Les inoculateurs de dépression

D’où viennent les dépressions ? Comment attrape-t-on cette malédiction qui se répand de plus en plus dans le monde ?

Bien sûr, il y a les vraies causes de souffrances morales, comme la perte d’un proche, un chagrin d’amour, les luttes intestines, les guerres et tout ce qui directement et visiblement touche un être vivant et permet de connaitre la source de la douleur.

Mais parlons de ce qui ne saute pas ainsi aux yeux. Écoutons ces voix, de plus en plus nombreuses, qui s’élèvent pour dire : « Je ne me sens pas bien et je ne sais pas pourquoi. ». Comprenons que c’est sur ce terrain-là que, si nous sommes incarnés, nous sommes à même d’agir le plus efficacement. Car pour les douleurs dont j’ai parlé avant, il s’agit de consoler et consolider ceux qui en sont victimes, il s’agit de laisser passer du temps pour que les blessures cicatrisent.

Alors que pour ces douleurs aux sources cachées, nous ne sommes pas outillés, ni armés, pour les combattre. Sauf si nous comprenons qu’il s’agit d’actes d’EBA. Et si nous comprenons quels sont leurs outils à eux. En définitive, si vous voyons quels sont leurs inoculateurs de dépression.

Beaucoup de ces inoculateurs ont déjà été dévoilés dans ces pages, mais le monde avance, les EBA avec. Et ils se modernisent plus vite que l’humanité, qui les suit, et s’enorgueillit des progrès qu’elle croit avoir accomplis alors qu’elle est manipulée et que ces « progrès » sont bien souvent des régressions.

Les armes nouvelles, extrêmement efficaces, des EBA passent par les vibrations, puisque ces vibrations sont reçues par les vivants et les touchent avec une facilité absolue. Agissant sur leurs propres vibrations en les parasitant, agissant sur leur imagination, leur état mental, sur leur moral, leurs peurs, leurs joies (surtout les fausses) et sapant ce qu’ils sont, pour les faire tomber dans le trou de plus en plus profond des dépressions ambiantes.

Il faut commencer par parler de ces vibrations. Il y a celles que les cinq sens perçoivent, comme les sons, les images. Il y a celles qu’ils ne perçoivent pas parce que les organes de réception sont limités : l’oreille n’entend pas les ultrasons, par exemple. Et il y a celles que seul votre J’aime perçoit, parce que ce sont des vibrations spirituelles, qui ne sont pas mesurables par des machines, ni pas l’organisme mais qui peuvent avoir un effet sur lui, positif ou négatif, selon leur origine.

Les vibrations physiques et mesurables par les êtres vivants, lorsqu’elles peuvent être générées en même temps que des ondes spirituelles, cachent, parasitent, les ondes spirituelles. Les ondes physiques et mesurables servent donc de porteuses saines mais colportant un virus contaminant les ondes spirituelles. Les ondes ainsi instillées par les EBA sont destinées à pénétrer dans votre esprit et à leur en faire prendre les commandes. Les ondes physiques et mesurables leur servent de camouflage, ils ne peuvent entrer sans cela.

Pensez à ceci et ne le perdez pas de vue : les anges et le J’aime n’ont aucunement besoin d’objets pour faire passer leurs vibrations. Toutes les vibrations qui vous sont présentées comme bénéfiques ou même venant d’êtres de lumières, mais qui passent obligatoirement par des objets, sont fabriquées par les EBA. Je vous ai parlé

Je vous ai parlé des tambours et des trompettes pour déterminer cela, il faut élargir encore cette approche, pour comprendre comment vous êtes manipulés, et physiquement, et mentalement, par des objets utilisés par les EBA.

Vous avez, en cette année 2017, une grand mode de l’été, les hand-spinners. Ces objets qu’il faut tourner rapidement « pour se sentir bien ». Eh bien, comme pour les tambours, il s’agit d’une vibration qui sert de cheval de Troie aux EBA. Voici comment l’EBA agit : Vous faites tourner le hand-spinner. Cela crée une vibration audible. Et, vous ne savez pas pourquoi, vous êtes envahi par un sentiment de bien-être inexplicable, un peu comme si on avait mis la clim en marche, soudain, dans un bureau trop chaud. C’est le faux bonheur que les EBA répandent, et qu’ils savent très bien fabriquer. Seulement, comme c’est du toc, cela ne dure pas, et au bout d’un temps assez court, vous ne ressentez plus rien. Ou plus assez. Mais cela ne vous interpelle pas, parce que maintenant, avec la société de consommation, on vous a appris à vouloir changer tout le temps d’objet parce que les sensations plaisantes ne durent que peu de temps. Comparez cela avec le ressenti que vous avez avec les cadeaux de noël, même les plus sophistiqués et les plus chers, les plus désirés, qui n’ont plus de saveur en quelques heures.

