Les apparitions de Marie

On dit que j'apparais parfois.

Il en est même qui m'ont filmée, paraît-il !

Je voudrais faire la lumière sur mes apparitions.

Elles sont rares, parce que pour que votre esprit me voie ou voie un ange ou même un esprit qui est au ciel près du Père, il faut le concours de tous les anges.

Comme vous l'imaginez, ils sont tous très occupés, et lorsque nous nous réunissons pour apparaître, c'est parce que le message est important.

Pour vous. Ou pour tous ceux qui ont envie de savoir, de recevoir ce que nous avons à donner, et nous seuls, quand votre esprit est inconscient de votre J’aime, savons ce qui est réellement important. Nous considérons, par exemple, que l'élévation d'une seule âme, même si cette âme est incarnée dans un ou une inconnu(e) est une chose très importante.

Apparaître à cent âmes, mille âmes ou plus, est une chose que nous ne faisons pas pour le moment, car il n'est pas temps. Et cela demandera le concours, non plus de tous les anges, mais du Père.

Lorsque je vais dire « Je », dans ce qui suivra, c'est la même chose pour les autres anges. Vous pourrez donc considérer que cela concerne Michel, Gabriel, et tous les autres.

J'apparais quand il faut faire la lumière, ou quand une personne a fait un très beau geste, et qu'il attend un retour. Je n'apparais jamais pour « épater la galerie ».

Ni pour convertir. Quel plaisir, quelle réussite vraie y aurait-il à vous « convertir » parce que vous verriez ? Non, ce qui est beau pour nous, c'est quand vous ressentez l'amour en vous, sans que nous vous le montrions, et que vous le partagez, quand vous voyez votre part d'amour ou celle d'autrui par vous-mêmes, et non quand on vous met devant un fait accompli. Car alors, ce n'est une preuve pour personne. Dès que l'« apparition » s'arrête, les incrédules retournent dans leurs doutes, ou cherchent le trucage.

Et les crédules croient que Marie est apparue alors qu'il n'en est rien, lorsque c'est la religion qui l'estampille « crédible ».

Nous savons fort bien qu'il ne sert à rien de chercher à convaincre quelqu'un qui ne le veut pas.

Les anges ne veulent pas convertir, s'imposer, sinon, cela fait bien longtemps que nous apparaîtrions à tous les coins de rue pour que vous ne doutiez plus. Et vous nous rejetteriez, car cela vous fatiguerait, à juste titre, à moins d'être dans une véritable recherche spirituelle.

Je sais que beaucoup vont grincer des dents, mais je n'apparais jamais avec un quelconque objet (voile ou autre) sur la tête.

Je viens à vous nu-tête.

Pourquoi ? Parce que c'est un geste d'égard pour vous. Je me DÉVOILE, je ne cache rien de ce que je suis, même si je n'apparais pas nue. Je pourrais le faire sans aucun souci, car mon âme est nue, mais alors, qui pourrait croire que c'est bien Marie, et qui ne rapprocherait pas cela du marketing, où l'on vend avec des corps de femmes tout ce qu'on peut chercher à vendre. Non, non, non, je ne suis pas à vendre...

Vous n'êtes pas prêts à la vie nue, à l'âme nue. Au ciel, en vérité, les habits n'ont pas cours. Pourquoi faire ? Mais nous vous montrons des anges habillés pour que vous puissiez, lorsque nous apparaissons, ne pas être trop surpris et ne pas vous fermer.

La lumière ne peut se maquiller, ne peut se couvrir ni se cacher. Lorsque je viens à vous, je vous vois tels que vous êtes, sans artifice, sans maquillage. Je vous dois de venir moi aussi telle que je suis.

Peut-on filmer une apparition ? La réponse est résolument, assurément, non. Car je ne suis pas matière, et la lumière que vous connaissez sur la terre, celle que vous voyez en premier lieu si vous êtes incarné, est une forme de matière. Je suis immatérielle. Tout photo d’ange est en réalité une photo d’EBA, qui, eux, sont dans la matière, donc dans celle qu’on peut fixer sur une pellicule.

Si je voulais être filmée, il faudrait que je m'incarne, ou que « j'entre » dans une personne déjà incarnée.

Je vous l'ai dit, vous n'aurez pas de preuves avant d'avoir la foi. Pourquoi ? Pour vous faire bisquer ? Pour que, par votre foi religieuse, vous trouviez une récompense, enfin ? Comme on donne un sussucre au chien-chien qui donne la papatte ? Mais non ! Vous n'êtes pas nos inférieurs ni nos petits chiens, vous êtes tous en devenir d'anges, vous êtes tous, pour nous, des enfants plus ou moins grands. Si nous vous disons que vous n'aurez pas de preuves avant de croire, ou plutôt, même de savoir, c'est parce qu'il vous faut aller chercher ailleurs la lumière spirituelle, que seul VOTRE esprit peut voir. Et non photographier. Si vous croyez, vous saurez, si vous cherchez, vous trouverez. Et vous me trouverez, car voilà à mes yeux une chose très importante : l'envie de trouver. Figurez-vous que moi aussi j'ai bien envie de vous trouver, et vous ne trouverez au ciel personne qui ait autant foi en vous que moi.

La lumière spirituelle est en vous, c'est pourquoi, en apprenant à la discerner, à la comprendre, et à la vivre, vous accédez à d'autres lumières spirituelles, tout naturellement, sans réciter de formules magiques, ni de prières, et sans caméscope, sans téléphone portable.

