autres.... Rien n'y fait, que vous soyez indifférente, gentille ou méchante ces parasites ne vous lâchent pas, et ça, ça me perturbe et m'ennuie.

Mais bon bref, je pense que c’est la vie qui veut ça. Mais je sais que ça ira mieux je ne sais pas quand mais ça ira mieux.

-----

Luc : vous savez quoi ? Ce qui nous chamboule le plus, et ce qui nous fait le plus de peine, quand on voit des gens se conduire mal, ce n'est pas tant le mal qu'ils font que la chance qu'ils gâchent d'agir bien. Ils pourraient faire bien, ils ne prennent pas cette chance. Et ils ne se rendent même pas compte du gâchis que c'est. Oui, c'est ça qui fait de la peine, parce que c'est leur choix, et c'est très dommage. Notre j'aime voit leur j'aime qui en pleure, et c'est ça, c'est la peine des j'aime de ceux qui gâchent leurs chances, qui nous atteint.

Mais si c'est leur choix, et si nous leur avons bien donné leurs chances, alors, finalement… Nous n'avons pas a être si tristes, nous avons fait ce qu'il fallait. Nous ne sommes pas coupables de leurs échecs. Vous comprenez ?

-----

Loretta : je vous en avais vaguement parlé le mois dernier (tumulte judiciaire avec mon ex qui est aussi le père de mon fils)

Je ne supporte pas cet hypocrite, qui joue à la victime alors que c'est un être sournois... Notre fils qui vient d'avoir ses 3 ans ne veut pas le voir, est en larmes et inconsolable rien que de le voir, et Mr m'accuse de manipuler un enfant de 3 ans ???? Bref j'ai fait court...

-----

Luc : quand une personne agit mal, c'est qu'elle souffre.

Votre ex-mari souffre, de manque de confiance en lui, quoiqu'il affiche surement une confiance énorme, proportionnelle à sa peur de ne pas être aimé ou de ne pas savoir garder une femme. Et il souffre surement de ne pas avoir su vous garder. Il vous accuse d'utiliser votre enfant pour lui nuire parce que la meilleure défense est l'attaque : il sait qu'il manipule cet enfant pour vous nuire, alors, il vous en accuse, pour que vous perdiez pied si vous l'en accusez, vous.

Il utilisera cet enfant et tout ce qu'il pourra pour vous choquer, vous toucher moralement, vous faire du mal, parce que perdu pour perdu, faire comme ça, c'est rester important, c'est continuer à avoir une place dans votre esprit. Si vous lui disiez que cette place, il l'a vraiment perdue ? Et qu'il tempête, qu'il hurle, qu'il prenne son cas pour une généralité en manipulant votre fils, qu'il pleure, qu'il chante, qui pète, cela ne vous intéresse plus.

Et si vous arriviez à le penser vraiment ?

-----

Loretta : Vous avez sublimement tout dit. C’est quand même grave, ça, qu'une personne puisse autant se complaire dans la médiocrité et le négatif, au lieu d'agir et penser positivement (c'est l'une des raisons qui ont fait que je l'ai quitté, je n'en pouvais plus de cet être qui ne voyait la vie qu'en noir et le revendiquer! Ces gens sont des poisons)

-----

Luc : il avait besoin de vous pour s'aimer et il n'y arrivait pourtant pas. Il ne comprenait pas pourquoi. Alors, il a confondu, comme tant de gens, « aimer » et « aider ». Il s'est dit : « Si elle ne peut pas m'aider à m'aimer, elle peut m'aider, tout court. Donc, je vais aller dans le trou, dans le noir, dans le fond du puits du désespoir feint, et je vais appeler au secours ». C’est pour ça qu'il a choisi une femme aidante (une infirmière, tiens donc), pour faire la soignante. Il s'est dit : « Elle, au moins, elle a tellement besoin d'être reconnue pour s'aimer qu'elle ne me lâchera jamais la main ! ».

Ce que vous auriez pu lui dire, a ce moment la, c'est : « Je ne descends plus dans le puis avec toi. Parce que quand tu m'as fait descendre au fond, toi, tu t'appuies sur moi pour remonter d'un coup, mais moi, je n'ai personne pour remonter. Alors, non, je ne descends plus. Je reste en haut et je suis là si tu remontes ».

Ça l'aurait poussé à remonter.

-----

Loretta : en finissant de lire vos écrits les seuls mots qui me sont sortis de la bouche sont: "Je vous aime".... Je ne sais pas quel est votre don ou pouvoir, mais en quelques lignes vous avez résumé 4 ans de relation....

