La réincarnation

Vous que le dogme et la religion mal intentionnée ou mal à propos ont conditionné à cette idée que la réincarnation n’existe pas, prenez le temps quelques secondes de voir les choses avec logique. Si Jésus est revenu d’entre les morts. Il l’a fait pour vous montrer qu’on peut revenir dans un corps. L’exception, pour lui, était qu’il revenait dans le corps qu’il venait de quitter, et cela parce qu’il est un ange très spécial. Là s’arrête sa spécialité, pour ce point de l’Histoire. Jésus a voulu vous montrer, tout au long de sa vie, l’exemple de la lumière et du bien, il vous a fait comprendre qu’en croyant en l’amour qui est en vous, vous soulèveriez des montagnes, et en cela il vous a donné l’exemple, et montré ce qu’on pouvait arriver à faire, en terme de miracles, lorsqu’on arrivait à un très haut degré d’amour, comme lui. Sa résurrection, qui était évidemment une réincarnation, était aussi un exemple, et là encore, c’était pour vous montrer que vous pourrez le faire aussi à votre heure.

A cause de ce qu’il pouvait faire d’extraordinaire, vous avez arbitrairement décidé que lui seul pouvait faire des miracles, comme celui-là. Mais il n’en est rien. Vous aussi, pouvez faire des miracles, et c’est pour cela que vous êtes sur terre. Vous pouvez faire des miracles. Il n’est pas de petit miracle. Vous pouvez commencer par aller chercher en vous ce qui est lumière, et l’opposer à la noirceur, à celle qui est en vous d’abord, c’est le premier miracle, qui vous ouvre la voie vers les autres.

Si la résurrection de Jésus était un miracle, parce qu’il revenait dans son corps, la réincarnation, elle, n’est pas un miracle. C’est une chance qui vous est donnée, car une seule vie ne suffit pas à l’œuvre d’une âme. Cent fois sur le métier remettez l’ouvrage, dit-on, et on a raison. Trouveriez-vous insupportable l’idée de refaire un travail dont vous vous rendriez compte qu’il est perfectible ?

Quand nous vous disons « gagnez la vie éternelle », c’est de cette vie sans cesse renouvelée que nous parlons, et qui forme l’œuvre de votre âme ; mais nous faisons aussi état de celle que vous pourrez atteindre en rejoignant ce que vous appelez Dieu, qui est un grand ensemble d’âmes n’ayant plus le besoin de se réincarner (même si elles le font parfois tout de même pour donner l’exemple de l’amour, comme Jésus), des âmes qui sont les anges et les archanges, les saints, et qui créent, avec la force de leur amour, le paradis.

Marie

--------

Nouvelles questions :

Merci à Marie et à vous pour les réponses à mes questions et pour m'avoir offert cette nouvelle lumière sur le sujet de la réincarnation. J'étais surprise d'apprendre que la résurrection de Jésus était une réincarnation !

Toute venue dans un corps est une incarnation, le fait d’y revenir est une réincarnation, que ce soit un nouveau corps ou non.

Marie

--------

Toutes les réponses que vous m'avez données, Marie et vous, m'ont permis de « rectifier le tir » vis-à-vis de moi-même d'abord, de mon attitude envers les événements extérieurs et de la façon de réagir. J'ai eu aussi un moment de honte (je sais, ce n'était pas le but visé) en me rendant compte que je m'étais érigée en juge. Je ferai plus attention à l'avenir.

Ce n’est pas facile de se retenir d’être juge, parce que cela joue sur la corde sensible de l’égocentrisme, et c’est attirant comme le vide.

Marie

---------

J'en arrive à mes questions. Je ne sais pas si mes souvenirs sont bons, mais je crois me rappeler que trois jours après la crucifixion de Jésus, son tombeau a été ouvert et qu'il avait été trouvé vide. Est-ce vrai ? Si oui, que s'est-il passé ? Luc, si vous pensez que ma question peut être pénible à Marie, je préfère la retirer.

Jésus avait une visite à rendre à une personne aimée. Et une autre visite, à son juge. Aussi, il voulait, par ces gestes, montrer encore une fois que l’esprit est indépendant du corps, que le corps n’est qu’une machine qu’on utilise pour marcher sur la terre. S’il avait vécu plus longtemps, il aurait approfondi cela, et vous en auriez eu des preuves, comme pour beaucoup d’autres choses. Je n’ai plus de douleur en parlant de Jésus : au ciel, il n’y a pas de douleur, sauf quand nous redescendons pour vous aider à supporter les vôtres, car nous les partageons un peu quelquefois. Il y a cependant, je l’ai dit ici, une sensation « d’à côté de la plaque », de raté, lorsque vous vous rappelez sans cesse ce mauvais souvenir de la crucifixion, dans les rites, dans les monuments, dans les maisons. Nous n’avons pas de douleur à cette évocation, mais cela ne nous apporte aucun plaisir. Nous en avons plus lorsque vous représentez Jésus souriant, ce qui est assez rare chez vous, mais très fréquent chez nous.

