Les enfants des stars

Une lectrice demande à Marie comment il se fait que certains enfants de stars ne semblent pas à leur place.

-----

La question de savoir pourquoi certains enfants de stars ne semblent pas à leur place est simple à comprendre. Sachant que nous choisissons nos parents depuis le ciel, et que notre visée, notre choix, ne peut être régi que par le désir absolu de s’élever spirituellement parlant, il existe quatre cas de figure.

Le premier est celui où une âme décide de s’incarner dans l’enfant d’une personne célèbre pour résister aux trompettes de la renommée, malgré l’envie qu’elle aurait de profiter de la situation, et pour accomplir sa tâche, indépendamment du profil des parents. Cela pour, à ses propres yeux, mériter une ascension qu’elle ferait seule, sans aide, et même plutôt freinée, dans bien des cas. Les âmes qui se proposent ce challenge-là succombent bien souvent à la tentation, justement parce qu’elles ne voient que le premier degré, et prennent la facilité, au lieu de suivre leur chemin profond. Il va sans dire que dans ce cas, puisqu’elles ne sont pas faites pour tenir le rôle qu’elles semblent « hériter », elles se trompent, et n’accomplissent pas exactement le destin qu’elles s’étaient dessiné. Si cette catégorie représente le plus grand nombre, celle où l’on trouve les âmes qui réussissent malgré tout le challenge représente le plus petit nombre. Ce n’est pas là un jugement de valeur, mais un état des lieux bien compréhensible étant donnée la difficulté de la chose. Personne, hors d’eux-mêmes, ne juge au ciel les âmes qui n’ont pas réussi, et dans la vie suivante, elles vont chercher à réussir d’une autre façon, bien souvent, quoiqu’il y en ait de têtues, qui essaient encore et encore, et nous ne saurions, ici, les en blâmer, car c’est un des plus beaux challenges qui soient !

Le deuxième cas de figure, c’est celui d’une âme qui décide de s’incarner dans l’enfant d’une personne célèbre parce qu’elle a une force d’amour à donner, qui doit être propulsée. C’est le cas des anges, qui redescendent sur terre, pour donner l’exemple de l’amour, quelle qu’en soit sa forme, mais c’est également le cas des futurs anges, des anges en devenir. Ces esprits-là se reconnaissent à leur sensibilité extrême, à leur faculté d’être touchés profondément par tant de choses, jusqu’aux larmes parfois. Les anges ne descendent pas souvent sur terre, et il ne vous est pas donné de les reconnaître au premier coup d’œil, heureusement. Les anges ne font pas tous des miracles, loin de là, mais la seule façon que vous ayez de pouvoir les reconnaître à coup sûr, c’est par la véracité de l’amour qu’ils donnent, d’eux-mêmes, sans avoir toujours besoin d’artifice, de projecteurs et de caméras, ni de publicité.

Le troisième cas de figure, c’est celui de deux esprits qui se sont donné rendez-vous, parce qu’ils sont en osmose, ou parce qu’ils ont, réunis sur la terre, la capacité de faire des étincelles d’amour plus fortes encore. « Rendez-vous dans ma vie future, sois ma fille, sois mon fils, je t’attendrai. » est le genre de phrase dite avant que le parent descende dans un corps, en attendant d’être rejoint par l’autre.

