L’argent

luc : Je regardais le film La Guerre du feu lorsque Marie a fait une réflexion tout à fait frappante. Nous en étions à la scène où les hommes se battent pour conquérir le feu, et Marie me dit :

Les hommes ne sont guère plus évolués aujourd’hui.

Très surpris par cette déclaration, je lui ai demandé en quoi, car entre le feu et aujourd’hui, nous avons quand même les voitures, les avions, les maisons…

Et je n’ai pas eu de réponse. Du moins pas tout de suite. J’étais assez perplexe, et je cherchais à savoir quelle lumière pouvait venir de cette affirmation, lorsque j’en suis venu à la scène où un guerrier parvient à faire du feu en faisant tourner un bâton sur un morceau de bois. Pendant que le héros observait la scène, ébahi et incrédule, Marie m’a donné la clé :

Les hommes ne sont pas plus évolués maintenant, parce que le feu d’aujourd’hui, c’est l’argent.

De cette extension, est venue toute une argumentation. Dans le film, l’homme, découvrant qu’il peut faire le feu, jusqu’alors un bien aléatoire, venant d’un orage, de la nature, et de la capacité à le maintenir, tombe dans l’extase et la richesse absolue : il va pouvoir se protéger et voir la fin des guerres que les hommes menaient pour avoir la suprématie et la survie.

Marie me dit alors : Il suffit que les hommes fassent l’argent pour que la guerre cesse.

Imaginez, même si c’est une grande utopie à première et même à seconde vue, il apparaît ensuite clairement que c’est la solution. Dans un premier temps, nous ne supprimons pas l’argent, nous le faisons. Pas de la fausse monnaie, de la vraie. Pour cela, écrivez 100 euros sur un petit bout de papier et apercevez-vous que c’est de l’argent. Votre voisin, votre patron, le monde entier, faisant l’argent, aussi bêtement et simplement que l’on fait du feu. Il n’y a plus de riches, plus de pauvres, et la hiérarchie actuelle s’écroule pour que naisse enfin la hiérarchie de l’amour, celle qui est déjà au ciel.

Tous ceux qui croient à une vie après la vie, déjà, ne peuvent tenir que pour plausible cette idée, car on n’emmène pas son argent et ses richesses dans l’autre monde. Vous imaginez le paradis avec une carte bleue, vous ? La carte « Blue Paradise », avec des cotisations pour la retraite éternelle ? C’est bien plus utopique que la proposition de Marie.

Là-haut, la hiérarchie est celle de l’amour, donc, et l’amour est comme une lumière, si vous donnez de l’amour, vous brillez et vous vous élevez, et c’est le seul critère. Plus de personnages haut placés par hérédité, plus de gens qui engraissent sous l’argent quand d’autres meurent de faim, bref, une révolution spirituelle. Car ceux qui seraient haut placés seraient alors ceux qui vraiment donneraient la lumière. Bien sûr, cela ne se ferait pas sans un certain chaos, au début, car nous sommes des hommes, et nous avons des faiblesses.

Cela suppose bien sûr que l’on empêche une poignée d’hommes d’acheter tout et de le thésauriser, mais une fois qu’on aurait essayé cela, qu’on se serait bien repus de pouvoir acheter une ou deux Ferrari, on comprendrait que la matière n’a pas tellement de valeur, finalement.

A l’objection de dire que les gens ne vont plus travailler, Marie répond oui, pendant un temps, mais on se rendrait vite compte que les choses doivent être faites, et que, puisque tout le monde peut avoir de l’argent, se retrouver à ne rien faire ne correspond pas aux motivations profondes de l’être humain. Et chacun comprendrait que le travail n’est plus envisageable sous l’angle sous lequel nous le voyons aujourd’hui, plus de lutte pour gagner plus, plus de grève, mais un patron, mais des ouvriers, qui ne se jalouseraient pas, qui ne seraient pas amers, mais qui au contraire, sentiraient la réelle utilité de leurs activités. Car nous savons tous faire quelque chose, et nous verrions alors la nécessité de le faire, pas tant par obligation, mais l’idée de se rendre utile.

