Les paliers d’ascension

Il y a quelques années de cela, j’étais resté sur ma faim concernant un point que Marie avait évoqué, sur la réincarnation et ce qui se passait au ciel entre deux incarnations. En fait, Marie m’avait simplement dit que, puisque nous avions notre libre-arbitre, nous pouvions, au moment de planifier notre nouvelle incarnation, décider de nous élever selon notre choix. C’est-à-dire, de nous élever d’un centimètre ou d’un mètre, ou plus encore, si nous utilisons une échelle en centimètres, simplement pour plaquer un étalon que nous connaissons sur cette question. Marie m’avait même montré que nous pouvions choisir de nous élever d’un millimètre. Mais en aucun cas stagner, car la raison même de toute incarnation est de rechercher l’élévation de l’âme. C’est-à-dire, le rapprochement vers Dieu, qui est au sommet. Là où j’étais resté sur ma faim, c’était sur cette question de savoir à quoi il pouvait bien servir de choisir de ne s’élever que d’un millimètre, quand on pouvait faire beaucoup plus (on peut même décider de rejoindre Dieu en une seule vie, ce qui est, selon une explication récente de Marie, l’ambition suprême d’une âme : rejoindre Dieu et s’autoriser à En faire partie) ! Etait-ce par flemmardise, par manque de confiance en soi, qu’une âme se fixait un si petit objectif d’un « millimètre » ? Marie a ajouté ce matin des explications qui me permettent de comprendre beaucoup mieux les tenants et les aboutissants des paliers de l’ascension. Voici son message :

------

Mes amours,

Quand vous agissez mal, dans la vie, vous vous en rendez compte au moment de passer de l’autre côté. Bien mieux que pendant votre incarnation, la plupart du temps. Par exemple, lorsque vous avez échappé à une sanction pour avoir commis une mauvaise action, et que votre esprit malin vous a épargné ses conséquences, cette mauvaise action pour laquelle vous n’avez pas demandé pardon, à laquelle vous n’avez pas apporté de réparation, vous saute au visage en un instant, et vous n’avez qu’une aspiration, réparer. Selon les circonstances, et selon l’acuité intuitive des personnes auprès de qui vous devez apporter une réparation, il est souvent très difficile de réparer, justement parce qu’on ne vous entend pas demander pardon. Etant donné que pour la personne que vous avez fait souffrir, vous êtes mort. Et qu’elle ne se rend pas compte que si elle rêve de vous, quelques jours après votre disparition, ce n’est pas exactement un rêve, mais bien une apparition de vous auprès d’elle, pour accomplir ce que vous n’avez pas fait de votre vivant.

(Je fais un aparté pour dire que chaque mauvaise action ne vous sautera pas forcément au visage. Car seule votre âme sait, en connaissance de cause, et d’une manière infaillible, ce qui fut réellement une mauvaise action, ou non. Par exemple, il se peut que vous ayez commis l’acte d’un vol sur une personne qui elle-même était une voleuse, et que votre âme ait voulu, par ce geste, lui faire prendre conscience de sa mauvaise action à elle. Dans ce cas, votre vol ne peut être tenu pour une mauvaise action par votre âme.)

Quand vous avez commis beaucoup de mauvaises actions, vous avez beaucoup à réparer. Chaque mauvaise action pesant le poids, mettons, d’un kilo, si vous imaginez que vous vous les mettez sur les épaules, et que, au moment de planifier votre réincarnation, vous vous préparez à monter une échelle allant jusqu’à Dieu, vous vous rendez compte qu’avec ce poids, vous ne pourrez pas monter autant de degrés que si vous n’en aviez pas. Plus vous êtes chargé de mauvaises actions à réparer, plus chaque millimètre sera difficile à gagner. Quand vous saurez que, lorsque vous accomplissez une mauvaise action, par exemple si vous volez cent grammes d’or à votre voisin, alors il vous faudra, pour réparer (ce qui est absolument primordial pour votre âme), rembourser « au centuple » ! Or, au ciel, il n’y a pas de matière. Il n’y a pas d’or. Il n’y a que ce que vous faites, et ce que nous faisons, avec la lumière. C’est cela, cette impossibilité de rembourser autrement qu’en amour, qui vous fait apparaître la dette multipliée par cent ! Car en réalité, si vous avez foi en votre amour, vous pouvez « rembourser » tout cela, et mille fois tout cela, en l’espace d’un claquement de doigts. Mais quand on a commis tant de mauvaises actions, et qu’on les voit dans le blanc des yeux, véhiculées par d’autres âmes, dont chaque souffrance vient de nous, on perd confiance en ses moyens de « rembourser ». Alors, ne se voyant capable que d’un pas de mieux sur l’échelle de l’amour, capable de gravir qu’un seul palier, dans l’ascension vers Dieu, nous n’écrivons, nous ne faisons, que ce seul pas. Ecrasé par nos propres bêtises. Et sous le coup d’aucun jugement de quelque tierce personne que ce soit.

Voilà pourquoi, mes amours, quand vous pensez bien vous en tirer, grâce à votre intelligence, dans telle ou telle situation sur la terre, par exemple, quand vous revendez bien trop cher votre vieille voiture, quand vous profitez de la crédulité d’autrui, quand vous gagnez un procès alors que vous êtes fautif, mais que vous avez choisi l’avocat le plus cher et le plus habile, demandez-vous si c’est vraiment une bonne idée. Si c’est vraiment agir intelligemment. Sachant ce que je viens de vous dire : ce que vous aurez pris à mauvais escient, il vous faudra le rendre au centuple, en un lieu et dans des circonstances où cela vous semblera impossible. Et où vous ne gravirez qu’un tout petit échelon dans le palier de l’ascension, alors que votre souhait le plus intense et le plus vif aurait été de les gravir tous.

Marie

Table des messanges