L'enfer, c'est vrai ?

Il existe un grand nombre de témoignages de NDA (« Near Death Experience » : expérience proche de la mort) et dans ceux qui ont frôlé la mort, et en reviennent, combien font état de visions d’horreur, de feu éternel, de diable avec ses cornes et sa queue, combien racontent l’enfer ? Très peu, en vérité. Ceux qui en font état sont des personnes que les EBA (Esprits de Basse Ascension) ont hypnotisées, pour qu’elles confirment la vision de l’enfer que donne la religion.

Heureusement, les anges sont là, et les anges gardiens, surtout, qui vous montrent quel chemin faire, au moment de votre passage, définitif ou momentané, vers l’au-delà. Et les anges vous donnent la lumière. Celle que racontent les témoignages, qui disent « tunnel, lumière, amour ». Et qui, dans leur grande majorité, expliquent qu’une fois de retour dans leur corps, ils ont une vision de ce qu’ils pourraient accomplir bien plus passionnante, et n’ont qu’une envie : faire de belles choses. Celles qu’ils n’ont pas faites. Les revenants de ces NDA savent ce qu’ils ont raté, et combien le temps qui leur est donné dans une vie est important pour faire le bien, c'est-à-dire, donner l’amour, c'est-à-dire encore, comme je l’ai dit plusieurs fois sur ce site, qu’ils prennent la mesure de cette évidence : ils sont venus sur terre pour apporter de la lumière-amour là où il n’y en a pas : en enfer.

Car si, voyageant de l’autre côté, vous n’avez pas de vision de l’enfer, ou, si, les rares fois où vous en avez, elles sont fabriquées, cela veut dire que de l’autre côté, il n’y a pas d’enfer. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas du tout nulle part. Plutôt, en procédant par déduction logique, pourrez-vous comprendre que si l’enfer existe et s’il n’est pas ailleurs, alors, c’est qu’il est là.

L’enfer n’est pas rempli seulement de souffrance. Il est rempli de leurres, pour vous faire croire à une certaine vision du bonheur, après laquelle vous courez sans jamais l’atteindre, parce que : qu’y a-t-il de plus infernal qu’un bonheur qu’on ne peut pas atteindre ?

L'enfer a aussi de « belles » choses à vous offrir, sinon, comment vous laisseriez-vous faire pour y entrer et vous y sentir bien, au point d’en arriver à chercher stupidement les moyens d’être immortel, c'est-à-dire de rester pour l’éternité en enfer…

Quel est ce monde dans lequel vous vivez ? La perfection ? Non, personne ne me contredira là-dessus. Le purgatoire ? Non, le purgatoire, c’est ailleurs, dit la religion. Et pour une fois, elle a à peu près raison. Le purgatoire, c’est quand vous êtes coincé entre la terre et le ciel. C’est quoi, alors, la terre ? Un lieu où Dieu vous donnerait une chance, et une seule, de ne pas vous tromper, sinon, vous rôtirez pour l’éternité dans les flammes ? Mais dites-moi, il est d’enfer, ce Dieu-là, non ?

Vous qui commencez à bien connaître la publicité, le marketing, quel enfer ferait vraiment recette, et recruterait en réalité ? Celui qui vous punirait d’emblée, et pour toujours, ou celui qui vous dirait : « C’est pas grave de mal agir, c’est pas grave de faire du mal, c’est pas grave de tuer des gens, c’est pas grave de le montrer dans des films, c’est pas grave de le faire voir aux infos, c’est pas grave qu’on ne parle pas d’amour à l’école, c’est pas grave s’il y a des gens qui meurent de faim, c’est pas grave si mon voisin est expulsé de sa maison pendant que je remplis ma piscine… »

Quel enfer marcherait, qui ne vous donnerait pas envie d’y être ? Et quel enfer aurait réussi, s’il ne vous persuadait pas que la réussite se voit à son compte en banque, à sa notoriété ? Et tant pis pour ceux qui n’auraient pas réussi, qui n’auraient pas eu le bon piston, la bonne occasion au bon moment, « s’ils ne réussissent pas dans la vie, c’est parce qu’ils ne sont pas bons, alors que moi, je suis bon ! »

L’enfer qu’on vous donne à imaginer n’existe pas. Mais celui qui est autour de vous est là, et bien là, vous pouvez le voir tous les jours, de façon de plus en plus insoutenable. Sauf si vous apportez vraiment votre part de lumière, partout où vous le pouvez, autant que vous le pouvez, même si on ne vous entend pas le faire, même si on ne lit pas ce que vous écrivez, comme ici, sur ce site, même si on ne réagit pas. Vous êtes venu(e) faire de la lumière. Et vous le savez bien, ceux qui vous aiment, et que vous aimez vraiment, ne s’y trompent pas : ils savent la déceler en vous. Le plus souvent bien mieux que vous.

Marie.

Table des messanges