La notion de mérite ne se perdrait pas, car, sans la discrimination de l’argent, les intérêts disparaîtraient pour laisser la place à la lucidité. Ce ne serait plus alors une notion d’orgueil que d’être cadre, mais une notion de réalisme, car chacun d’entre nous se destine à un domaine précis, et reconnaître les capacités d’un homme à montrer le chemin à d’autres ne serait pas difficile, puisqu’il n’y aurait plus de lutte d’influence pour gagner plus d’argent.

Plus de guerre, faute d’intérêts à défendre, car lorsqu’on prend encore le prétexte de la religion, c’est pour défendre en réalité des intérêts financiers ou de pouvoir, ce qui est souvent parallèle. Ou alors, c’est pour répondre à des peurs, chose que fait aussi l’argent, ou pour les répandre, chose à laquelle l’argent excelle, voir ce qui se vend en matière de jeux vidéos, de films, voir ce qui se montre en premier plan à la télévision.

L’étendue magnifique de cette idée géniale nous donne des horizons illimités, et nous devrions être plus évolués que les hommes préhistoriques, qui n’ont pas dit non, quand ils ont vu qu’ils pouvaient fabriquer le feu.

Marie sait et nous savons que cette idée paraît complètement idéaliste aujourd’hui, mais Marie dit :

C’est ce qui arrivera, et les hommes y seront forcés, car ils s’y acculeront eux-mêmes, et cette solution s’imposera.

Personnellement, je ne sais pas si je serai de ceux qui verront ce grand moment de leur vivant, mais je prends des vitamines pour durer un peu !

A propos de la question qu’on peut se poser, si on imagine que tout le monde puisse faire de l’argent. Que feraient les gens ? Plus personne ne voudrait travailler ?

Marie : Le vivant, donc l’homme, n’est pas fait pour l’oisiveté. Les abeilles et les fourmis ne sont pas payées pour travailler, et pourtant elles sont organisées en sociétés et chacun travaille. Chacun fait ce à quoi il est destiné.

Luc A part les moments où les esprits choisissent à loisir de se reposer :

Marie :Au paradis il n’y a pas d’oisiveté.

Mais très vite, et avec grand plaisir, les esprits reprennent leurs activités, car

Il n’est jamais pénible d’aller vers la lumière.

Cela vous paraît insurmontable, impossible, de vivre sans argent, et vous êtes les êtres les plus évolués de la terre. Les animaux sont moins évolués que vous, pourtant, ils vivent sans argent, et ne sont pas plus malheureux que vous.

-----

26 mars 2007-La limitation de richesse

Marie : Lorsque vous roulez sur route ou autoroute, il existe des limitations de vitesse, qui sont nécessaires pour éviter nombre d'accidents, nombre de morts également. Cette règle, même si elle chagrine certains, ou si elle n'est pas toujours respectée, est acceptée par la majorité des conducteurs, parce qu'il est logique qu'elle apporte une sécurité aux usagers de la route.

En matière d'argent, en revanche, point de règle, point de limitation de richesse. Pourtant, la disproportion entre les pauvres et les riches est énorme, bien plus considérable que l'écart entre celui qui roule à la vitesse limite et celui qui roule à 250 km/heure, et la trop grande richesse de certains pendant que d'autres sont dans la pauvreté devrait éveiller les esprits. En vérité, imaginez-vous, sur l'autoroute, roulant autour de la vitesse réglementaire, et tout à coup, un automobiliste vous doublerait à 600 km/heure, puis un autre à 100 000 km à l'heure... Puis, encore un autre à un million de km/heure, créant la terreur, la panique et les accidents autour d'eux sans être touchés, car leurs voitures seraient conçues pour résister à tous les chocs. Ces trois chauffards penseraient que c'est tout à fait normal d'agir ainsi, que quand on a travaillé pour avoir un moteur gigantesque, on a le droit de rouler à cette vitesse-là, sinon, à quoi servirait ce moteur ? A quoi cela servirait-il de travailler pour ne pas utiliser ce fantastique engin ? Le problème, c'est que ces conducteurs-là roulent sur la même route que les autres, ceux qui respectent bon gré, mal gré, la loi, et qu'à 1 million de km/heure, on ne voit plus le paysage, et encore moins les gens que l'on dépasse. Vous parlez des morts sur la route, mais les morts de la pauvreté sont encore plus nombreux, surtout dans les pays où il existe si peu de voitures. Pour que la sécurité routière puisse un tant soit peu exister, il est normal de ne pas dépasser certaines barrières, afin que vous puissiez arriver sains et saufs, pas trop stressés, ni épuisés, à destination, et sans écraser d'autres personnes sur le chemin. Pour que vous puissiez exister, continuer d'exister, en respectant ceux qui ont le droit d'exister comme vous.