Ah non, je ne me sens pas du tout coupable de ses échecs. Je me sens juste coupable d'avoir été aussi conne de m'être mise avec un personnage pareil; qui faute de ne pouvoir me faire souffrir, passe par un enfant de 3 ans pour m'atteindre; quel parent aimant fairait une chose pareille? Car il faut le voir se donner en spectacle sur les réseaux sociaux et devant le juge pour se faire passer pour le plus saint des pères. Cet homme me débecte! Plus je prie sincèrement en le bénissant plus je le vois agir comme un diable.

Je ne souhaite qu'une chose, qu'il disparaisse pour un temps ou pour de bon de nos vies. Car ce n'est sûrement pas en agissant ainsi que je me remettrai avec lui, ou que je regretterai mon choix de l'avoir quitté.

Je vous embrasse fort

-----

Luc : je n'ai pas de don, (la médiumnité n'est pas un don) j'écoute mon ange et mon j'aime, et j'ai juste travaillé cette sensibilité. Tout le monde peut le faire et vous aussi.

Je suis content que ce que je vous ai dit vous permette d'avancer et de ne plus porter les souffrances de cet homme. Elles ne sont pas à vous, et il ne mérite pas que vous les portiez plus avant à sa place.

Vous dites que vous vous sentez coupable d'être allée avec lui. C’est intéressant. Parce que cela veut dire que c'est par là qu'il faut chercher une clé pour ne plus recommencer et pour aller mieux.

La question c’est : pourquoi êtes-vous allée avec lui. Car il y a une raison. J’ai entamé la réflexion en disant que vous aviez besoin de soigner les gens et que vous aviez besoin de ça pour être reconnue et vous aimer. Mais vous pouvez vous aimer sans ça. Et les gens vous aimeront si vous vous aimez. (prenez un vendeur de canapés. s'il n'est pas convaincu par ses canapés, il n'en vendra pas beaucoup, n'est-ce pas ?) En revanche, si vous ne vous aimez pas, personne ne vous aimera. je ne parle pas d’orgueil, d'ego, je parle d'avoir conscience que vous êtes venue sur la terre pour faire de la lumière dans le noir, et que, rien que pour ça, vous pouvez vous aimer. Comme tout le monde, car tout le monde s'incarne pour ça et l'oublie. Tellement peu de gens s'aiment pour ce qu'ils sont ! Vous n'êtes pas rare à ne pas vous aimer comme vous devriez. Mais je vous suggère de travailler là-dessus. Je peux le faire avec vous si vous voulez.

Je vous embrasse fort aussi

-----

Imane : Pour l’interprétation du rêve, j'avais rien vu de tout ça. Et c'est plutôt impressionnant.

Le fait de montrer ce que L'EBA veut nous faire croire permet de voir que ces idées noires ne sont pas de soi.

-----

Luc : et qu'on est facile à manipuler

-----

Imane : Oui c'est vrai. Et dire que certaines personnes pensent qu'elles ne peuvent être manipulées… Quand j'ai commencé à chercher des réponses, ma mère me prenait pour une folle et une personne manipulable. Alors que mon frère, pas du tout.

Mais à l'heure actuelle, je me fais moins manipuler même si parfois, ils m'ont en beauté. Mais un jour, les EBA ne pourront plus passer par moi.

Et je n'aurais plus peur d'être amour mais avec un sens de la survie aussi ;)

-----

Luc : c'est très bien

-----

Imane : Mais on a tellement l'habitude de regarder dehors, qu'on ne se rend pas compte que c'est déjà en nous qu'il faut voir.

On nous dit que ça viens de l'extérieur, le danger de se faire manipuler.

-----

Luc : oui, c'est de l'extérieur, mais ça passe par l'intérieur. C’est pour çà qu'on croit s'en préserver en regardant juste à l'extérieur.

Mais les EBA sont pas cons.

Soyons encore moins cons qu'eux.

-----

Imane : Bien dit ;)

-----

Luc : Je ne pense pas qu’on puisse dire avec certitude : « Un jour, les EBA ne passeront plus par moi. » Il en passera toujours un, de temps en temps, même si c’est de moins en moins. C’est normal, on est au milieu d’eux, et nous sommes descendus aussi pour leur donner leur chance. En revanche, une fois au ciel, on en sera débarrassé, ça, c’est sûr !

