Les médiums protégés ?-11 août 2011

Je parlais, il y a de nombreuses années de cela, à une femme médium, de mon expérience de la médiumnité, alors que je n’avais pas encore suffisamment pris connaissance de ce que cela veut dire. Et cette femme me disait que, pour transmettre Marie et les anges, j’étais forcément très protégé. Ce qui voudrait dire que lorsqu’on est médium, notre statut « supérieur » nous donnerait droit à des anges-bodyguards, qui nous préviendraient toujours, et nous maintiendraient en sécurité. Rien n’est vrai dans cette idée. Car c’est l’orgueil qui nous fait penser cela, et c’est lorsque nous croyons pouvoir manipuler des gens avec notre pseudo-don (qui n’en est pas un, dans la mesure où chacun est un médium qui s’ignore) que nous en venons à croire cela. Nous nous donnons de l’importance, surtout lorsque nous débutons sur ce point, à cause de ce que cela a de fascinant de ressentir les peines d’autrui, et de se croire investi d’un pouvoir scientifique ou soignant, quel qu’il soit.

Mais à la vérité, seule la personne qui souffre a le pouvoir de se soigner. Encore faut-il qu’elle en ait réellement et profondément le vouloir. Et la science est bien trop minuscule pour prétendre étudier les anges et Dieu.

Nous ne pouvons aider les gens à se soigner de leurs souffrances que dans la mesure où, comme un miroir non déformant, nous leur renvoyons l’image, parlée ou non, de ce qu’ils sont en vérité. Et c’est cela qui permet de savoir où l’on en est sur son chemin, spirituel et de vie, c’est cela qui permet de prendre en soi l’envie de guérir ou d’avancer.

Les mediums protégés ? Allons donc ! Si c’était le cas, pourquoi aurions-nous vu Jésus sur sa croix ?

Ce qui veut dire, accessoirement, que quand de soi-disant médiums, gourous, marabouts, voyants… etc., vous disent qu'ils peuvent vous offrir une protection quelconque, c'est entièrement faux. Les anges nous donnent leur amour, mais ils ne nous donnent pas d’armure. Car sinon, comment ferions-nous pour nous dire, après une épreuve surmontée, que nous ne le devons qu’à nous-mêmes, et que nous pouvons progresser, passer à la suite ? Comment, sans cela, avancer sans toujours un secours ?

Ce sont les hommes et les femmes qui étaient là pour protéger Jésus, et qui étaient venus sur la terre pour, le moment venu, le détacher de la croix, ou même empêcher qu’il y soit cloué. Ils ont failli à cela, et c’est pour cela qu’en vérité, ils s’en veulent depuis 2000 ans, et qu’ils stigmatisent leur erreur en affichant des Jésus en croix partout où ils prient.

Il faut sortir de cela. Cesser de s’en vouloir. Et ne plus laisser la part de Dieu qui est en chacun se faire piétiner. C’est pour cela que Marie, les anges, et Jésus ont laissé faire cette abominable histoire. Par pour glorifier le sacrifice, non. Pas pour que vous mettiez des croix partout dans les églises et sur les routes et les places. Mais pour que vous vous disiez : la prochaine fois, je ne laisserai pas faire, la prochaine fois, je sourirai dans l’amour, la prochaine fois, je prendrai la main du Seigneur.

Luc

Table des messanges