Alors, vous tournez, tournez, ces hand-spinners, en faisant comme si cela vous apportait toujours le même apaisement. Les EBA s’amusent énormément du ridicule de la situation. Et, partisans du moindre effort, voici comment ils ont fait pour entrer chez vous, dans la maison de votre esprit : ils profitent de l’onde basse créée au départ par le fait que vous tourniez le hand-spinner pour se glisser dans cette onde sans que vous vous en aperceviez, en se coulant dedans. Ils règlent leur vibration sur celle créée par le hand-spinner. Ils inoculent leur faux bonheur dedans, comme on injecte de la drogue avec une seringue. Car c’est ainsi que la drogue fonctionne : elle crée un état stupéfiant, plus ou moins fort selon la puissance de la drogue. Un état de bonheur proche de celui qu’on a dans le ventre maternel ou celui que l’on a quand on parle avec son J’aime et qu’on reçoit son amour. Le sujet, une fois l’état de bonheur passé (c’est très éphémère), n’a plus qu’un souhait : revenir à cet état. Mais il n’y parviendra jamais avec la drogue d’origine. Voilà comment, avec sa gentillesse de joujou inoffensif, qui plus est propulsé par l’effet de mode, le hand-spinner est une clé qui peut servir aux EBA dès lors que comme avec une drogue, vous allez être en demande et non satisfait. A ce moment-là, les eba s’incrustent dans un ressenti bas : votre déception silencieuse, souvent même inconsciente, de ne plus avoir ce bonheur en vous. Votre besoin, qui ne sera jamais assouvi, que cela recommence.

C’est la même chose avec d’autres objets, comme les nohohons. Vous ne me suivez pas ? Ils ne produisent pas d’onde, puisqu’ils ne produisent pas de son ! Eh bien si. Ils produisent bien une onde, de fréquence extrêmement basse, qui est le terrain de prédilection des EBA. Il s’agit d’une onde visuelle. Ce mouvement lent de la tête est une onde, une vibration physique et mesurable. Alors, pendant un temps court, vous vous sentirez envahi par un sentiment de bien-être. Mais ce ne sera en réalité que l’EBA qui aura réussi à s’inoculer en vous !

A vous de voir si vous voulez laisser la porte ouverte.

Je voudrais aussi parler d’un autre outil des EBA, qui est le plus redoutable qui soit aujourd’hui : l’écran, et principalement celui du téléphone portable.

Vous, qui êtes jeune aujourd’hui, êtes de plus en plus nombreux à vous sentir de plus en plus angoissé, sans savoir que ce n’est pas normal de l’être. Ne faites-vous pas partie de tous ces innombrables jeunes qui ne peuvent pas se passer de leur téléphone et qui ne comprennent pas pourquoi, qui se disent bien que quelque chose cloche, mais quoi ? Ne faites-vous pas partie de tous ces gens qui se disent : « A la limite, je me sens mieux quand j’ai mon tel avec moi mais je ne sais pas pourquoi ça me fait ça. »

Vous êtes victime des EBA, qui passent par votre console de jeu, votre téléphone. Pourquoi ? Comment ? Parce que la société de consommation de d’information/désinformation vous a dressés à vous enfermer dans une bulle. Une bulle qui est votre téléphone ou votre console ou votre ordinateur. Les SMS, par exemple, sont un excellent moyen de vous rendre dépendant, là encore, comme d’une drogue. Puisque dans un SMS, on peut dire ce qu’on veut, l’autre n’est pas à côté de nous pour voir ce que nous sommes vraiment. Avec un portable, je peux me montrer sur mon jour le plus avantageux. Je n’ai plus peur de ne pas séduire, puisque je peux, même sans m’en rendre compte, tricher.

Mais le problème, quand vous entrez dans cette bulle bien confortable, c’est que vous ne pouvez plus en sortir. Vous en êtes prisonnier, parce que vous n’envisagez plus d’être vu sans pouvoir embellir, cacher, manipuler votre propre image comme avec les SMS. Vous êtes obligé, dans une confrontation réelle avec les gens qui comptent pour vous, de ne pas être autre chose que vous. De n’être, tristement, au final, « que vous ». Et comme vous ne vous aimez pas tel que vous êtes, vous préférez rester dans la bulle.

