Le chant des oiseaux-non daté

Ma cousine me racontait cet épisode : son fils d'une dizaine d'années avait des problèmes d'audition importants, mais sa maman, qui en avait aussi, ne s'en était pas aperçue. En s'en rendant finalement compte, elle est allée consulter un spécialiste, qui a fait une petite opération chirurgicale sur l'enfant, laquelle lui a donné une audition normale. En sortant de l'hôpital, la mère et l'enfant vont jusqu'à la voiture, et le fils dit :

— Maman, tu entends ?

— Quoi ?

— Tu entends, maman ? répète le petit garçon, qui semble interloqué.

— Mais quoi ? Qu'est-ce que je dois entendre ?

— Les oiseaux !

Depuis sa naissance, il n'avait jamais entendu les oiseaux. Il découvrait cela avec un grand étonnement, et sa mère tombait des nues en comprenant cela. Imaginons, maintenant. Imaginons qu'il nous manque un sens, ou plusieurs sens, mais ne parlons que d'un seul pour l'instant, pour ne pas compliquer les choses. Imaginons qu'en mourant, donc en passant de l'autre côté, tout à coup, ce sens nous revienne, et que nous ENTENDIONS enfin ! Combien de choses qui nous paraissent inconcevables aujourd'hui découvririons-nous, quel monde s'ouvrirait tout à coup, comme pour le petit garçon ?

Nous avons perdu des sens en arrivant sur terre, et principalement celui d'entendre. Entendre les esprits, les anges qui nous parlent et notre J’aime. Alors ne disons pas que cela n'existe pas, nous ne le savons plus, tout simplement, et nous nous trouverions stupides d'avoir nié l'évidence pendant toute une vie, alors que nous pourrions à nouveau entendre. Les sourds, les aveugles, aiguisent leurs autres sens pour remplacer ceux qui manquent. Ils deviennent hypersensibles et détectent des choses dont nous nous demandons comment ils les ressentent. Travailler la médiumnité, c'est cela. Essayer d'entendre ce que l'on n’entend plus, en aiguisant ses sens, et se rendre compte, année après année, expérience après expérience, que ceux qui n'entendent pas ne se rendent pas compte qu'il leur manque un sens.

Luc

-----

Dites à un sourd de naissance qu'il y a dans la nature des bruits d'oiseaux, il essaiera au moins de les imaginer. Dites-lui qu'il n'y a pas de bruits d'oiseaux, que c'est stupide et fou de le croire, il ne peuplera même pas son silence intérieur du chant qui pourtant l'environne. Mais quand il découvrira ce qui l'entoure, quand il pourra réentendre, en arrivant au ciel, il s'émerveillera de chaque son, s'en emplira l'âme, et se demandera comment il n'a pas pu connaître ce trésor, pourquoi il est né sourd, et surtout pourquoi ses semblables sur terre, alors qu'ils n'étaient pas sourds, n'avaient pas l'air d'entendre cela, ni de vouloir, ni même savoir en profiter.

Nous vous parlons, vous pouvez ne pas faire la sourde oreille. C'est dans votre sensibilité que vous pouvez tous, sans exception, trouver le chemin vers nous, en passant par la médiumnité.

Marie

Table des messanges