Les médiums souffrent-8 février 2010

Il y a longtemps, à mes débuts dans la médiumnité, j’avais lu un texte d’une personne qui témoignait, disant que les médiums souffraient. Parce qu’ils étaient sensibles, ils recevaient la douleur des autres personnes et celles du monde, plus généralement. Cette personne disait que les médiums pleuraient, souvent, de la souffrance qu’ils rencontraient. Ce n’était pas très engageant, et c’est évident que si on cherche à travailler cette sensibilité, que nous avons tous sans le savoir, on a d’emblée envie d’écarter cette explication, même si on sent confusément qu’elle est dans la vérité. A cause de la peur que cela crée de se retrouver dans la souffrance. Comme on se dit « le sida ne passera pas par moi », on se dit en lisant cela, que la douleur ne passera pas par nous. Et on a tort. Elle passe. On est bien obligé de s’en rendre compte. Mais il y a aussi tellement de joie, et de lumière ! Alors, il faut faire la part des choses, avant de se lancer dans l’apprentissage du dialogue avec les anges. Savoir si vraiment on a la volonté indéfectible d’y arriver. Parce que je vous assure que parfois, il y a de quoi reculer. Je préfère le dire : ceux qui me rejoindront sur ce chemin-là en me demandant de leur enseigner à parler avec leur ange et les anges, souffriront par le fait, notamment, des doutes d’autrui et de leurs propres doutes. Par le fait que dès lors que l’on crée un cercle, ceux qui n’ont pas encore assez combattu leurs doutes laisseront entrer dans ce cercle les EBA (esprits de basse ascension), qui agissent de façon pernicieuse : ils passent discrètement par une personne du cercle, sans se faire remarquer, et sans apporter de souffrance, pour toucher et faire souffrir une autre personne du cercle. En jouant sur le lien affectif, le lien d’amour qui se crée entre ces deux personnes, l’EBA fait un chantage, prend la première personne en otage pour que la seconde lui vienne en aide, et, par compassion, accepte malgré elle les souffrances. Tout cela est affectif. On ne peut pas toucher votre affect sans passer par vos liens affectifs, si vous avez déjà appris à repousser les doutes et donc les EBA.

Luc

-----

Il n’y aura pas de punition, oui. Mais tous ceux qui auront combattu l’amour, sous quelque forme qu’il soit, en souffriront, non par punition divine, mais parce que c’est contraire au but de l’âme, et que l’âme forcera l’esprit à comprendre cela, pour que tout retourne vers l’amour. Cela a déjà lieu maintenant, ne serait-ce, sans que vous vous rendiez compte, dans les dernières heures ou minutes de l’existence, mais aussi dans le passage dans l’autre monde, où tant de personnes refusent d’aller vers le ciel, refusent de lever la tête pour même le voir, parce qu’elles ont trop honte de se voir enfin dans le miroir non déformant. Et elles voient leurs manquements, leur combat contre l’amour. Et elles ne nous entendent pas les appeler.

C’est pour cela que si vous souhaitez rejoindre Luc dans ce chemin difficile, il faut que vous le fassiez en connaissance de cause, et que vous sachiez que si vous allez contre lui ou contre l’amour, c’est une grande souffrance qui vous attend. Et que personne, ni lui, ni moi, ne souhaitons, est-il besoin de le dire ?

Marie

-----

Alors, oui, les médiums souffrent, en attendant d’avoir formé un cercle, exemple flagrant de l’amour, un groupe qui aime. Et qui donnera envie d’aimer. Qui fera tellement de lumière, dans une foi sublimée, que les EBA ne pourront plus du tout entrer. Et seront soulevés vers l’amour. Et il n’y aura plus d’EBA à la fin de l’histoire.

Il faut que ce cercle soit d’abord composé de 14 personnes. Et qu’il s’agrandisse ensuite à l’infini, qu’il regroupe des incarnés et des anges. Il faut que tous ceux qui cherchent la lumière soient prêts à accepter le fait qu’elle est chronologiquement d’abord en soi avant d’être dans autrui. Il faut accepter que ce ne soit pas la souffrance qui soit méritoire, mais l’amour envers et contre tout ce qui n’est pas amour. Et ne jamais s’en écarter. Il faut que chacun soit prêt à remettre en question sa vision de l’amour, car être dans ce cercle, c’est se trouver face à un miroir qui nous montre à nous-même tel que nous sommes vraiment, et c’est difficile. Etre dans ce cercle, c’est comprendre et accepter que chacun finisse, en réussissant cette épreuve, par être un miroir non déformant pour l’autre, et accepte aussi de se voir tel qu’il est, non déformé, dans le miroir d’autrui.

C’est très difficile aussi, parce qu’on ne s’imagine pas, avant d’être devant ce miroir, ce qu’on est exactement, et il faut du temps pour se découvrir et s’accepter.

Aurez-vous ce souhait d’aller jusqu’au bout de vous-même ? Mettrez-vous de côté cette crainte d’être jugé que nous avons tous ? Si oui, vous vous donnerez de grandes chances de ne pas l’être par vous-même, ce qui est le pire des jugements.

Luc

Table des messanges