Marie

---------

J'aimerais aussi savoir pourquoi dans les trois grandes religions, les chiffres semblent êtres dotés d'un pouvoir « magique » ? Y a-t-il un sens à cela ou n'est-ce qu'une caractéristique des religions, sans fondement réel ?

Il s’agit d’un folklore, bien sûr. Ceux qui croient aux formules magiques liées aux chiffres, à la matière, n’ont pas conscience d’être une âme dans un corps, ils sont un cerveau dans un corps. Ce n’est déjà pas mal, mais cela ne suffit pas, lorsqu’on s’aperçoit qu’il vaut mieux voir plus loin que le bout de son nez.

Marie

--------

A propos de la réincarnation, idée à laquelle il semble difficile de s'habituer, Marie dit :

Si Dieu est amour, il ne peut pas vous laisser une seule vie pour monter à lui. Vous êtes nos enfants aimés. Laisseriez-vous vos enfants bloqués à mi-chemin, quand vous les verriez monter vers vous sur une difficile pente, parce qu'ils n'auraient pas posé le pied exactement là où il fallait ? Pire, les jetteriez-vous en enfer s’ils avaient failli ? Si Dieu pouvait faire cet acte, que certains hommes font sur la terre, il ne serait pas amour, il ne serait pas Dieu. Il laisse le mal se faire sur la terre, car c’est vous qui la gouvernez, qui laissez faire le mal. Il vous soulage souvent, pourtant, vous aide à porter vos souffrances, avec la lumière de l’amour qui est en chacun de vous, même dans le pire tortionnaire. C’est vous qui croyez que Dieu vous abandonne sur la terre, quand vous vous êtes donné pour mission d’en faire disparaître l’enfer. Ce n’est pas une mission facile, c’est aussi pour cela que nous vous aimons tant. Quand vous aurez commencé par faire disparaître votre propre enfer intérieur, alors, vous estimerez pouvoir rester dans l’amour de Dieu, une fois dans l’autre monde, et à ce moment-là, vous n’aurez plus besoin de vous réincarner, car vous serez un saint, vous serez monté assez haut. A vos enfants dans l’effort pour monter vers vous, si vous étiez le Dieu d’amour, vous diriez de reprendre leurs derniers pas, vous les aideriez à monter vers vous, en leur donnant une nouvelle chance, encore et encore, car, que vous ayez été un monstre ou un agneau sur la terre, Dieu verrait dans vos yeux l'écho à son amour, même si vous ne vous en sentiriez peut-être pas dignes.

Marie

--------

C. pose une nouvelle question :

Je pourrais, en temps qu'être humain commencer par dire BONJOUR MARIE ! Mais....

Cela me fait très drôle d'imaginer que je puisse communiquer avec VOUS MARIE...

QUESTION : J'ai eu le privilège à une certaine époque et pendant environ 2 ans, de recevoir chez moi des esprits qui m'ont beaucoup apporté et instruit de la chose spirite.

Il est évident que ma foi et mes croyances sont devenues depuis irréversibles...

A tous ceux-là, je dirai donc MERCI éternellement...

--------

Bonjour C.

Dis-moi tu. Je suis ton amie. Je suis l’amie de tous ceux qui le voudront. De tous ceux, même, qui pourraient me croire leur ennemie, ou seulement me croire lointaine ou inaccessible.

Si ces visites ont cessé, as-tu eu une explication du pourquoi de cette cessation, ou de cette interruption momentanée ?

--------

(J'aurais pu mentionner que ces esprits se sont adressés à moi à l'époque, par le biais de l'incorporation d'un jeune médium prénommé Philippe, et que, suite à ces entretiens, j'ai réalisé avec Philippe un ouvrage intitulé L'homme face au Paranormal qui se trouve sur internet et dont l'accès est gratuit pour tous. (http://members.aol.com/chorusinfo) Il est là, pour servir la quête de chercheurs qui désirent découvrir certaines réponses à leurs questions... D'autre part, j'imagine toujours ces esprits amis près de moi à mes seules pensées. Ils sont venus me chercher parfois dans mon sommeil, et m’ont aussi apportés des songes inoubliables...)

---------

Deux ans, et même une vie ne suffisent pas à cette sorte d’apprentissage, (c’est pourquoi il faut se réincarner de nombreuses fois, car vivre c’est l’apprentissage spirituel, consciemment ou inconsciemment, pour tous) et des esprits de lumière n’abandonnent pas en cours de route ceux à qui ils ont commencé de montrer le chemin, ou alors, ils se font relayer, et de préférence par des âmes encore plus élevées.

Marie

---------

(OUI ! Je le conçois tout à fait, est-ce toi Marie... Je veux dire, m'accepterais-tu ?)