-----

Imane : il y a bien un jour, ce sera juste pas sur terre.

Mais la nuance est importante, simplement pour se dire qu'il faut toujours se questionner de ce qui nous retient de faire ce qu'on a vraiment envie de faire.

-----

Luc : ce matin, j'en ai eu un, par exemple. souvent, au matin, au réveil, mon ange ou mon J'aime me disent une chose très positive, importante pour la journée, ce que je devrais faire pour faire avancer telle ou telle chose... Et je le fais, et c'est suivi d'effet. Mais ce matin, c'était : « Va corriger ton CV, dedans tu mets que tu es cielapeute, ce n’est pas bon pour ta recherche de travail, dans le domaine du cinéma, les gens qui te lisent fuient à cause de ça. Ou alors, fais un CV spécial juste pour ce domaine. » Et je me suis levé en me disant que j'allais le faire, que c'était bien logique. Ça fait plusieurs fois que j'ai ça en tète, et aussi quand je l'ai mis dans mon CV, parce que c'est vrai que c'est un risque, et j'en étais conscient en le plaçant dans mon CV des le début.

Et puis, en arrivant devant l'ordi... je réfléchis. Je me dis, non... l'enlever, c'est pas bien. Je suis cielapeute. Et je repense au message de Marie sur les héros, tout récent, dans lequel elle nous dit qu'un héros, c'est celui qui fait ce pour quoi il est fait, et que s'il est un héros, c'est parce que c'est le chemin le plus difficile. Et que nous sommes très peu à faire ce pour quoi nous sommes faits. Alors, tu vois, l'envie d'être un héros m'a pris. Et je n'ai rien enlevé de mon CV. C’est là que j'ai compris qu'un EBA avait réussi à passer par moi, ce matin, en se faisant passer pour mon j'aime.

Lol, ce qui me fait sourire, c'est qu'il va lui arriver des bricoles, à celui-là !

-----

Loretta : J'avoue que parfois, je pense être quelqu’un de très fort, difficile à manipuler Jusqu’à ce que je me rende compte, que j'me suis faite avoir en beauté, je dis comme Imane, on ne m'y reprendra plus... Je pense que plus on est Amour, plus on est manipulable, car sachant que nous sommes des gens entiers, nous pensons à tort que les autres en face de nous le sont aussi...

-----

Luc : Pourquoi nous ne nous méfions pas, même en sachant les EBA ici, ou les EBA passant par les gens avec qui nous parlons ? Pourquoi nous avons l'air naïfs, et pourquoi, une fois que l’EBA nous a fait du mal, nous demandons nous : « Enfin, pourquoi est-ce que je ne l'ai pas vu arriver ? »

Tout simplement parce que si nous l'avions vu arriver, cet eba, nous aurions fermé toutes les portes, et du coup, nous n'aurions pas laissé à la personne par qui il est passé la chance qu'il fallait de bien agir. De ne pas laisser passer cet eba. Parce que nous sommes tous là pour ça, que nous sachions ou pas que les eba existent : donner une chance à ceux que nous croisons d'agir bien là où il est si facile et normal d'agir mal.

Parce que c’est une excellente façon, pour chacun de nous, de nous élever spirituellement. Alors, savoir que l'eba est là et l'empêcher d'agir, c'est empêcher la personne qu'il veut manipuler d'apprendre à savoir stopper l’EBA par elle-même.

-----

Imane : Loretta, pour ton lien qui dit plus on est amour, plus on est manipulé. Je ne le pense pas. L'amour étant la meilleure arme contre les EBA.

Nous sommes tous amours même si certains ont oublié ce que cela veux dire.

Je suis passée par donner de l'amour, me faire rejeter, ne plus donner car ça faisait trop mal. Mais maintenant, je comprends que lorsque je cherche à faire pousser une graine dans un endroit qui semble désertique c'est pour que l'autre personne puisse prendre conscience de la beauté de son jardin, de son amour et qu'il le cultive et le rende sublime. L'amour est tellement simple et beau qu'on en oublie à quel point on peut rendre ce monde amour. Et puis, tu es tellement mieux avec toi-même quand tu acceptes ton amour et le vis. Après tu rencontreras des gens qui le refuseront et le rejetteront mais ce n'est pas grave. Tu leur auras donné une chance. A eux de la saisir.

-----

Luc : je ne dirais pas : « Plus on est amour, plus on est manipulé ». Mais plus on est amour, plus on est une cible intéressante pour les EBA.

Table des messanges