Vous remarquerez aussi une chose : bien souvent, lorsqu'on vous montre des photos d'esprits, ou des apparitions, les objets qui apparaissent sont situés sur le côté gauche de l'image. Pourquoi ? Parce que les apparitions lumineuses « filmables » sont matérielles, et viennent donc des Esprits de Basse Ascension, qui en sont les maîtres provisoires, et les EBA se situent sur la gauche. Mais, me direz-vous, comment se fait-il que les photos les montrent à gauche, puisque le photographe pouvait très bien prendre la photo en plaçant l'objet au centre, ou en recadrant la photo ensuite ?

C'est parce que le photographe, inconsciemment, c’est son j’aime qui travaille) rend à César ce qui est à César, et se place, sans s'en rendre compte, de façon à ce que la soi-disant apparition soit à gauche.

C'est un phénomène naturel, comme le courant dans la mer.

Cependant, il arrive que l'apparition ne soit pas à gauche. Dans ce cas, soit c'est un EBA très fort et menteur, qui pousse le photographe à aller à contre-courant, soit le cadrage est modifié ensuite, toujours sous la même pression. Et cela se fait, la plupart du temps, sans que personne s'en doute, ni sente quoique ce soit sur ce point. Quoiqu’il en soit, quand le soi disant anges est à droite ou au centre, c’est que le photographe ou l’arrangeur d’image ou l’éditeur n’écoute absolument pas son J’aime, lequel en est bien ennuyé.

J'apparais le plus souvent à UNE personne à la fois. Pourquoi ?

Parce que si vous faites une fête, une soirée avec cent amis, chez vous, vous ne profiterez pas comme il faut de chacun d'entre eux. Une rencontre, ce doit être autant que possible un moment privilégié.

Lorsque j'apparais à une personne, c'est qu'elle a un beau cheminement spirituel, le plus souvent aussi. Car les beaux chemins sont les plus difficiles, et il faut de temps en temps donner du courage à ceux qui l'escaladent.

Attention, pas de pénitence, pas de souffrance méritoire dans ce propos, c'est simplement que c'est un fait, le chemin qui mène à l'amour sans concession n'est pas aisé à suivre, parce qu'encore une fois, comme dans la mer, vous avez, lorsque vous êtes incarnés, une quantité de flux qui vous détournent de ce qui est sur le bout de votre nez.

Le chemin véritable est le plus simple, le plus direct, c'est pour cela que c'est le plus difficile. Pas parce que vous seriez un héros de grimper la montagne par la face nord. Non, si on imagine une montagne, alors, le bon chemin, c'est celui qui vous parle, celui qui vous fait raisonner par vous même, et résonner, et non celui où ON vous parle en vous disant qu'il faut dire tel ou tel mot, non celui où on vous dit, « ne réfléchissez pas, faites comme on a toujours fait, faites comme on vous dit, vous plairez aux dieux ». Car cela, mes enfants, c'est une pub, ou une promesse électorale. Je ne vous demande pas de croire en Dieu. Mais je vous demande si vous croyez en ces fadaises, et je vous propose plutôt de croire en ce que vous ressentez, en ce qui est là, en vous, et dont vous ne pouvez pas douter si vous le regardez bien en face.

Le bon chemin est très difficile, parce que, par définition, ce ne peut être que le vôtre. Il est donc hors des sentiers battus. Personne, ou si peu de gens passent par ces flancs-là de la montagne, car on les croit arides, sans intérêt, loin de la lumière des « projecteurs de conscience ».

Si vous voyez que peu de gens ont laissé leurs traces sur ce chemin-là, si vous ne voyez pas de panneaux indicateurs, mais si c'est votre joie et votre amour qui vous rendent plus légers par là, alors, vous verrez apparaître devant vous, là, les roses que les autres ne voient pas, alors, vous verrez la terre fertile à votre tendresse, alors, vous verrez les anges.

Il n'est pas encore arrivé, le temps où tout le monde verra cette route-là, où le chemin deviendra une autoroute. Il viendra lorsque vous aurez compris que vous n'aurez pas de preuves sans avoir la foi, lorsque vous aurez compris que ce chemin-là, tout caillouteux et poussiéreux, tout perdu dans le silence qu'il semble être, cache des trésors.

D'immenses trésors infinis. Mais pour gagner ce trésor-là, il faut avoir en soi des trésors de patience, d'amour, de joie, d'envie, il faut chercher, dans ce que beaucoup appellent la folie, mais que nous appelons œillères, des traces de notre compassion, de notre passion pour vous. Et cela s'entend comme s'entendrait le chant du vent dans les arbres. Il faut apprendre à tendre l'oreille spirituelle, car puisque vous tenez tellement à avoir un troisième œil, laissez-moi vous dire que vous avez d'abord une troisième oreille !

Au début était le verbe, c'est-à-dire le son.

Tout commence par là. Alors, avant d'attendre que des images vous convainquent qu'il faut vous agenouiller, écoutez en vous la voix qui dit je t'aime, la voix du Père, donc, car c'est celle-là qui parle quand vous parlez d'amour. Alors, vous entendrez. Et ce que vous entendrez, ce ne sera pas « mets-toi a genoux », mais « lève-toi et marche ». Car pour atteindre la lumière qui est tout en haut, le moins qu'on puisse dire est qu'il faut être debout !

Marie.

Table des messanges