---------

Je suis là pour tous ceux qui veulent aller vers la lumière.

Si un tel abandon se fait, le travail de don de connaissance n’est ni fait ni à faire, et doit être entendu avec la plus grande circonspection.

Marie

---------

(Je ne me suis jamais vraiment senti abandonné, Marie, je me sens inspiré assez souvent dès que des questions se posent encore à moi)

En revanche, on peut interrompre cet apprentissage de son propre chef, et, dans ce cas, c’est encore différent, car nous sommes les maîtres de nos esprits. Mais on ne peut le faire cesser complètement, car c’est pour apprendre que nous venons dans un corps, c’est pour donner de l’amour et l’enseigner que nous sommes des esprits. De plus, comme tu dis, quand on a commencé un tel apprentissage, et encore plus d’une façon aussi directe et claire, on peut interrompre, mais cesser est impossible.

(Si tu le veux bien, Marie, inspire-moi, et fasse que le ciel puisse me faire découvrir une plus large connaissance de l'AMOUR de DIEU, mais crois bien que jamais je ne pourrais imaginer vouloir cesser de recevoir un tel don du ciel, je prie pour qu'il me parvienne et m'abreuve de son rayonnement. Pour cela seulement je peux imaginer que ma joie pourrait entrevoir enfin l'éternité...)

J'aimerais apporter une voix de plus (LA VÔTRE, MARIE) à un sujet bien précis qui concerne LA RÉINCARNATION. Sujet que j'ai abordé avec ces esprits de nombreuses fois, et qui ne laissent pas de toujours m'interroger...

Voici comment ils m'ont présenté la chose : il y a le corps, l'âme, et l'esprit d'une entité humaine. Au moment de la mort, Ces trois éléments se séparent.

1) Le corps retourne en poussière...

2) L'âme, énergie vitale qui a rassemblé, sinon permis, que l'esprit puisse animer le corps pendant toute son existence terrestre...

3) L'esprit, qui retourne vers l'éternité du grand tout, sous une forme identique mais plus subtile, et où une existence différente se continue...

CONCLUSIONS APPORTÉES PAR UN CERTAIN ESPRIT nommé Gustave :

L'esprit est éternel, il évolue toujours, et son existence est vouée au libre arbitre de son individualité mais avec une tendance évidente à se porter vers le centre, vers ce que l'on suppose être DIEU, qui ne dispense qu'AMOUR.

Par contre, l'âme, énergie vitale individuelle, va se régénérer dans le Grand tout Universel, et est appelée à animer de nouveau d'autres corps humains pendant ce que l'on pourrait nommer un cycle de la vie de l'âme. D'où réincarnation de cette énergie, qui colporte avec elle les réminiscences de toutes les vies précédentes, qui explique le pourquoi d'un caractère, d'un comportement, d'un savoir parfois inné (les surdoués par ex.), les régressions sous hypnose, etc.

Voilà ! J'ai souvent essayé de prendre la conception de cet esprit en défaut, mais jamais je n'ai pu y trouver de faille.

J'ai donc tendance à accepter cette explication.

L'apport de votre connaissance sur ce sujet bien précis MARIE, aura bien évidemment ma considération la plus attentive.

Je vous en remercie d'avance.

Chorus/Roger

---------

Oui, le corps, l’âme et l’esprit sont trois éléments, trois états de soi.

Si je suis vivante :

Mon corps est un outil qui me permet d’évoluer dans un milieu hostile pour m’y élever. Mon corps est ce qui disparaîtra.

Mon esprit est mon état qui pense et manipule ce qui peut être matériel ou immatériel, c’est le prolongement de mon âme. Mon esprit, c’est ce qui me permet de m’adapter à différents mondes, à différents modes d’expression et de communication, c’est ce que j’utilise pour adhérer à la complexité du monde et parvenir à échanger avec lui. Mon esprit subsistera après la mort de mon corps, et sera un outil indissociable de mon âme.

Mon âme est l’état de moi qui est pur amour. Sur la terre, vous dites, « vendre son âme », vous ne dites pas « vendre son esprit » car l’esprit n’est que l’ensemble des « bras » de pensée qui me permet de manifester l’amour qui est dans mon âme. Vendre son esprit ne serait pas tout vendre, comme vous pouvez le sentir dans cet exemple, confusément, sans forcément pouvoir l’expliquer maintenant en profondeur. L’âme est immortelle au ciel comme sur la terre.

L’âme n’est pas comme une lessive, elle ne se régénère pas dans le grand Tout. L’âme se réchauffe au soleil de l’amour. Et bien souvent, il vient de vous.

Elle reste individuelle de tout temps, comme vous restez vous-même tout en faisant partie de votre famille ou d’un groupe cher à votre cœur, même si vous pouvez apparemment couper tous les liens. L’âme n’est pas une énergie vitale individuelle, elle est l’amour, tout simplement.