Pour l'argent, votre monde qui laisse passer des chauffards en trombe est voué à rouler à tombeaux ouverts pour tous ceux qui n'ont pas les moyens d'exister, de continuer à exister, en paix, sans saboter la vie des autres. Au nom de quoi ? De la chance ? De l'hérédité ? Serait-ce une chance de gagner des millions au loto ou en stock options ? N'est-ce pas plutôt une épreuve ? Car des zéros sur un compte en banque n'ont jamais apporté le bonheur profond, ils ne sont que ce qu'ils sont, c'est à dire des zéros absolus pour l'âme qui n'en fait pas profiter les autres à plein. Ils ne sont qu'illusions pour tous. Serez-vous assez grands pour comprendre combien il faut pour suffire à vivre dignement, paisiblement, et pour situer une limite, et ne pas la dépasser trop souvent ? Si oui, vous êtes proche de la paix intérieure que vous appelez de vos vœux, sinon, même rempli jusqu'aux oreilles de richesses et d'espèces trébuchantes, vous aurez toujours la faim au ventre, car vous ne serez jamais rassasié, et vous n'aurez pas de paix véritable dans le cœur.

Y aura-t-il un être évolué à un poste clé, qui puisse un jour fixer cette limite, et permettre à tous de l'atteindre, pour éviter les morts de la pauvreté ? C'est à vous de le chercher, de le choisir, de le mettre à la place qu'il faut.

Marie

-----

novembre 2007, suite

Prenez cette phrase de mon Fils qui disait :

« Nul ne peut servir deux maîtres : ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il méprisera l’un et s’attachera à l’autre.

Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent. »

A partir de cette phrase, toutes sortes d’interprétations ont été faites. Parmi les plus « habiles », l’une consiste à détourner le problème, en signifiant que Jésus a voulu dire qu’il est bon de se sentir libre avec l’argent, c'est-à-dire d’en gagner juste ce qu’il faut. Mais mes amis, ce n’est pas du tout ce que Jésus a voulu dire, même si cette proposition n’est pas inintéressante. Jésus a tout bonnement voulu dire que c’était Dieu ou l’argent, et que vous le savez bien, l’argent n’apportant pas le bonheur, le choix n’était pas difficile à faire. Alors, abandonner l’argent ?

Bien sûr, il n’est pas temps, mais d’ores et déjà pensez à ce que je vous ai déjà écrit à ce sujet : les fourmis n’ont pas besoin d’argent pour installer des colonies parfaitement organisées. Etant donnés les problèmes que crée l’argent, dès lors qu’il n’existe pas de limite à la richesse ni de limite à la pauvreté, il n’est pas imbécile de se dire qu’on peut être aussi intelligent que les fourmis ! Un jour viendra où tout sera à reconstruire. Dès lors, la sagesse sera de ne pas recréer l’argent, car tout les maux de la terre en sont issus directement ou indirectement. Si vous parvenez à vous affranchir de l’argent et des religions, avant que la terre implose pour vous l’imposer, alors vous l’aurez sauvée et vous aurez deux pieds bien décidés déjà posés dans votre paradis terrestre. Les hommes considèrent généralement, à cause du grand espoir que représente une autre vie, que les anges et ceux qui sont au ciel sont la sagesse et peuvent tout. Je vous rassure, c’est la vérité, et la première de nos sagesses est de ne pas utiliser l’argent. Parlons-en ensemble si vous le voulez bien.

