Le Paradis

Luc : l’idée que l’on se fait du paradis ne satisfait pas Marie. Notamment le mot béatitude.

-----

Béatitude n’est pas un joli mot. Dans le parler actuel, celui qui est dans la béatitude fait d’emblée penser à l’expression « imbécile heureux ». Ce qui semblerait vouloir dire qu’au ciel, nous sommes bêtement heureux, à savourer dans la plus grande paresse un bonheur qui deviendrait vite lassant. Au ciel, il n’y a pas d’imbécile heureux, et nous avons fort à faire, car nous œuvrons pour le bien du monde. Libre à vous de nous suivre ou non. Nous vous parlons mais vous ne nous entendez pas toujours. Nous luttons contre l’obscurantisme et l’obscurité. Nous construisons des mondes. Nous sommes donc très occupés, et heureux de l’être.

Au paradis, il n’y a jamais de grève, car nous sommes dans la lumière, et la lumière nourrit, élève et charme nos esprits plus qu’on pourrait le dire, et il n’y a pas de rancœurs. Il n’y a pas de revendication, hormis celles que nous adressons parfois au monde dans lequel vous êtes.

Je ne suis pas une religieuse, je suis une femme d’esprits. Soyez comme moi et vous serez entendu. Et vous serez vu.

Marie

Table des messanges