Le Père fouettard et l'antéchrist-27 juillet 2008

Avez-vous donc une si piètre idée de ce qu'est le Père ? Mais oui, il semble que ce soit le cas, malgré le fait que ce soit tout à fait illogique. Si le Père a créé ce monde où vous vivez, et si vous croyez qu'il est en colère parce que son monde est rempli de pécheurs, quel serait l'intérêt pour lui d'avoir attendu des millions d'années pour le détruire ? Lui qui voit tout et sait tout, selon vos préceptes religieux, saurait donc que le monde qu'il a fait est voué à la destruction. Et il attendrait encore ? Pourquoi faire ?

Si vous voulez faire une pâte à brioche, et si vous savez qu'elle sera ratée, vous amusez-vous à la faire ? Seul un idiot se lancerait dans l'entreprise. De même, en admettant que cet idiot ait ses raisons, et qu'il façonne cette brioche vouée à la poubelle ou aux chiens, pensez-vous, une fois la brioche brûlée, qu'il attendrait des années avant de la mettre au rebut ? Qu'il parlerait pendant tout ce temps à la brioche en la menaçant, et lui disant « Tu as brûlé, tu brûleras encore en enfer parce que tu n'es pas digne de moi ! Tout ce qui est brûlé dans cette brioche pourrira, tout ce qui est bien doré ira dans ma bouche. » Allons donc, ce ne serait plus un idiot, cela, mais un fou, qui aurait bien du temps et des efforts à perdre. Le Père n'est pas fou, sinon, il n'aurait pas créé les oiseaux, la mer, la terre, les étoiles..., et distribué en chacun d'entre vous une part de son amour.

Egalement, sachant qu'il fait une brioche et qu'il la rate, serait-il assez sombre et stupide pour en vouloir à quelqu'un d'autre ?

Le Père n'a pas construit le monde pour le détruire et vous blâmer de la faute, ni pour vous punir parce qu'il aurait échoué, il a fait le monde comme une brioche pour que vous vous en régaliez. Et il ne l'a pas ratée ! Ce que vous en faites aujourd'hui, de ce monde, en le laissant brûler au four, c'est une chose, mais le Père connaît la recette pour tout réparer, le Père sait faire des miracles, y compris faire gonfler la brioche noircie et lui donner une belle couleur, même déjà (mal) cuite ! Et cette recette, il veut vous la donner, pour que vous fassiez le miracle vous-mêmes. Et que, donc, vous voyiez enfin en vous la part de Lui qui est là, dans votre âme.

Vous pouvez lire en maints endroits que le Père a prévu l'apocalypse, pour se séparer des mauvais, et glorifier les bons. Que le Père jugera. Quel père véritablement aimant pourrait se piquer de juger et condamner ses enfants adorés ? Même si ceux-ci commettent des erreurs ? Ne préférerait-il pas leur parler avec douceur, ou même parfois fermeté, pourquoi pas, afin de leur apprendre à vivre bien, à être heureux sans son concours ? Ce serait la seule façon pour ce Père de parvenir à éviter les erreurs futures de ses enfants.

Vous pouvez lire ici et là qu'est prévue l'arrivée de l'antéchrist, qui s'incarnera, et qui sera reconnaissable à sa grande richesse matérielle. Cela, à quelques choses près, est vrai, ainsi que le fait qu'il fera des « miracles » et fera croire qu'il est la réincarnation du Christ. Ses miracles seront bien pauvres en vérité, malgré leur apparente munificence, retransmise à grands frais à la télévision. Les différences avec les prophéties, c'est qu'il sera plusieurs, et qu'il est déjà sur la terre, et qu'il(s) est (sont) déjà en train d'agir. Il sera bien difficile de reconnaître le(s) faux du vrai Christ, qui est déjà présent aussi, à ceux qui sont imbibés de religions et qui liront les textes au pied de la lettre. Mon Fils viendra parler d'amour et en parle déjà, l'amour sous toutes ses formes, même l'amour physique, et la religion a d’ores et déjà classé par erreur ce chapitre dans les péchés mortels, alors que si le Père vous a donné un sexe, comme il vous a donné des mains, c'est pour que vous en magnifiez l'usage. Il ne sera pas question dans les propos de mon Fils, de glorifier la débauche ni de l'encourager, mais de découvrir, entre mille autres choses, les bonheurs que le Père a mis dans la sexualité. Et cela passe par les sentiments amoureux les plus purs. Combien de jeunes filles, parmi vous, ont galvaudé le don de leur virginité, s'offrant au premier venu, de préférence expérimenté, pour que cela passe vite ? Combien se sont aperçues ensuite que la pauvreté de cette première expérience leur fermait les portes de la volupté pour des temps interminables ? Combien d'hommes se moquent des femmes frigides en public pour mieux les humilier, parce qu'ils refusent de s'humilier eux-mêmes un instant, afin de comprendre que la frigidité des femmes, c'est leur ignorance de ce qui peut donner du vrai plaisir ? Ce qui est un péché, c'est de rester dans cette ignorance, pour les femmes qui galvaudent, et pour les hommes qui ne s'émerveillent pas de la découverte à deux. Ce n'est pas pécher que chercher ce que le Père a mis de bon en chacun, quelle que soit son apparence, ou l'idée qu'on s'en fait sans l'avoir vécue. Ce n'est pas pécher de faire l'amour, sinon, Dieu n'aurait pas mis à la clé de cet acte la joie des naissances. Mais il faut bien faire l'amour, mes enfants, c'est-à-dire, tout simplement, avec beaucoup d'amour, et aussi de délicatesse, d'entrain, de curiosité, de respect, de souhait de devancer le désir de l'autre.