Il faut que l'argent soit effacé de la surface de la terre, d'abord. Ensuite, il faut s'attaquer à la propriété.

Un nouveau commandement est à l'étude qui dira à peu près ceci : « Que celui qui a trop ne prenne pas à celui qui n'a pas assez. »

Cela voudra dire que vous pourrez avoir votre maison, mais pas deux, mais pas trois, mais pas des immeubles entiers pour vous gaver de la pauvreté, et la presser comme le raisin.

C'est-à-dire qu'on ne verra plus ces gens qui achètent des bâtiments pour les louer seulement.

Il faut qu'il y ait une limite à la richesse matérielle, et pas de limite à la spirituelle.

Dès lors, quand cet équilibre sera créé, et cela passe par la destruction sans douleur de l'argent, chose aisée quand on sait faire des miracles, la terre pourra à nouveau vous accueillir, et vous réapprendrez l'essentiel, en vous en satisfaisant dans la joie. La destruction sans douleur de l'argent, lisez-vous, et vous pensez, allons donc, quel rêve éveillé ! Hommes et femmes de peu de foi, croyez, et vous aurez les preuves. Voilà pourquoi il ne vaut mieux pas partir en guerre avant d'avoir la foi, et de savoir exactement ce que cela veut dire.

Marie

-----

La fin du monde et l'or

Je l’ai déjà dit, je n’annoncerai pas la fin du monde car c’est ainsi que les sectes et gourous jouent sur vos peurs pour vous prendre les biens que vous avez justement une si grande frayeur de perdre. La date de la fin du monde n’est pas arrêtée. Elle dépendra de la branche que vous êtes en train de scier. Mais comme je vous l’ai dit aussi, si cette fin du monde a lieu, ce sera le début d’un autre. Pour que la peur en soit absente, ne vous attachez pas aux biens de ce monde-ci et apprenez à ne donner à la matière que la place qui lui revient, c'est-à-dire que la matière est une chose inanimée que Dieu a créée pour que vous puissiez vous asseoir dessus, et asseoir aussi votre resplendissante étoile intérieure. Ce n’est pas en la portant sur vos têtes jusqu’à ce que son poids vous écrase que vous vous estimerez mieux, et que vous trouverez logique une telle façon d’exister.

N’ayez pas peur.

Vous divorcez ?

Ne vous attachez pas à vos biens, laissez l’autre, s’il les agrippe, s’en emparer, il vous arrachera ainsi tout le poids de vos tristesses et ce qu’il vous aura volé vous sera remplacé de bien plus belle façon. Préférez-vous vous attacher à ce que vous perdez ?

En ce cas, ne soyez pas étonné de sombrer avec votre trésor.

Vous donnez de la valeur à l’or parce que l’or est rare, mais en réalité, il est devenu tellement commun ! A tous les bras, à tous les doigts, à toutes les oreilles, on en fixe ou on en fait des copies, sans s’apercevoir qu’il n’y a plus aucune rareté à cela et sans comprendre que la véritable rareté, c’est vous, car il n’existe pas de copie possible de votre esprit, même par le plus ingénieux contrefacteur.

Vous voulez de l’or ?

Oubliez-le, donnez votre amour, votre cœur et votre esprit à ceux qui ont besoin de vos lumières et l’or viendra à vous, à la quantité qu’il faut par les robinets du Seigneur. A vous d’avoir la sagesse d’en prendre assez pour vivre mais pas assez pour vous écraser.

Marie

-----

23 janvier 2009

Comment se fait-il qu'il y ait, dans le monde, tant de billets de banques de toutes formes, couleurs, valeurs, spécificités, et qu'il y ait si peu de larmes de joie ?