Ce n’est pas du super sans plomb ou un phénomène de neutrons chimiques, elle est la base de tout, la force évidente, la plus grande puissance, et elle se partage avec une jouissance inouïe, comme elle peut aussi être détachée par moments, dans une jouissance différente.

Les réminiscences des vies précédentes ne sont pas « colportées par l’âme ». Elles sont et restent ailleurs, dans la connaissance globale, que je pourrais comparer à des archives énormes et exhaustives. Le fait d’y revenir, de retrouver des éléments, vient de la possibilité que l’on a parfois, par soi-même, par l’ange gardien ou par un hypnotiseur, à retrouver les éléments ou des bribes de ces éléments de vie, par le fulgurant accès à la connaissance globale, dont j’ai déjà parlé sur une autre page. Vous pouvez aussi bien avoir ainsi accès à la vie de quelqu’un d’autre. Pour les surdoués, cela vient du fait que certains enfants mettent plus longtemps que d’autres à couper les liens avec le ciel, sans même s’en rendre compte, et qu’ils ont donc accès sans savoir comment à la connaissance globale, à des petits morceaux de ces archives dont je parlais ici. Puis, avec l’âge, l’enfant perd comme tout le monde cette liaison privilégiée avec le ciel, et se retrouve « rattrapé » par les autres enfants. Le cerveau, néanmoins, aura été stimulé par cette expérience, et développera souvent un quotient intellectuel important, et le conservera. Les anges peuvent vouloir voir cela durer, et rester près de vous, pour vous donner des clés vers les « archives », qui sont aussi bien celles du passé, que du présent et du futur, et vous pousser encore plus loin, après l’adolescence, sur ce chemin, si vous l’avez jugé utile avant de naître. De même, cela peut se faire sur le tard, et très efficacement, comme pour Einstein.

Marie

--------

Marie reprend ta phrase :

(Selon cet esprit, il n'y a pas généralement réincarnation, (sauf exception). Donc, le karma n'existe pas !)

Il y aurait donc des exceptions ? S’il y a des exceptions, quelles sont-elles ? Ceux qui t’ont parlé te l’ont-ils dit ? S’ils ne t’en ont pas parlé, leur enseignement n’a pas été suffisant, et rien que cela peut te permettre de prendre cette conception « en défaut ». Bien sûr, les esprits ne donnent pas tout, ils aiment que vous réfléchissiez par vous-mêmes, mais lorsqu’on affirme quelque chose comme « le karma n’existe pas », soit l’on donne la réponse, soit l’on propose un ou des chemins pour que l’interlocuteur trouve lui-même l’explication.

Voici des explications pour ce qui concerne les exceptions à la réincarnation :

Un cas d’exception est qu’une fois au ciel, dans un état de connaissance globale et objective, on peut en arriver, après avoir beaucoup monté, donc donné beaucoup d’amour au fil de vies successives, à se voir partie de Dieu, à s’accepter comme tel(le). Alors on sait qu’on a suffisamment cheminé, et qu’on n’est plus obligé de se réincarner.

Ce qui n’empêche pas qu’on souhaite pourtant parfois se réincarner tout de même, pour apporter plus d’amour sur la terre, pour donner l’exemple, pour donner envie.

La notion de karma revêt un sens difficile qu’il faut briser : vous croyez que vous subissez un destin déjà tracé pour vous par un Dieu exigeant, alors que c’est vous qui l’avez construit, écrit, en pleine connaissance de vous-même, et en sachant que vous pourriez le suivre. Si vous vous dites, mon karma m’est imposé par une personne supérieure, qui juge pour moi de ce qu’il faut que j’accomplisse, quelle cruauté chez cette éventuelle personne ! Dieu n’est qu’amour, il ne vous infligerait pas de vivre des épreuves sans que vous le vouliez. C’est à vous de les écrire, pour, à vos propres yeux, vous sentir réellement partie de Dieu lorsque vous montez au ciel ; et vous ne pouvez pas écrire quelque chose que vous ne pourriez pas surmonter. Si vous vivez sur terre des choses très difficiles, c’est parce que votre âme est très forte, bien plus forte que ce que vous pensez, et qu’elle peut malgré tout donner de l’amour. Donc faire ce pour quoi elle est venue sur la terre. Le karma n’est pas imposé par un jury tout puissant et digne des jeux du cirque, c’est votre plan d’élévation. Si ce que vous traversez est difficile, l’idée est réconfortante de savoir que monter la marche la plus escarpée vous fait faire un bond de géant dans le ciel, selon un plan que vous avez soigneusement mûri dans un état de conscience très supérieur à celui que vous avez actuellement, même si aujourd’hui vous n’y comprenez momentanément plus rien. C’est pourquoi il faut vous aimer vous-même, croire en vous, pour vous donner aussi la force de gravir les marches. Le karma n’est pas une fatalité, ni un examen conçu par quelqu’un d’autre, il comporte votre signature, c’est un challenge avec vous-même. Dieu n’exige rien, Dieu aime, c’est tout. Et croyez-moi, quels que soient notre refus et notre ignorance au moment de partir au ciel, quelle que soit notre possible haine aussi, nous aimons Dieu, infiniment, lorsque nous le voyons, parce que Dieu, c’est aussi nous.

