Le marketing

Une campagne de publicité dans le métro, dans la ville, dans les médias, et partout où vous pouvez la subir, c’est voir, en tous lieux, les mêmes photos, les mêmes produits vantés. N’est-ce pas, finalement, comme si quelqu’un, que vous ne connaissez pas, où que vous alliez, vous tirait par la manche, le coude, vous sifflait dans les oreilles, vous envoyait des flashes dans les yeux, harponnait l’attention en tous sens et autant de fois que possible dans la même journée, et jour après jour, parfois même, mois après mois, année après année, pour vous dire, « Eh, achète mon bidule ! » ?

En admettant que ce qu’il fait puisse être considéré comme utile, dans la mesure où cela créerait des métiers, des rentrées d’argent, des activités, ne vous rendez-vous pas compte que vous n’avez aucune possibilité de lui dire, à cette personne, que ça y est, c’est bon, vous avez compris, vous avez lu, vous avez vu et entendu le message ? Ne croyez-vous pas que ce qu’elle fait, ça n’a plus rien de noble ni aucun intérêt, que ce n’est, au final, et sans exagérer le moins du monde, qu’un harcèlement total ? Total, parce qu’étudié dans le plus petit détail, pour réussir à vous toucher là où vous êtes le plus susceptible d’entendre et d’enfin accepter d’acheter.

Trouvez-vous normal qu’aux Etats-Unis, qui sont toujours à l’avant-garde, et donc, préfigurent ce qui va se passer demain dans les autres pays, on puisse faire de la publicité dans les écoles, les sponsoriser en contrepartie d’un visionnage par les enfants de publicités ? Et que les écoles qui se rebellent se retrouvent en justice avec les chantres du marketing, qui finalement gagnent les procès, lesquels imposent à ces écoles de diffuser ces publicités ? Avez-vous envie de cela pour vos enfants ? Non ? Eh bien, on ne dirait pas !

Jetez vos télévisions, vos postes de radio, ou ne vous en servez que pour regarder/écouter des programmes sans publicité aucune, que vous aurez soigneusement choisis à l’avance. Enlevez les publicités des chariots des supermarchés. Refusez toutes les cartes de fidélité, qui ne sont là que pour vous appâter et vous pousser à n’acheter que ce qui est profitable aux marchands, et pour vous faire dépenser bien plus tout en vous disant que vous allez économiser tant. Refusez d’acheter des magazines avec de la publicité. Coupez la radio ou changez de station au moment de la pub, et faites-le savoir en écrivant aux chaînes. Refusez de chercher des promotions sur Internet ou ailleurs.

Utopie ?

Comme vous voulez. Mais alors, il faut se résoudre à trouver normal que nos enfants soient des outils de chantage pour que leurs parents dépensent, et surtout dans des jeux, des consoles, qui en plus d’être saturés de violence, enferment chacun dans une petite bulle, afin de diviser pour mieux régner. Une petite bulle dans laquelle en vérité rien n’est accompli au final, que l’apprentissage de la soumission muette et contemplative.

Il n’y a que vous pour sauver la situation. Personne ne le fera à votre place. Personne, dans la publicité, ne stoppera la machine, si vous ne lui montrez pas que vous pouvez enlever l’huile qui la fait fonctionner, et que c’est vous qui la faites marcher.

Si vous la faites marcher, vous pouvez l’arrêter. Vous seuls.

Marie

Table des messanges