Marie

-----

9 mars 2009 La misère de l'argent

Vous êtes des chrétiens, vous êtes des musulmans, vous êtes des hindouistes, des bouddhistes, et vous n'êtes, en même temps, d'aucune religion. C'est ce qui vous permettra de faire le lien entre les humains, et au-delà, le lien entre les humains incarnés et les anges, les humains et les animaux, les humains et la nature.

Les relations qui sont difficiles ne sont difficiles que parce que ce ne sont partout autour de vous que des religions qui s'entrechoquent, des certitudes nées de la peur, qui ont des fronts et des cornes de béliers.

Vous connaissez tous l'amour, il est le même pour tous sur la terre ! Ce qui change, ce sont les rites, les coutumes, les interprétations, les lois, tout ce qui n'existe pas au ciel et dans le plus profond de votre âme.

>Il faut retrouver, donc, le chemin de votre âme profonde, et faire fi de tout ce qui peut vous opposer.

Pensez déjà aux immenses difficultés qui se posent lorsque vous devez vivre en société, selon des usages qui ne sont pas les vôtres, et ce, sans parler de religion. Riches Européens (en comparaison avec les pays pauvres), imaginez-vous circulant au Viêtnam, en Afrique, en Indonésie, pour une autre raison que pour des vacances. Voyez-vous tous ces pauvres qui vous harcèlent pour vous demander de l'argent ? C'est exaspérant ! Mais ce qui est exaspérant, c'est l'argent, et non les gens. Comme en Chine aussi, pays en voie de grande richesse, qui ne pense le plus souvent que par l'argent, même s'il y a moins de quémandeurs, parce que le gouvernement chinois ne tolèrerait pas ces désordres dans sa vitrine.

Tous, sur la terre, vous ne voyez pas la vie sans argent, et vous rêvez d'un monde meilleur, sans vous affranchir de cet argent, alors qu'il est la principale cause de vos malheurs.

La valeur d'une personne n'existe heureusement pas, la plupart du temps. Vous ne pouvez pas mettre un prix sur un ami. Ni sur un passant dans la rue. C'est ce qui devrait vous montrer que votre essence même, véritable, est tout à fait étrangère à l'argent.

Vous ne mettez pas de prix parce que vous n'osez pas, pensez-vous ? Alors, qu'est-ce que vous n'osez pas ? Etre impoli ? Etre politiquement incorrect ? Mais voyons, si vous avez le libre arbitre dont vous croyez pouvoir jouir, si ce que vous appelez votre liberté est vraiment la liberté, alors, il n'y a pas de limite, vous avez le droit de mettre un prix ! Allons-y : à quel prix vendriez-vous Fabienne ? Ou Louis ? Soyez généreux, ils valent plus, bien plus, n'est-ce pas, que des garçons de café ou des lavandières du Portugal.

Vous ne voyez pas ? Vous n'avez pas conscience d'un prix ? Je note, c'est très bien. Mais dans ce cas, qu'est-ce qui fait que vous n'y arrivez pas ? La peur d'être indélicat ? Allons donc, je vous le dis, vous êtes totalement libres, et Fabienne et Louis seront heureux de savoir à quel prix vous les estimez.

Vous le savez bien, mes amours, que tout l'argent, tout l'or du monde, tous les diamants, toutes les richesses ne valent pas un liard en face de Fabienne ou Louis, parce qu'une brebis est financièrement inestimable. C'est donc que vous avez conscience, dans les ténèbres de la vie incarnée, de cet infini précieux, de ce sacré de l'âme, du fait, enfin, que l'amour ne s'achète pas.

Vous pouvez acheter du sexe, avec une personne, et quelle pitié, d'ailleurs. Car le sexe acheté ne satisfait que les glandes et trouble l'âme, l'aplatit, même. Pourquoi ? Parce que l'âme qui achète du sexe s'aperçoit du terrible gouffre qu'il y a là, à croire qu'on va recevoir de l'amour, alors qu'il n'y en a aucun, assurément. Et que le don n'est qu'un don de sperme contre des bouts de papier. Dites-moi, qui est le véritable dupe de ce marché-là ? Votre âme, et elle en souffre, que vous soyez le pourvoyeur de faux amour ou le donneur de sperme.