Le quatrième cas de figure, c’est celui d’un esprit très inférieur, qui veut « profiter », qui veut être le centre d’attraction, et qui ira s’incarner chez un papa ou une maman célèbre, pour faire comme les anges, les copier, et faire croire qu’il est capable de donner de l’amour. Mais dans ce cas, c’est justement l’amour factice, « poudre aux yeux », de la télévision, auquel vous vous laissez si facilement prendre ! Il est vrai que c’est fait pour ça, et que c’est bien imaginé, justement par ce genre d’esprits, qui sont ceux qui occupent les postes clés, puisque vous les laissez faire. Inutile de dire qu’à l’heure du bilan, l’ascension spirituelle des esprits en question est minime (elle serait pour vous de l’ordre du millimètre), et qu’il leur faudra beaucoup de vies pour rejoindre la lumière de Dieu, malheureusement, dans l’enfer de la terre, où ils s’achètent un faux paradis qu’ils prennent eux-mêmes pour le vrai, tellement leur système de valeur fonctionne bien. A moins, bien sûr, que la grâce les touche, et qu’ils se rendent compte à temps de leur erreur, qu’ils tentent de faire marche arrière, et d’inverser l’ordre des choses. Ce n’est pas encore à l’ordre du jour.

Marie

-----

Question d'Imane-28 février 2018

Les âmes qui sont basses spirituellement et qui décident plutôt de se réincarner dans une famille riche pour profiter des plaisirs terrestre.

C'est un peu triste non, car elles sont dans la connaissance global donc elles ne peuvent pas se mentir, elles savent qu'elles font un choix contre l'amour on peut dire.

Pourquoi elles ne prennent pas conscience du fait qu’elles vont vivre mais qu'il faudra tout refaire ?

Je n’arrive pas à les comprendre, c'est comme si je disais : « Je vois l'amour, comme c'est beau, puissant réel et éternel, mais tu sais quoi, je vais plutôt profiter de 70 ans de plaisir terrestre ». Et en plus, c'est même pas un vrai plaisir vu qu'elles ont peur de le perdre à n'importe quelles crises. Elles en veulent toujours plus et jamais satisfaites.

Si on pouvait m'éclairer sur ce qui me manque.

-----

Nous parlons ici des âmes qui sont basses, spirituellement parlant. Ce qui veut dire que ces âmes-là sont en bas de l’échelle qu’elles doivent gravir pour aller vers la lumière. Alors, si tu es en bas d’une échelle très haute, tu planifies de monter à une certaine hauteur. Mais généralement pas de monter tout en haut en une seule vie. Parce que ça, quand on est au ciel, c’est possible, mais quand on est incarné, c’est vraiment extrêmement difficile. Donc, elles ne décident de faire que ce quelles peuvent faire, justement parce quelles sont dans la connaissance globale. Elles ne peuvent, de ce fait, décider de planifier quelque chose dont elles ne sont pas sûres d’être capables. Elles écrivent qu’elles vont monter X marches, et à l’heure du bilan, soit elles y sont arrivées, et c’est très bien, soit elles n’y sont pas arrivées, elles n’ont monté que quelques marches, alors, il faudra réécrire de monter les marches pas escaladées, mais celles franchies sont acquises. Si elles n’ont pas monté une seule marche, alors, c’est là que c’est vraiment triste, oui, parce que leur incarnation n’a servi à rien. Mais si elles ont monté plus de marches que prévu (oui, ça arrive), alors, c’est formidable !

De plus, on ne peut pas écrire des vies qui sont 70 ans de plaisirs terrestres. Car dans ce cas, on ne fait rien soi même, tout est servi sur un plateau, et c’est là qu’on ne monte aucune marche.

Aussi, j’ai déjà dit ailleurs que naitre riche n’est pas forcément une bonne chose, qui rendrait les choses plus faciles à une âme qui débute en bas de l’échelle. Parce que là non plus, on n’agit pas beaucoup par soi, on ne fait pas d’effort soi-même, on apprend au contraire à ce que les autres le fassent pour soi. Et tout est à refaire, alors, comme tu dis, quand on fait le bilan, de l’autre côté. Naitre riche est même souvent une difficulté supplémentaire qu’on s’écrit pour tenter de monter par soi même alors que tout nous pousse à ne pas le faire.