Comment ! Marie ose dire qu'il est bon de faire l'amour ?! Horreur ! Ce n'est pas Marie, cela, vade retro satanas ! Mais si, mes amours, c'est bien moi. Votre refus de l'acte d'amour vient des frustrations d'un petit nombre. Frustration qui s'est transmise ensuite comme un virus, via les textes revisités, distribués par la religion. Jésus n'a jamais demandé aux apôtres, aux saints, et donc, par voie de conséquence, aux prêtres, de ne point prendre femme, il en avait une lui-même. Alors, dans sa nouvelle incarnation, mon fils parlera d'amour, et donc de l'acte d'amour, et les férus de religions, ceux qui se battent contre le mal ennemi sans le connaître vraiment, diront « c'est l'antéchrist » !

Pourtant, cela n'empêchera pas les véritables « antéchrists » de lancer de grands banquets où l'on servira du sexe en pâture, mais en oubliant de saupoudrer le tout d'amour. Et ceux-là seront les bienvenus, ceux-là diront être le Christ, ceux-là seront un temps reconnus comme tels.

Multiples seront les pièges comme celui-là, et pour voir la lumière, il vous faudra décrypter à nouveau les écritures, les retraduire avec un dictionnaire comportant un seul mot : AMOUR. Ainsi, vous serez sûrs de ne pas vous tromper.

Comme l'a dit Allan Kardec, beaucoup attendront le salut d'en haut, du ciel, et croiront aussi le voir à la télévision, mais ce ne sera qu'un mirage, mes enfants, parce que le salut, il faudra le voir là où il est déjà : parmi vous et aussi en vous.

Mon Fils ne passera pas volontairement à la télévision dans le cadre de sa démarche spirituelle, il ne répondra pas aux questions des enquêteurs et des journalistes, afin que rien ne soit déformé. Vous le verrez pourtant de très loin, et dans ce qui est juste, parce qu'il se répandra partout, à travers les cœurs les plus purs, et il touchera ainsi tous ceux qui le chercheront.

Comme vous pouvez me lire aujourd'hui, vous pourrez m'entendre. Et comme vous m'entendrez, vous pourrez l'entendre lui.

Marie

-----

Luc : Sur le site : http://nostradamus.nostradamia.com/8bAutreProphete/Default.php, j'ai trouvé ces citations d'Allan Kardec, qui, me dit-il, sont tout à fait vraies et d'actualité.

Message reçu d'un esprit et rédigé par Allan Kardec :

Ne regardez pas au ciel pour y chercher des signes précurseurs, car vous n’en verrez point, et ceux qui vous en annonceront vous abuseront ; mais regardez autour de vous, parmi les hommes, c’est là que vous les trouverez.

Ne sentez-vous pas comme un vent qui souffle sur la terre et agite tous les Esprits ? Le monde est dans l’attente et comme saisi d’un vague pressentiment à l’approche de l’orage.

Ne croyez cependant pas à la fin du monde matériel ; la terre a progressé depuis sa transformation ; elle doit progresser encore, et non point être détruite. Mais l’humanité est arrivée à l’une de ses périodes de transformation, et la terre va s’élever dans la hiérarchie des mondes.

Ce n’est donc pas la fin du monde matériel qui se prépare, mais la fin du monde moral : c’est le vieux monde, le monde des préjugés, de l’égoïsme, de l’orgueil et du fanatisme qui s’écroule ; chaque jour en emporte quelques débris. Tout finira par lui avec la génération qui s’en va, et la génération nouvelle élèvera le nouvel édifice que les générations suivantes consolideront et compléteront.

-----

Marie me dit que cette partie du message (je ne l'ai pas copié ici en intégralité, car d'autres parties du même message viennent d'EBA) émanait de Saint Michel.

Luc

Table des messanges