---------

Marie te cite ; (Si tu le veux bien Marie, inspire-moi, et fasse que le ciel puisse me faire découvrir une plus large connaissance de l'AMOUR de DIEU, mais crois bien que jamais je ne pourrais imaginer vouloir cesser de recevoir un tel don du ciel, je prie pour qu'il me parvienne et m'abreuve de son rayonnement. Pour cela seulement je peux imaginer que ma joie pourrait entrevoir enfin l'éternité...)

(Merci Marie ! Pour avoir accepté de me répondre sur ce sujet particulier de la réincarnation... Cet esprit nommé Gustave m'a parlé cependant de l'énergie vitale, de psychengrames, et d'empreintes... (décrits dans cet ouvrage dont j'ai parlé plus haut) que puis-je en penser ?

Aurai-je droit encore à bénéficier de tes explications ? J'ai toujours, en permanence d'ailleurs, envie d'apprendre... Et surtout d'apporter des corrections à cet ouvrage si faire se peut... pour le plus grand bénéfice de ceux qui demandent et cherchent... Mon « karma » est peut-être de colporter la bonne parole ?

-------

C'est ton « plan de carrière », oui. Entre autres. Des ajustements, des explications viennent et viendront. C'est ainsi dès qu'on découvre, qu'on avance. Les mots compliqués... Pour l'instant, comme le domaine que nous abordons n'est pas familier à tout le monde, parlons à tout le monde, et n'utilisons pas un vocabulaire d'élite, ce serait couper beaucoup de gens de la recherche. Mais tu as raison, il faut aussi être précis. C'est en cela que ton exposé des choses doit trouver un juste milieu. Tu cherches et tu trouveras, comme chacun de ceux qui te liront, mais chacun peut trouver ce qu'il veut, même ce qui n'y est pas, si tu n'es pas précis, si tu ne parles pas le même langage que ceux qui te lisent. Ce que tu reçois ne doit pas te faire oublier ton libre arbitre, et que c'est toi qui conduis sur ton chemin : ce que tu dois en penser ? Tu ne DOIS justement pas en penser ce que je te dirais. Tu DOIS arriver à sentir la vérité dans tout cela, à la déceler, sans influence aucune, et c'est toi qui sauras, alors, en parler aux autres, comme il se doit, sans remise en cause possible au moment d'en parler. Mais garde une part de doute, car douter est humain, une vie sans doute, c'est comme une vie sans rêve.

Tu n'as pas, comme tu dis, « droit à bénéficier » de mes explications. Tous ceux qui le veulent le peuvent. Si tu me parles comme cela, tu me places trop haut pour toi dès le départ, et tu auras plus de chances de rester en bas, par ton propre manque d'estime. Mais si tu ouvres toute grande la porte, tu verras que tu peux aller, comme tous ceux qui le souhaitent, jusqu'à moi. Je suis tout près tu sais. L'effort pour monter les marches, c'est juste celui d'y croire, et tu seras porté par ton amour. Sinon, tu compteras chaque marche, et tu les trouveras innombrables, à te demander si tu mérites bien chacune d'entre elles. Y croire ainsi, c'est un des vrais aspects de la foi. Compte les secondes pour arriver à une minute, et regarde comme le temps t'aura paru long à la fin de cette minute, alors que si tu ne te préoccupes pas de l'aiguille, tu seras à la fin de la minute sans y avoir pensé. Le temps n'existe pas, c'est une invention de la terre pour vous faire tourner en rond, et de même, la distance entre toi et moi n'existe pas. C'est valable pour tout le monde.

Marie

-------

Quand tu dis « Je suis là pour tous ceux qui veulent aller vers la lumière », sachant que c'est ce que je désire (ainsi que beaucoup de ceux qui nous lisent), de quelle façon aimerais-tu que je me prépare à cet événement ? Sachant que ma petite médiumnité passe beaucoup par une médiumnité inspirée, et aussi par des songes pendant mon sommeil (Je ne parle pas de rêves.). Je sais bien que tu peux tout savoir de moi aux travers de mes pensées et de mon état d'âme. Si donc, tu comprends mon état d'esprit, donne-moi les conseils qui me guideront le mieux vers toi. Je vois une épure sur le site de Luc, je lis tes messages... Serait-il possible que dans un songe... je puisse mieux te connaître ?

Tu me dis que colporter la bonne parole est « mon plan de carrière ». Pour moi, c'est une bonne chose si la bonne parole approche « la vérité », c'est-à-dire DIEU, autant que faire se peut.

