les rites

Chacun devrait avoir sa façon de croire, et d’appliquer le bon sens de son cœur, plutôt que de suivre des préceptes figés, d’une manière trop souvent détournée.

Vous ne pensez pas tous de la même façon, mais vous savez ou vous sentez ce qui est juste, même si vous ne vous l’avouez pas toujours.

Marie

-----

Si votre ami vient vous demander de l’aide, vous préféreriez, comme Jésus, comme Marie, que cette personne vienne vous parler en ami, simplement, et non en se prosternant devant vous, ni en récitant tout un tas de salamalecs, car les seules prières qui montent tout de suite à Dieu sont celles du cœur, et non celles qu'on récite.

Les rites sont comme une partition de musique, tout est figé, à moins d’être un musicien extraordinaire, et cela a l’effet contraire de ce que veulent les anges, car cela empêche de réfléchir par soi-même, et par là même de comprendre. De même, la religion, si on l’utilise pour faire le contraire de ce qu’elle préconise (George Bush prenant Dieu pour prétexte afin d’attaquer l’Irak alors que la religion dit « tu ne tueras pas ») n’est pas une vérité, elle est le contraire de la lumière.

Jésus et Marie, Dieu, en définitive, n’aiment pas nous voir obéir à des hommes. Ils ne souhaitent pas non plus qu’on leur obéisse. Ils veulent que nous allions vers leur lumière, c’est tout, et cela doit se faire sans rite, sans dogme. Par exemple, l’eucharistie est là pour créer la convivialité, donner l’exemple d’un repas en commun, pour donner l’envie d’être réunis autour de la lumière qu’est l’amour, c’est-à-dire l’envie irrésistible d’être ensemble. Ce n’est qu’un symbole. Il n’y a pas d’autre magie que celle de l’amour là-dedans, et il n’est surtout pas besoin d’en faire une obligation ni un rituel, car cela ruinerait l’amour même.

Luc

-----

Si vous avez le souvenir d’un excellent repas entre amis, lors de la prochaine réunion, poseriez-vous les bougies, les tables, les objets, exactement au même endroit en vous recueillant seulement si tout est comme la première fois ? Non, vous vous réuniriez à nouveau, dans une autre maison, avec même d’autres gens, et vous mangeriez aussi autre chose. Lorsque vous mangez un morceau de pain ou quoi que ce soit dans des conditions où vous créez l’amitié, l’amour, le plaisir d’être ensemble, vous faites acte de communion, que vous soyez croyant ou non. Il n’est pas besoin pour cela de religion. Car la seule religion est l’amour, et l’amour est comme un feu d’artifice, il part dans tous les sens, et vous vous lasseriez de voir un feu d’artifice qui fait sempiternellement le même mouvement de lumière. Vous ne faites pas de rite avec vos amis, n’en faites pas avec Dieu.

Marie

-----

De plus, faire une messe tous les dimanches obligerait les anges et Jésus à venir nous voir à heures fixes, et ils ont parfois autre chose à faire, comme nous.

Luc

-----

Dieu n’est pas à votre service, il montre le chemin en brillant dans le noir de l’ignorance.

Marie

Note de Luc : A-S m’écrit par mail, en me disant qu’elle a eu une longue instruction religieuse, et qu’il lui en est resté quelque chose, à tel point que si elle aime lire le forum et certains messages du site, elle a la désagréable impression de faire son marché, parce qu’elle aime bien certains rites.

Alors, je lui réponds :

Oui, Marie n'aime pas les rites parce qu'ils empêchent tant de monde d'aller vers elle tout naturellement, et donc de l'entendre, et d'entendre les anges. Cela crée un paravent pour certains, et pour d'autres carrément des murailles.

Je me souviens d'un de mes amis, acteur de cinéma, Bernard-Pierre Donnadieu, qui m'avait dit une chose qui m'avait beaucoup frappé, lorsque je lui demandais ce qu'il pensait des écoles pour être comédien.

Il m'avait dit :

— J'ai mis dix ans à désapprendre ce que j'avais appris.

Pour la religion, je crois que c'est un peu ça, quoique le délai de dix ans n'est pas le même pour tous !

C'est comme construire une maison sur un sol trop meuble, on ne peut pas juste la faire glisser ailleurs, il faut tout démonter, pour la refaire entièrement sur un sol fiable. Et sans écouter les entrepreneurs, cette fois.

Et ça prend du temps, on tâtonne, on refait des plans, et on se met à l'ouvrage seul, ou en petit comité avec ceux qui ont déjà fait le chemin.

Par rapport aux rites, c'est comme une formule magique. Alors que la vraie formule magique, c'est celle qui permet d'arriver à se dire, je peux lui parler. Et donc, finir par l'entendre, comme toi, lorsque tu as reçu une dernière phrase identique lors de ma retranscription de la réponse de Marie à ta question sur l'amour.

Entre toi et moi, à quoi cela servirait-il d'instaurer des rites ? A part la politesse, qui vient naturellement, toute action rituelle serait une perte de temps et ne ferait pas plus plaisir que ça. On finirait même par s'en lasser.

Si un rite, c'est mettre les formes, alors, mettre les formes auprès des anges, c'est, lorsqu'on doute, d'avoir des doutes constructifs.

Mettre les formes, c'est aller vers l'amour, avec amour. Car c'est déjà aller vers les anges.

Mettre les formes, c'est reconnaître l'ange comme un ami potentiel. Et non comme un fonctionnaire du ciel, qui vous demanderait de remplir tel ou tel formulaire.

L'amour, en soi, ne peut être une religion. Car chacun a sa manière d'aller vers les anges.

Et la religion uniformise l'acte.

La religion dit « acceptez cela comme ceci ou cela, sinon, craignez la colère de Dieu ». Elle ne pousse pas à réfléchir. C'est le moins qu'on puisse dire, même, puisque c'est le contraire. Et cela donne les interprétations tout à fait erronées qui ont été faites de l'évangile. Cela fait que lorsque Jésus dit « Je suis celui qui est », on comprend, « Je suis le seul », alors que c'est un engagement à réfléchir par soi-même, et à dire « Tu es, et je suis aussi », ce qui est une évidence. Et au lieu d'avoir Jésus seul, on a Jésus plus une personne. Si les gens l'avaient compris, ils auraient libéré Jésus de la croix.

Ce n'est pas grave de faire ton marché, puisque tu t'aperçois que ce n'est pas une bonne chose. Continue, jusqu'à plus soif, de sélectionner, encore et encore, et puis, au bout d'un moment, tu auras poussé tes doutes dans le ravin, avec leurs propres forces.

Luc

Table des messanges