Les épreuves

Question d’un lecteur :

Marie vous a-t-elle dit pourquoi parfois, bien que certaines personnes aient suffisamment enduré (du moins à leurs propres yeux), et qu'elles aient le sentiment d'avoir assimilé la leçon, il leur faille encore passer par d'autres épreuves ? Est-ce parce que c'est justement la preuve qu'elles ne sont pas encore prêtes à apprendre d'une façon moins dure ? Qu'une vie ou un peu plus ne suffit pas à passer à un mode d'apprentissage qui les malmène moins ? Ou bien n'y a-t-il de manières d'apprendre que de ce mode-là ?

-----

Les épreuves que vous traversez ont été écrites par vous-même, avant de venir dans votre corps, en toute connaissance de cause, et en parfaite connaissance de vous-même, de ce que vous pouvez faire, de ce que vous ne pouvez pas faire, et du but que vous vous êtes fixé. En vivant, vous oubliez ce but exact, mais vous y tendez de toutes vos forces, vous êtes aimanté par votre chemin, même si, parce que vous avez votre libre arbitre, vous pouvez en sortir. Mais dans ce cas, ce qui vous apparaît alors comme un raccourci rallonge en fait la route, car vous sortez de la droite que vous vous êtes fixée.

Si l'épreuve se présente encore, c'est que vous n'avez pas vu tous les aspects du kaléidoscope, que vous n'avez pas trouvé toutes les ficelles, qui vous permettraient de vivre sans armure, moins lourdement, en étant enfin vous-même. Ce n'est pas que vous êtes puni(e), ce n'est pas que vous êtes « trop bête pour comprendre », c'est qu'il faut du temps pour faire le tour de tout ce qui vous compose, et pour savoir exactement comment aller plus haut, comment mériter, à vos propres yeux, la place que vous visez au sein de Dieu. Car tel est votre but, il n'est pas mystérieux, c'est le but de tous, absolument tous.

Lorsque les choses vont mal, pensez à ce que j'ai dit sur le bonheur, sachez voir ce que vous avez en vous et vous en satisfaire, ou voyez à travailler la terre de votre jardin de l'âme, pour enlever les mauvaises herbes, qui s'appellent le doute, le non amour, la volonté de nuire, de vous venger, d'hériter comme par une sorte de loi du dû, ce qui en fait ne vous est pas acquis spirituellement.

Si vous faites cela, lorsque l'épreuve se représentera, vous aurez de nouvelles armes pour lutter contre elle, elle sera moins lourde, et vous la vaincrez sans armure, sans apport extérieur, sauf celui que nous pourrons vous donner, en voyant votre belle détermination et votre souhait de vous élever.

Nous pourrons vous aider si vous vous aidez d'abord vous-même. Il ne vous sert à rien, sur terre, d'aider quelqu'un qui ne veut pas s'aider lui-même. C'est peine perdue, exactement comme pour nous. Seulement, vous ne savez pas toujours quel est le bon chemin, alors, regardez dans votre cœur, et allez là où vous savez que vous accomplirez ce qui vous est vraiment propre, ce qui est votre vous profond, dans le respect des autres, et dans l'amour. Les réponses simples, enfantines, sont toujours les seules valables.

Mais vous êtes en enfer, vous avez demandé à y descendre pour vous prouver à vous-même que vous pouvez vous élever, et tout est tellement compliqué en enfer que vous ne savez plus voir ce qui est simple : tout le raisonnement est préconstruit selon un schéma plein d'erreurs et d'a priori, et il est normal que vous ayez du mal à vous défaire de cette voie toute tracée comme les rails d'un train. Sortez-en, et vous vous trouverez, assis sur le bord de la route, tout simplement à vous attendre vous-même, à attendre que vous ayez pris la décision de faire ce que vous avez à faire. Cela ne voudra pas dire qu'il n'y aura plus d'épreuves, mais vous les vivrez en sachant. Et ce sera plus aisé.

Quelles que soient les embûches, vous venez vers nous. Alors, bonne route à vous, nous ne vous oublions pas, et nous vous aidons d'autant plus à supporter les peines que vous ne vous oubliez pas vous-mêmes.

Votre combat en enfer est très méritoire, vous avez, que vous le croyiez ou non, ce qu'il faut pour parvenir au but, alors, faites-le. Paré seulement de votre lumière, vous n'aurez plus honte devant l'absence de l'armure, car au ciel, il n'est pas besoin d'armure.

Marie

Table des messanges