Les saint Thomas-23 avril 2010

Vous faites partie de ceux qui ne croient que ce qu’ils voient ? Mais alors, il faudrait tout voir. Etre sûr de ne rien manquer. Et voir l’essentiel, là où il est, c’est-à-dire bien souvent caché derrière les apparences. Car si vous ne croyez que ce que vous voyez, à partir du moment où vous voyez une publicité à la télévision, alors, vous la croyez puisqu’elle est là, devant vos yeux. Et vous croyez alors quelque chose qui est rarement crédible, et toujours, en tous cas, magnifié, présenté sous un jour trop poli pour être honnête.

Pourtant, si vous croyez ce que vous voyez, alors, vous croyez ce qui est déformé.

Combien ne voient qu’un niveau des choses, alors qu’il y en a tant. Ne serait-ce qu’en politique, quand on vous dit des mensonges à répétition mais que vous votez encore pour celui que vous trouvez le plus crédible, mais qui vous mentira aussi. Ou comme en sport. Vous êtes chaque fois déçus par le dopage, mais continuez à regarder le tour de France en mettant de côté ce qui va vous décevoir ensuite. Donc, vous ne croyez pas ce que vous voyez, en vérité, mais vous ne croyez que ce que vous voulez. Mais également ce que d’autres veulent que vous croyiez. Alors, si vous vous mettiez, un peu, à laisser la porte ouverte à autre chose que ce qui est immédiatement sous votre nez ? Si vous vous disiez, pour une fois, que ce n’est pas parce qu’on voit une chose qu’elle existe ? Et que par une judicieuse extension, ce n’est pas parce qu’on ne voit pas une chose qu’elle n’existe pas ?

Marie

Table des messanges