La vie ça sert à faire de la lumière dans le noir.

Chapitre 19

Le mot de la fin

Il vient de Marie. Quelques mots qui m’ont profondément marqué. Par leur simplicité. L’évidence qu’ils soulignent. Et par l’envie qu’ils donnent de réaliser que, dans nos idéaux, nous nous trompons de bonheur. Que pour le rendre possible, il faut faire autrement que ce que nous faisons.

Comment ? C’est cela qui promet d’être passionnant. Créer autre chose de mieux. Un monde meilleur, oui, mais lequel ?

J’aime que Marie nous montre ce qui doit être effacé de la donne. Et qu’elle nous fasse confiance pour trouver mieux.

Ce qui n’est pas bien difficile, quand on comprend notre monde par ses yeux, qui voient bien mieux que nous :

Réveillez-vous !-ancien, non daté

Comment imaginez-vous le ciel ?

Un lieu où vous seriez servi comme sur la terre, roulant dans des voitures de rêve, séduisant les plus belles femmes ou les hommes les plus en vue ?
Un lieu où tout le monde aurait une carte « Blue Paradise », avec un crédit illimité pour acheter les plus grandes marques ?
Un monde où l'on vous servirait, c'est-à-dire dans lequel chacun de vos désirs serait comblé dans l'instant par des anges qui vous obéiraient en tous points ?
Un monde où, parce que vous auriez fait un peu de bonnes actions, de-ci, de-là, vous auriez enfin mérité un bon repos dans un super Club Med pour jet set ailée ?

Comment n'avez-vous pas l'aspiration de voir plus haut, plus noble, plus simple, comment ne pouvez-vous pas chercher l'essentiel ? Comment pouvez-vous accepter tout ce par quoi le marketing arrive à vous assoupir dans ce monde-là ?

Croyez-vous aux « chèques-paradis » ?

Si vous ne croyez pas à tout cela au ciel, pourquoi vous efforcez-vous d'y croire sur la terre ?

Marie


Table des matières