Avez-vous déjà vu un lion proposer 500 euros à une lionne ?

Le paon propose des richesses, oui, bien des animaux font une danse nuptiale, proposent un nid ; mais dites-moi, pourquoi n'y a-t-il pas une monnaie de lions, une monnaie de paons, parce que ce serait une monnaie de singe ? L'homme serait très amusé et fier de dresser des animaux à échanger de l'argent. Pourtant, on n'a encore vu cela dans aucun cirque, Dieu merci ! Et si cela avait lieu, cela ne durerait que le temps de la représentation.

S'ils pouvaient comprendre ce que vous faites avec l'argent, les animaux regarderaient votre grande misère, et ce ne serait pas l'argent qu'ils ne comprendraient pas, ce serait cette misère qu'il vous apporte, quand il est censé vous apporter la richesse.

Marie

-----

30 octobre 2010 L’argent au plus méritant

L’argent... Vous l'avez créé, paraît-il, pour que tout soit équitable, au mieux. Vous l'avez fait pour que chacun aie ce qu'il mérite. Voilà le fondement. La raison d'être de l'argent. N'est-ce pas ? Ou alors, dites-moi à quoi il sert... Bien.

Cependant, quand on voit les écarts entre les montants sonnants et trébuchants qui sont dans les poches ou sur les comptes des uns et des autres, on se dit que si l'argent va aux plus méritants, il y a quelque chose qui cloche. Qui décide qu'un millionnaire qui achète les fèves de chocolat à vil prix, les boycotte, pour les rendre plus rares, et fait monter les prix, à des plafonds incroyables, qui le rendent multimillionnaire, qui décide que ce garçon-là est plus méritant que le pauvre Noir qui cultive les fèves ? Est-ce méritoire, que de faire que le chocolat devienne si cher, au point qu'il n'est pas inimaginable qu'un jour, vous-même ne puissiez plus vous en offrir ? Ou en tous cas, pour que votre voisin, ou un banlieusard démuni, n'ait droit, lui, qu'à un ersatz de chocolat, traficoté pour avoir l'air du chocolat, mais pas la musique ? Dites-moi, si l'argent est distribué au mérite (car c'est bien cela, qui justifie l'argent, encore une fois, dites-moi si je me trompe ?), cela veut-il dire que les pauvres sont cons ? Pardonnez-moi du mot, mais en voilà un que vous utilisez tous les jours, et qui vous parlera peut-être enfin. Parce qu'il FAUT que cela vous parle, quitte à ce que même Marie devienne grossière ! Car la grossièreté, sur ce thème, ce n'est pas le mot « con ». C’est le fait que vous ne compreniez pas pourquoi le mot argent est un gros mot, extrêmement mal élevé pour les anges.

Est-ce qu’une personne est pauvre parce qu'elle ne mérite pas l'argent qui semble venir tout seul dans les mains d'un politicien véreux ? Est-ce que vous n'avez jamais eu de discussion intéressante, passionnante, voire, est-ce que vous n'avez jamais rien appris, dans votre vie, venant d'une personne pauvre ou même seulement moins riche que vous ? Si cette personne a pu vous apporter quelque chose, n'est-ce pas une richesse que vous n'aviez pas ? N’y a-t-il pas d'autres richesses que celles qui sont en phase avec l'argent ? Si, bien sûr, évidemment, approuvez-vous. Mais alors, si une personne a ces richesses autres que celles de l'argent, n'est-elle pas méritante, d'une part de les avoir, et d'autre part de les redistribuer ? Alors, comment se fait-il qu'une personne plus riche que vous, sur un autre plan que l'argent, ait moins d'argent que vous ? (Tiens, pensez seulement à Gandhi, si vous ne voyez personne dans votre entourage)