Je parlais, sur ce thème, des esprits très inférieurs. C'est-à-dire ceux qui ne voient pas bien haut. Ils sont dans la connaissance globale, certes, mais ils savent bien où ils sont, le chemin qu’il leur faut parcourir pour espérer remonter vers le sommet, et souvent, ces âmes-là manquent de courage, de volonté, elles se limitent, parce qu’elles ont leur libre-arbitre. Et quand elles sont incarnées, on les reconnait bien souvent à leur haute position sociale, mais à la méconnaissance qu’elles ont de ce qu’est la véritable ascension, celle qui est spirituelle. Et ils font leurs des espèces de dictons qui les assied dans leur ignorance et justifie leurs actes qui n’apparaissent plus comme discutables à personne. Par exemple, personne n’a réagi à cette expression qu’un homme très en vue a utilisée en disant « la France d’en bas ». C’est étonnant, cela, parce que c’est très insultant pour ceux qui sont pauvres, c'est-à-dire ceux qui sont visés par ce vocable. Car enfin, qui peut affirmer que les pauvres, parce qu’ils sont pauvres, sont en bas, cataloguer les gens de cette manière, c’est inique. Être en bas socialement ne veut pas dire qu’on soir en bas moralement, sentimentalement, intellectuellement, spirituellement, sexuellement, musculairement, humainement ! Et dire cela, c’est enterrer ces personnes en bas, les y couler dans le bronze, en laissant entendre que ce sont des gens à qui on va jeter un os, juste assez pour leur permettre de survivre à cette condition qui les fait bien plaindre une minute, allez, et juste assez aussi pour se donner l’impression qu’on a un bien grand cœur et de l’empathie pour cette populace indécrottable. Qui n’aura jamais accès aux banquets avec petits fours au caviar que tout haut personnage se fait offrir tout naturellement. Avec un salaire mirobolant à vie. Au ciel, quand nous vous regardons, nous voyons les choses à l’endroit, c'est-à-dire telles qu’elles sont. Dans la très grande majorité des cas, ce qui est tout en haut de la société est tout en bas, spirituellement parlant. La différence, au ciel, c’est qu’à ces « âmes d’en bas », nous offrons la même échelle qu’aux autres, et la même connaissance globale.

Maintenant, on part du barreau où l’on se trouve, et monter très haut d’un coup, ça donne peur d’avoir le vertige, vous savez !

Marie.

-----

Imane :

J'ai encore une question, mais il y a peut-être un messange qui traite de ça. J'ai légèrement l'impression de tourner en rond et de manquer un détail. Deux J'aime se sont créés mais un se voit à un niveau plus haut sur l'échelle spirituelle que l'autre. Je ne comprends pas pourquoi.

------

Luc : Ce n'est pas tellement qu’un J'aime se voit plus haut que l'autre. c'est que plus un J'aime produit d'amour (donc de lumière) plus il est grand et haut.

C’est comme ça. Tu mets une flamme de briquet a coté d'une autre plus petite, il y en a une qui est plus grande, parce qu'elle donne plus de lumière et plus de puissance.

Tu t'incarnes pour faire l'œuvre de dieu, et l'œuvre de dieu, c'est faire grandir l'amour/lumière. Donc, plus tu es grand, plus tu montes, et le père est la lumière la plus puissante. Même si, paradoxalement, le père est dans l'infiniment petit. Il grandit par la mère.

Est-ce que ça te parle mieux ?

-----

Imane :

Ce sont deux bébés flammes : nés du même père et de la même source. Elles n’ont toutes les deux qu'un jour de vie.

Mais l'une brille plus que l'autre. Pourquoi, s’il n'y a rien avant leur création ?

-----

Luc :

Non, elles ne brillent pas plus fort l'une que l'autre si elles ont monté la même marche de l'escalier. A marche égale lumière égale. Si elles n'ont pas monté de marche, elles ont la même lumière. Marie parle des lumières très basses après une vie ou plusieurs, celles qui ne montent pas.

Imane :

OK. Là je comprends.

C'était simple après le nettoyage de mauvaises suppositions.

Table des messanges