Tous les esprits qui le désirent doivent m'apporter « leur façon de voir », la meilleure évolution spirituelle de la vie humaine ici-bas, sur ce sujet. Ils sont ardemment souhaités et seraient évidemment les bienvenus dans mes songes (Les songes pour moi étant inoubliables.)

Tu me dis aussi, de garder une part de doute... Si toutefois je ne pourrais plus remettre en doute l'existence de DIEU à qui je demande de m'aider dans ma mission, il m'arrive parfois d'avoir des doutes qui me frôlent, concernant les esprits sympathiques qui s'adressent à moi. Non, pas que je me méfie, mais tout simplement parce que j'essaie de faire le pour et le contre de ce qu'ils me disent, ou veulent m'enseigner... D'où ma démarche aussi vers toi, en qui je veux n'avoir aucun doute parasite... Je suis sûr que nous nous comprenons !

Il est vrai que je ne veux pas marcher vers la lumière en aveugle, si d'autres seraient susceptibles de m'accompagner sur ce chemin-là, désirant être guidés à bon port...

Tu me dis aussi, que j'ai dû me servir de mots compliqués pour m'exprimer, et que mon vocabulaire doit rester le plus accessible possible aux simples éduqués...

Car le/s sujet/s que j'aborde ne sont pas toujours familiers. En cela je suis bien d'accord avec toi, mais selon le sujet évoqué, tels les termes de médecine psychiatrique, ce n'est pas évident de faire autrement... (Je pense, en disant cela, que tu t'en réfère à l'ouvrage que j'ai écrit avec Philippe ?) Est-ce bien cela ?... Vers la fin de ton dernier message tu me confies aussi :

--------

« Tu n'as pas, comme tu dis, « droit à bénéficier » de mes explications. Tous ceux qui le veulent le peuvent, si tu me parles comme cela, tu me places trop haut pour toi dès le départ, et tu auras plus de chances de rester en bas, par ton propre manque d'estime. Mais si tu ouvres toute grande la porte, tu verras que tu peux aller, comme tous ceux qui le souhaitent, jusqu'à moi. Je suis tout près tu sais. »

Marie

--------

OUI, Marie, je sais parfaitement que tu es tout près, mais je sais aussi que ma seule volonté n'y suffit pas, et que nous devons être deux pour se « rencontrer » si toutefois je puis m'exprimer ainsi...

---------

« L'effort pour monter les marches, c'est juste celui d'y croire, et tu seras porté par ton amour. Sinon, tu compteras chaque marche, et tu les trouveras innombrables, à te demander si tu mérites bien chacune d'entre elles. Y croire ainsi, c'est un des vrais aspects de la foi. Compte les secondes pour arriver à une minute, et regarde comme le temps t'aura paru long à la fin de cette minute, alors que si tu ne te préoccupes pas de l'aiguille, tu seras à la fin de la minute sans y avoir pensé. Le temps n'existe pas, c'est une invention de la terre pour vous faire tourner en rond, et de même, la distance entre toi et moi n'existe pas. C'est valable pour tout le monde. »

Je suis heureux d'imaginer que certains suivront notre dialogue (fasse qu'il se poursuive le plus longtemps possible au bénéfice de ceux-là.) Et je laisserai donc, sinon mon esprit, mais un maximum de cœur, à réinventer ce que pourrait être le parcours vers l'Amour, sur le chemin de la vie d'ici...

Disons que nous pourrions envisager d'en commencer un ouvrage pour la postérité ?

A bientôt de tout cœur !

Roger

----------

L'ouvrage est déjà commencé depuis des siècles, nous pouvons tous le continuer ensemble jusqu'à la dernière page, même s'il n'y a pas de dernière page.

Marie

--------

Bonjour Marie,

C'est encore moi, Roger, ton ami...

Marie, as-tu toi-même connu des réincarnations multiples ?

Il y a tant de versions sur la réincarnation et sa complexité, qu'il serait bon de pouvoir expliquer les fonctions supposées de chaque chose...

Bien, nous parlons du corps de l'âme et de l'esprit, nous y inclurons encore le mot égrégor.

Voici (ma) version, qui sera probablement contestée ?

- Le corps, cela ne sera une surprise pour personne, est abandonné par l'esprit à la mort, retourne en poussière, et se retransforme dans son monde à trois dimensions...

- L'âme (inconscience et 6ème sens), énergie vitale individuelle christique, tient en cohérence la masse atomique individuelle de notre corps... pour le temps d'une vie, avant d'aller animer d'autres vies (d'où le processus de réincarnation cyclique), chaque vie ayant laissée une empreinte de son existence à cette âme particulière.

