Le chuchotis de la télé

Je voyais un enfant expliquer à ses copains, à l’école, qu’il n’avait pas la télé, ils étaient outrés, disant que ce n’était pas pensable, que c’était dingue. Et cet enfant ne savait pas quoi leur répondre. En faisant référence à ce qu’on voit partout, c'est-à-dire des télé allumées en permanences, qui créent un ronron, une « présence », ce qu’il pouvait leur répondre, c’était : Imaginez que vous ayez, dans votre maison, quelqu’un, qui, tout au long de la journée, vous chuchote à l’oreille, « achète ça, et ça, et ça, achète, achète, achète ça » et « mauvaise nouvelle, dix morts dans un accident », « c’est la guerre », vous allez payer plus cher », il n’y a plus d’argent », « achète ». « tu as le choix, achète ça et pas autre chose ». imaginez qu’il vous montre des cartes postales animées, ou des posters énormes, sur lesquels vous verriez des gens mourir, des gens qu’on frappe, des gens qu’on tue, du sang, de la violence, imaginez que sans vous en rendre compte, vous en soyez venu à avoir besoin de votre dose de cette violence, à cause de lui. Et qu’il vous dise encore « achète, achète », au creux de l’oreille, et encore, et encore et que vous seriez obligé d’entendre ça pour continuer à être fasciné par la qualité des images et du son de ces actes de violence, et de ces chansons si belles, mais complètement trafiquées, avec un public encore plus conditionné que vous à applaudir. Et qu’il vous dise encore « achète », tous les jours, tous les quarts d’heure. Dites-moi, en fin de compte, qu’est ce que vous feriez avec cette personne qui vous ferait subir tout ça ? Vous ne la jetteriez pas dehors, une bonne fois pour toute ? Qui est le plus dingue ? Celui qui laisse ce genre de personne chez lui, ou celui qui l’en fait partir ?

Qui est le plus raisonnable, lorsqu’il s’agit de se rendre compte qu’on préfère une « présence » électronique à celle d’autres êtres humains, et que la présence en question empêche justement de parler avec d’autres êtres humains ? Qu’est-ce qui nous a rendus stupides au point de craindre de communiquer sans télé, sans console, sans ordinateur ? Qu’est-ce qui nous a donné l’habitude de ne voir et de n’entendre que ce qu’il faut soi disant voir, qu’est-ce qui nous a appris à ne plus regarder ce qui est autour de nous, à en avoir peur ? Cette question ne vous intéresse pas ? C’est le signe que vous avez été domptés. Que vous faites tout bien comme on vous le dit. Et ce n’est pas moi qui viendrai vous réveiller. Il n’y a que vous qui pourrez être fiers de l’avoir fait un jour. Si vous en avez le courage, si vous retrouvez la lucidité et le gout de la vraie liberté.

Marie

Table des messanges