Vous vous dites que c’est bizarre, mais vous ne vous voyez plus agir sans votre téléphone. Et vous vous angoissez, parce que vous comprenez que vous ne vous suffisez pas à exister en paix, tel que vous êtes, à la face du monde.

Tout ce qui vous met dans une bulle, par un moyen hypnotique est, par définition, une manipulation des EBA. Et qu’est ce qui est plus hypnotisant qu’un écran, qu’est ce qui est plus efficace dans l’hypnose par écran que la violence, qui tétanise et monopolise l’esprit ? Oh, bien sûr, ce ne sont pas les EBA qui ont fabriqué votre téléphone ou votre Console. Les EBA ont juste présidé à leur création, en en glissant l’idée dans les têtes des chercheurs. Et des investisseurs, qui, aveuglés par l’appât du gain, s’empressent de fermer les yeux sur les possibles retombées négatives de ce dont ils remplissent le marché.

La première arme des EBA, c’est l’argent. Depuis tellement longtemps ! Et, avec la modernité, les écrans sont devenus la seconde. Sans l’argent, il n’y aurait pas d’écrans. Sans écrans, il n’y aurait pas de gens qui se demandent pourquoi ils ne peuvent pas s’en passer.

Et ensuite, que font les EBA, une fois qu’ils sont entrés dans les maisons de nos esprits avec les écrans ?

A votre avis, d’où viennent ces cauchemars qui tournent en rond dans les têtes des enfants et des ados ? Qui font qu’un enfant de 12 ans se réveille en pleurant le matin parce qu’il a rêvé que sa mère était morte ? Et qui, presque tous les matins, se lève en pensant qu’aujourd’hui, ça va être la pire journée de sa vie ? D’où viennent ces voix qui leurs mettent tout cela dans la tête ? De leur imagination ? Oui, parce qu’elle est visitée par les EBA qui s’en sont rendus maîtres aux moments-clés de la journée.

Comment faire pour que ces enfants et ces adolescents retrouvent la préséance dans la maison de leur esprit ? Sans pour autant leur arracher leurs téléphones, parce que les EBA ont tout prévu, cela créerait un effet de manque et une douleur au moins égale à celle de la dépression...

Il faut procéder progressivement. Diminuer les doses de cette drogue comme au cours d’une désintoxication. Il faut que les parents sortent de leurs bulles à eux, poussés par l’urgence qu’il y a à sauver leur enfants de ce fléau, car si rien n’est fait, à quoi ressemblera la vie réelle, pour les enfants, une fois qu’elle sera obligatoire parce qu’il faudra être autonome ? La vie fera tellement peur qu’on n’osera plus la vivre. Qu’on voudra ne plus la vivre. Cela a déjà commencé, et se voit dans la vague croissante des suicides. Qui est le but suprême des EBA. Le suicide de tout ce qui vit. Ensuite, quand nous nous serons tous autodétruits (du moins est-ce le rêve éveillé des EBA), ils se détruiront à leur tour.

Comment se battre contre cela ?

Déjà, il faut passer de l’état passif devant l’écran à l’état actif. Ne plus se laisser offrir toutes les solutions pour l’existence par les remplisseurs d’écran car ce ne sont pas les vraies solutions pour que la vie réelle soit possible et que vous puissiez la regarder sans peur, que vous puissiez faire partie de cette vie réelle devant autrui sans avoir peur de vous-même. Il faut enlever la peur de l’équation pour que les angoisses se meurent.

Il faut aiguiser votre esprit critique. Vous ne pouvez pas vous passez des écrans ? Bon, alors dans ce cas, profitez-en pour analyser ce que vous voyez, découvrez qui tire les ficelles et pourquoi, faites au mieux pour ne rien cacher ni embellir de vous, soyez ce que vous êtes sans artifice. Vous n’y arrivez pas ? Mettez-vous en situation : imaginez que ce n’est pas vous, mais votre enfant, qui est en addiction totale et en danger avec son téléphone, que lui diriez-vous sur la façon dont il est manipulé ? Et dites- le vous à vous-même, vous aurez laissé parler votre J’aime et vous lui aurez redonné la direction des opérations.

Vous pouvez aussi demander à votre ange gardien, si vous y croyez, si vous l’entendez, ou si vous voulez l’entendre, de vous aider à reprendre possession de la maison de votre esprit. Il vous sera d’un grand secours si vous ne lui fermez plus la porte de votre bulle.

Marie.

Table des messanges