- L'esprit (conscience) est créé et engendré par l'âme dès le début de sa vie, lui donnant par là son enveloppe humaine, et les outils de son « véhicule terrestre » en ce qui nous concerne. L'esprit, à la mort, devient pour moi une empreinte, une expérience, une existence à part entière, qui sera livrée dans l'au-delà telle quelle et gardera éternellement (archives akashiques) ses caractéristiques et sa personnalité propre. Notre identité est devenue une entité.

- Un égrégor, n'a jamais été incarné, mais peut utiliser n'importe quelle empreinte pour se communiquer. Il peut prendre tous les aspects, parler n'importe quelle langue de ce monde et des autres, et possède la connaissance universelle... En général, il se met en osmose avec ceux qui le sollicitent, selon leur état d'esprit (qui se ressemble s'assemble). Il est censé apporter une aide qui aidera à faire évoluer l'âme et l'esprit. D'ailleurs, quand « une entité » se communique, elle dit souvent que le nom n'a pas d'importance, qu'ils sont plusieurs, ou parfois encore qu'il représente l'entité invoquée !

Alors, qu'avons-nous comme interlocuteur/s quand nous communiquons avec l'au-delà ? Un égrégor ? Une âme à laquelle s'accrochent une multitude de vies ? Ou simplement la seule personnalité d'un proche qui a quitté le monde terrestre ?

Ces questions (car ce sont des questions et non des affirmations) peuvent-elles faire l'objet d'êtres posées à vos guides de l'au-delà ?

Comment dois-je réinterpréter mes croyances pour éviter la confusion et le doute ?

Roger

-----

Bonjour Roger,

Oui, je suis heureuse que nous soyons amis. Et oui, j'ai déjà vécu de nombreuses vies (voir le sujet sur le dessin de Marie, note deLuc).

L'égrégor est encore un terme inventé pour, comme tu le dis, vous mettre dans la confusion, par des gens, vivants ou non, qui souhaitent créer un vocabulaire « scientifique » alors que nous sommes là pour que tout le monde nous comprenne. Pour que tous ceux qui le souhaitent puissent le faire.

Pourquoi compliquer les choses ? Nous sommes tous des âmes prolongées d'esprits, et nous sommes parfois dans des corps, comme tu le dis très bien. Le nom de la personne qui vous parle depuis chez nous est au contraire très important, car une présence inconnue, censée vous « guider », c'est une lettre anonyme. Confierais-tu ta vie, ou même un épisode de ta vie, à l'auteur d'une lettre anonyme ?

Qu'une personne en représente une autre n'est pas fiable non plus ; si elle ne dit pas : « je suis... et je viens de la part de... », il faut tout simplement fermer la porte, montrer la sortie comme seule issue.

J'ai déjà parlé aussi du terme « guide » qui est à prendre avec des pincettes. Personne, dans les anges n'est là pour vous guider, c'est vous qui faites votre vie, et c'est heureusement bien ainsi. Nous n'avons pas d'autre guide au ciel que la lumière de l'amour.

La confusion vient de la multiplication des termes. Restons simples, clairs, accessibles, en un mot : lumineux.

Marie

--------

La résurrection de Lazare, la réincarnation

Question :

Ma question concerne la résurrection de Lazare par Jésus. D'après ce que j'ai lu à ce sujet par le passé, Lazare n'appartenait plus ni au monde des vivants ni à celui des « morts ». Si cette histoire est vraie, je ne comprends pas que Jésus ait ressuscité quelqu'un juste pour prouver l'étendue de son pouvoir. Ça ne cadre pas avec l'idée que je me fais de Jésus. L'Histoire ne dit pas non plus ce qu'il est advenu de Lazare. Marie pourrait-elle me répondre ?