Si vous ouvrez les yeux, en les mettant en face des trous, vous pouvez constater, par ce chemin de pensée logique et simple, que l'argent n'apporte aucun équilibre entre les vivants, et qu'au contraire, il crée des fossés entre les uns et les autres, et entre même des pays et d'autres pays, entre des races et d'autres races. Avant, il était de bon ton de dire « nègres », quand on parlait de ses esclaves. Ils se sont libérés. Sont-ils devenus subitement méritants ? Oui ? Pourquoi donc ? Parce qu'ils n'étaient rien avant de se battre pour leur liberté ? Ou simplement, parce qu'avant, on les prenait pour rien ? Tout ce monde que l'argent bâtit n'est que déséquilibre. Ne dit-on pas « crise » à tout bout de champ, depuis tant d'années ? L’argent ne va pas aux plus méritants, loin de là, il vient à ceux qui ont étudié les moyens de l'utiliser pour en priver autrui et s'en bâfrer, sans aucun scrupule, et avec les lois pour les appuyer, puisque ce sont les gouvernants qui rendent la machine de l'argent officielle. Et ce sont ces mêmes personnes qui pleurnichent à la télévision en disant, qu'ils soient de droite ou de gauche, qu'ils ne veulent pas que vous soyez pauvres. Mais qui vous rend pauvre ? L'argent !

Non, ce n'est pas l'argent ? Quoi d'autre ? J’ai peur que tous les arguments qui pourraient venir après cette question soient des arguments de politiciens et des moutons qui voient briller le pouvoir, la monnaie, les honneurs. Mais qui ne voient pas la vraie lumière. Depuis que Jésus est venu vous dire « Tu ne peux pas avoir deux maîtres, Dieu et l'argent. », nous ne cessons de vous le dire, et nous vous le répéterons jusqu'à ce que vous le compreniez, pour votre plus grand bien : l'argent, né pour que tout soit équitable, pour que les plus méritants y aient droit plus que d'autres, ne rend rien équitable, et nourrit les moins méritants. Il est donc né pour rien. Et doit mourir.

Quand il mourra, croyez-moi, celui-là ne se réincarnera pas !

Marie

-----

A quoi pousse l’argent-29 novembre 2010

L’argent pousse à voler.

L’argent pousse à profiter de ceux qui n’en ont pas.

L’argent pousse à se (mé)vendre.

L’argent pousse à se battre avec des innocents.

L’argent pousse à accumuler des riens en quantités industrielles.

L’argent pousse à pleurer quand on en manque, et à faire pleurer quand on en a trop.

L’argent pousse à aider des faibles qui le sont parce qu’ils manquent d’argent.

Et surtout à bien les parquer dans leurs places de pauvres.

L’argent pousse à ne pas voir ce qui est limpide.

L’argent pousse à trahir et à se trahir.

L’argent pousse à mentir.

L’argent pousse à tourner le dos à ceux qui auraient pu vous aimer.

Ce n’est qu’un tout petit bout de la liste interminable.

Alors, même si vous m’opposez un argument valable en faveur de l’argent, ce sera bien peu de chose dans la balance.

Et j’ai beau ouvrir les yeux, je ne vois aucun BÉNÉFICE pur et vrai, et durable, à l’argent.

Marie

-----

5 décembre 2011-J’aimerais qu’on m’explique !

Oui, j’aimerais qu’on m’explique comment il se fait qu’aujourd’hui, dans cette société si parfaitement moderne, on puisse assister à une crise comme celle que vous traversez. Dieu merci, au ciel, il n’y a pas d’argent ! Mais qu’attendez-vous pour l’éradiquer de votre vie, et passer au don total, de tous pour tous ? Ah, vous me dites que l’argent, ça a quand même de bons points. Comme par exemple, le Téléthon, c’est beau, toute cette solidarité, ce bénévolat, pour aider à guérir des malades !

