Le crash d'avion-18 août 2005

Un mot de Sabine à propos du crash d'avion au Venezuela

Je tiens en ce jour de deuil pour nos frères martiniquais à avoir une pensée pour eux et que Marie puisse les accueillir auprès d'elle.

Je tiens à leur envoyer un peu de lumière qui je l'espère servira pour leur long voyage, que cela les aide dans leur montée vers les cieux.

Merci Marie de les aider.

Amitié

Sabine

Sabine, le voyage vers nous n'est pas nécessairement long, chacun, comme sur la terre, le fait à son rythme. Mais chacun, en passant de notre côté, a l'opportunité de voir la lumière bien plus facilement que depuis la terre. Certains s'y refusent, par une sorte d'habitude, c'est ceux-là que je peux aider, car les autres sont déjà dans l'amour. Vous aussi pouvez les aider, en ne cherchant pas à les ramener à vous, ce qui se fait sans s'en rendre compte, et cela s'appelle faire le deuil de ceux que l'on aime ou de ceux que l'on regrette. C'est aussi pour cela que certains tardent à nous retrouver, parce qu'ils vous entendent. Pour les aider, franchissez la barrière de votre douleur, pour qu'il ne reste que l'amour, afin qu'ils se sentent portés vers le haut par votre lumière. Ce n'est pas de réjouissance que je parle, lorsque je vous suggère de ressentir cet amour, mais aidez-les comme vous donneriez un coup de main à quelqu'un qui a besoin de traverser un fleuve, mais qui n'ose pas, car la barque est petite, et le fleuve est large. Donnez-leur le courage, et ils pourront aller sur leur voie. Et vous serez soulagés de les sentir plus légers.

Marie

Table des messanges