Lazare était entre les deux mondes, comme vous l’êtes au moment de partir. Vous pouvez appeler ce moment « tunnel » ou « transit », peu importe. C’est un moment où vous pouvez partir ou rester, s’il n’est pas encore l’heure à vos yeux, et si nous en convenons avec vous. Lazare est devenu presque un inconnu peu après sa résurrection, et avant que son histoire intéresse à nouveau les gens, longtemps après. Les yeux se sont tournés ailleurs sur le moment, en vérité, car on a eu beau raconter l’histoire, personne n’avait le cœur assez ouvert pour réaliser, accepter le miracle sur la durée. Le phénomène a été comparable à un tube de l’été, éphémère, fulgurant, puis, l’oubli, et la nostalgie qui revient, exacerbée par ceux qui cherchaient des exemples pour asseoir la religion, de la même façon qu’on fait aujourd’hui une compilation des best of. Jésus a montré l’étendue de son pouvoir bien des fois, peu importait que tous le croient. Ce qui était important, c’était que ceux qui avaient besoin de cette lumière puissent la voir. Il n’a pas fait cela comme on fait du marketing pour un produit-« miracle », justement. Il a fait cela pour que vous ayez une mémoire de ce que peuvent faire les anges. Le marketing concernant Jésus a été monté après, par les hommes qui voulaient tirer profit de tout cela ; profit moral, profit matériel. Lorsqu’on voit, aussi, toutes les statues qui ont été faites de moi, lorsqu’on comprend à quel point la ressemblance est approximative (c’est une des raisons pour lesquelles nous n’aimons pas toujours être représentés) et à quel point cela rapporte de l’argent, on fait mieux le tour de la question, et on juge en connaissance de cause. Jésus, d’ailleurs, ne ressemble pas non plus à la représentation qui en est faite, et quand il vous apparaît, c’est presque incognito, c’est-à-dire que le souvenir de son visage s’efface presque immédiatement. S’il voulait faire du marketing, ce visage serait imprégné en vous comme ceux de Staline, ou d’Hitler, ou de ceux qui ont un culte de la personnalité. L’image que vous en avez n’est pas exacte, celle que vous avez de moi, non plus, mais ce n’est pas vraiment important. Nous n’en sommes pas blessés dans notre orgueil, comme si nous étions sur la terre, vivant dans le star system. C’est seulement l’exactitude qui est un peu bousculée. Méfiez-vous de ceux qui se font connaître et qui vous font agir dans leur sens. Dans ces pages, je vous enjoins à agir dans votre sens, celui qui est de vous élever spirituellement, celui de penser par vous-mêmes, comme on le fait avec les enfants. Car vous êtes des enfants, et ce n’est pas un jugement de valeur, ni un jugement négatif ou une minimisation de vos personnalités, il est évident qu’on aime un enfant qui apprend, qu’on a plus envie de l’aider qu’un adulte, qui connaissant les erreurs, les commettrait tout de même, sciemment. Nous vous aimons comme vous aimez vos enfants. Aujourd’hui, je vous parle ici, en utilisant les nouveaux moyens de communication, et voyez, cela ne rapporte aucun profit à qui que ce soit, sinon à ceux qui y trouvent leur compte. Ce n’est pas parce que vous agirez autrement que selon les explications présentes en ce lieu, que je vous jugerai mal, que vous serez rejetés. Vous seuls serez juges, le moment venu, et ce n’est pas une menace, ce n’est pas une épée de Damoclès, c’est une réalité.

Marie

--------

Question :

Je me demande si la possibilité de s'incarner n'est valable qu'au ciel ou est-ce que les âmes coincées entre la terre et le ciel (donc les EBA) peuvent aussi le faire ?

Par EBA, j'entends ici les âmes qui se sont incarnées mais qui ne voient pas la lumière du ciel une fois mortes ou ne s'en estiment pas dignes.

----------

Vous ne pouvez vous réincarner qu'en le souhaitant, et vous ne pouvez le souhaiter, et même savoir que c'est possible, qu'une fois que vous avez retrouvé votre ange gardien au ciel.

C'est-à-dire, en n'étant pas coincés entre le ciel et la terre. Il vous montrera votre vie, vous pourrez faire votre bilan dans un état de connaissance globale (c'est-à-dire que vous pourrez l'atteindre et pas seulement la toucher du doigt), et à partir de cela, vous pourrez écrire la prochaine vie. Sans cela, vous ne pouvez rien écrire. Puisque vous ne SAVEZ pas où vous en êtes spirituellement.

Pour se réincarner, il faut avoir terminé le cycle d'une incarnation, et la fin ne se fait pas à la mort, elle se fait après le bilan avec l'ange gardien, et, si vous vous aimez assez, après la rencontre officielle avec les archanges et le Père. Je dis officielle, mais ce n'est pas une cérémonie, cela veut dire que, de toutes façons, les anges et le Père sont là, mais que vous n'osez pas toujours ouvrir les yeux pour voir cela. En ouvrant les yeux après le bilan, vous faites acte officiel de fin d'incarnation.

Marie

--------

Une seule vie ne suffit pas

Repensez à tout ce que vous auriez voulu changer dans ce que vous avez vécu. Voyez comme vous regrettez qu’il n’y ait pas de bouton d’annulation, pour revenir en arrière, comme sur les ordinateurs. Vous vous dites il est trop tard ? Que vous serez (impitoyablement) jugé sur une seule vie ? Que là-haut, personne ne veut vous donner une chance de rattraper les erreurs ? Croyez-vous que Dieu soit impuissant au point de n’avoir pas créé de bouton d’annulation ? Encore heureux qu’après votre présente vie, vous ayez la possibilité d’en vivre une autre, pour changer tout cela. Et si besoin, une autre, et encore une autre, jusqu’à ce que vous soyez satisfait de ce que vous aurez fait, en toute connaissance de cause, et dans un processus de « jugement » impartial et infaillible. Jusqu’à ce que vous vous aimiez enfin assez, pour vous sentir appartenir à l’amour qu’est Dieu. Alors, vous n’aurez plus besoin de vous réincarner.

Table des messanges