Les souffrances cachées-24 octobre 2011

Lorsque vous avez une douleur, il existe tout un arsenal pour vous aider à guérir, dans les pays riches, tout du moins. Pourquoi vous soigne-t-on ? Parce qu’on voit votre souffrance. On voit le sang couler. On voit les larmes couler, pour ce qui est de la souffrance morale. Et cela éveille un instinct de conservation qui vaut aussi pour autrui. Pas seulement pour soi. Parce qu’il existe une conscience furtive, qui s’indignerait de laisser souffrir une partie de cette grande famille qu’est ce qui Est, et dont on sait, confusément, qu’on fait partie. Ensuite, qu’il existe aussi des profiteurs qui dérivent cet instinct pour faire de l’argent, cela ne fait pas de doute. Mais ce mouvement d’aller soigner autrui, quand il n’est pas dénaturé, montre que sans vouloir l’accepter, vous êtes dans une globalité, un ensemble qui aime, et qui ne veut pas voir souffrir. Cette globalité s’appelle Dieu/l’Amour.

Oui, vous désirez soigner qui souffre. Cependant, cela ne fonctionne, la plupart du temps, que pour les souffrances qui se voient. Que pour le sang et les larmes qui coulent.

Les souffrances physiques sont les premières que vous voyez. Donc, ce sont celles que les Etats et les scientifiques soignent, aveugles qu’ils sont, de nature, sur ce qui est plus profond dans l’humain que le pancréas ou les circonvolutions du cerveau. C’est pourquoi la sécurité sociale vous rembourse les soins pour un rhume mais pas ceux qu’il faudrait pour une rupture amoureuse, par exemple. Mais, dites-moi, vous, humains, vivants, êtres d’amour et de passion, de joie, de lumière, qu’est-ce qui est le plus grave et le plus urgent à soigner, entre un rhume et une rupture amoureuse ? Y a-t-il là matière à faire confiance aux scientifiques, aux médecins, aux politiciens, qui ne voient pas l’évidence, alors qu’ils se targuent d’avoir les microscopes et les télescopes les plus sophistiqués, pour tout voir, ne rien rater ?

Au nom de quoi peut-on trouver plus important de regarder le bout de son nez plutôt que dans les cœurs aimants ? Au nom de quoi peut-on faire des colloques et des meetings pour s’entre-féliciter de si peu de gloire véritable ?

Comment peut-on payer si cher pour mettre en place un scanner ou une IRM, et, dans le même temps, trouver tout à fait négligeable de mettre au jour des souffrances internes, cachées, qui, donc, n’éveillent pas l’instinct de guérison pour autrui ? Comment, dans un système qui se veut efficace financièrement, et qui justifie son manque de cœur sur sa méconnaissance de l’âme, peut-on refuser de considérer qu’en soignant ces souffrances cachées dans l’esprit des vivants, on éviterait tant de manifestations psychosomatiques, et donc de maladies, qui coûtent cher, et qui finissent par menacer de ruiner le système de protection tout entier ?

Il faut que les souffrances cachées soient exprimées, pour qu’on les voie, et pour qu’on en vienne à sensibiliser l’instinct de guérison. Il faut apprendre à ceux dont c’est le métier de guérir qu’il y a autre chose qu’un verre grossissant, qu’un stéthoscope, qu’une seringue, pour soigner, avant justement que tous ces ustensiles deviennent effectivement nécessaires. Oui, direz-vous, mais, parfois, la médecine technique est nécessaire, quand il y a un accident de la route, par exemple. Ou que quelqu’un fait, ne serait-ce qu’une chute.

Bien sûr. Cependant, et je vais en faire rire (tant mieux, j’aime faire rire, je suis aussi venu pour cela), jusqu’à ce que ce que je vais dire soit observé et donc avéré : A moins qu’on (humain ou EBA) la persécute parce qu’on sent bien que c’est elle qui voit juste et que donc, on s’est toujours trompé en ne voyant pas les évidences qu’elle met en lumière, une personne qui s’aime parce qu’elle fait sur la terre ce qu’elle est venue faire dans son incarnation ne tombe pas. N’a pas d’accident de voiture. N’est pas malade. Si elle s’écarte de son chemin, en revanche, le corps fait ce qu’il faut, mû par l’âme, pour lancer un signal d’alarme choc, afin qu’il y ait prise de conscience. Et souhait de rétablir les choses dans le bon ordre et le bon sens. Ensuite, ce qui subsiste, c’est le cas où une personne mal intentionnée en pousse une autre pour la faire tomber. A cela, il n’y a qu’une solution : que chacun apprenne à voir la lumière en soi et en autrui. Alors, cette lumière ne pouvant qu’être respectée si elle est vue telle qu’elle est, plus personne ne poussera qui que ce soit à tomber.

Pour en arriver là, il faut que les humains aient conscience de cette incroyable puissance d’amour qui est en eux, il faut l’étudier dans les écoles et les universités, il faut apprendre à voir les souffrances cachées, d’abord en autrui, ce qui est le plus aisé, puis en soi, ce qui est le plus difficile, pour les soigner.

Ce n’est pas les soigner qui est le plus compliqué. C’est ne pas les rappeler en soi ensuite, parce qu’on ressent un vide à combler et que cela donne le vertige.

Il faut que vous vous aimiez pour cesser de souffrir.

Il faut que vous vous parliez.

Il faut que vous ouvriez toutes les portes possibles et même impossibles, pour y parvenir.

Alors, vous n’aurez plus mal.

Jésus

Table des messanges