Les signes à écarter

Question d’une lectrice :

Ma question concerne un phénomène que j'ai eu l'occasion d'observer et que je n'ai pas compris. Cela concerne ces « êtres » qui prennent (?) une apparence humaine. Je m'explique. Un jour que j'étais dans un autobus, mon regard a été attiré, sans que rien le justifie, par un homme dans la soixantaine, qui marchait dans la rue. Rien ne le distinguait des autres piétons, mais je l'ai observé attentivement. Puis l'autobus a continué à rouler. Quelques kilomètres plus loin, je revois le même monsieur, marchant au même rythme, et je me rappelle m'être étonnée de toute la distance qu'il avait parcourue, au point d'aller plus vite que l'autobus. J'ai aussi souvent l'occasion de voir quelqu'un sous une apparence physique, parfois d'avoir l'occasion de lui parler, et un moment après son apparence physique était différente. Je ne comprends pas la logique de ce phénomène ni le but visé.

-----

Ce n’est pas Marie qui répondra sur ce point, je vais le faire moi-même en transmettant mon J’aime : ceci, c’est parce que vous avez une grande attirance pour les phénomènes paranormaux, et que vous cherchez à tout savoir sans avoir assez d’éléments. Cela peut être dangereux, car quand on s’adresse aux esprits qui ne sont plus sur la terre, consciemment ou non, on s’adresse à toutes sortes d’esprits. Il en est qui sont supérieurs, d’autres qui sont inférieurs, qui sont tristes ou au contraire qui s’amusent, et qui vous donnent des éléments troublants, justement pour jeter des doutes dans votre esprit. La plus grande part des effets matériels, de ceux qu’on peut observer de la sorte, ou aussi, pour prendre un autre exemple frappant, ceux qui font tourner les tables, sont des manifestations d’esprits inférieurs, coincés dans la matière entre le ciel et la terre, et qui cherchent à nous déstabiliser, à nous faire peur, ou à nous conforter un temps dans nos idées sur l’autre monde, pour mieux nous abuser ensuite. Inutile de dire qu’il ne faut pas faire attention à ces phénomènes, cela serait prêter le flanc à des dangers à venir, cela serait jouer le jeu qu’on veut nous faire jouer.

Luc

Table des messanges