Oui, mais ce qui est moins beau, c’est la télévision, qui prend des millions au passage, tout de même… Comment ? Ca ne vous dérange pas ? Il faut bien que tout le monde vive, et tout ce matériel, ça coûte cher !

Ah bon, d’accord… Mais ce qui me paraît, à moi, tout à fait injustifiable, incroyable même, c’est qu’il faille de l’argent pour le Téléthon ! Si l’argent n’existait pas, et si vous vous donniez tout, aux uns et aux autres, tout ce qu’il faut, les chercheurs n’auraient pas besoin d’un sou pour faire leur travail. Ils le feraient, tout simplement. Et toute cette énergie que vous utilisez pour regarder ces pièges à audience télévisés, à téléphoner, à monter des tentes pour vendre des cafés et des gâteaux à des gens qui n’ont pas faim et qui ne sont pas malades, vous l’utiliseriez à rencontrer un ou des myopathes, et à organiser pour eux des choses merveilleuses ! Et cela, pas seulement pendant les quelques jours du Téléthon… Et par votre amour, vous feriez des miracles !

Mais ce n’était pas cela que je voulais qu’on m’explique. Parce que c’est vrai, je suis là, à vous expliquer, encore et encore, tout un tas de choses, mais vous, que m’expliquez-vous, à moi ? Allez, à votre tour ! Dites-moi comment il se fait que les pays les plus riches du monde soient dans une crise terrible, qui leur fait douter de tout. Est-ce que c’est comme au Monopoly ? L’argent passe d’un joueur à l’autre ? Il va des riches vers les pauvres, alors ? Mais dans ce cas, comment se fait-il que les pays pauvres soient encore plus pauvres qu’avant ? Où est passé l’argent ? En Chine ? Mais non, les Chinois aussi ont peur, des mouvements de grèves se dessinent, parce que les patrons n’ont pas les moyens de payer la hausse du salaire minimum, comme cela avait été prévu !

Alors, si ce n’est pas un vilain pays pauvre qui est en train devenir riche à la place des riches, qu’est-ce que c’est ? Ah ? C’est le système qui est fait comme ça ? Tout le monde est en train de s’appauvrir ? Mais dites-moi, c’est encore plus idiot que le Monopoly, cela. Et vous avez l’intention d’y jouer encore longtemps ? Vous ne vous ennuyez pas ?

Bon… Comme vous voulez. Revenez me voir quand vous aurez fini la partie. Cela dit, n’est-il pas grandement temps de se demander où est le bien-fondé de l’argent ?

Allez, tenez, puisque vous m’avez expliqué, je vous dois bien une petite consultation. Si, si, asseyez-vous, la grande voyante intersidérale et sidérante, Madame Marie, sort sa boule de cristal. Et c’est gra-tuit ! Vous savez bien, Marie dit et redit que l’argent et la médiumnité, ça ne va pas ensemble ! Alors, là, elle est bien attrapée, elle va devoir nous faire une vraie prédiction !

Ah, si je comprends bien, vous vous dites qu’un voyant gratuit, c’est quelqu’un qui ne veut abuser personne, qu’il est de bonne foi, et que donc, c’est un gage de qualité pour la séance. Parce que dès qu’on parle d’argent, alors, les charlatans surgissent !

C’est tout à fait vrai ! Alors, je vois, je vois… Mais ! Attendez une minute ! Vous êtes en train de me dire qu’un voyant gratuit est plus fiable qu’un payant ? Que vous allez enfin avoir de bons conseils, sur lesquels vous pourrez vous bâtir une bien meilleure qualité de vie qu’avec tous ces gens qui ne pensent qu’à profiter de vous ?

Très bien. Je suis flattée, merci ! Alors, voici ma prédiction. Je vois, je vois… que dans moins de trois minutes, vous allez, si vous avez bien suivi ce que je viens de vous dire, vous poser, à peu de choses près, la question suivante : « Si ce qui est gratuit veut dire qualité, alors, pourquoi est-ce que je laisse l’argent gâcher ma qualité de vie ? »

Marie

Table des messanges