La réincarnation des canards colverts-6 octobre 2009

Luc : A cause de l'entretien de ma voiture, j'ai fait deux kilomètres à pied aujourd'hui. Sur le chemin, je longeais une rivière. Et sur cette rivière était un groupe de canards colverts. A mon approche, ils se sont envolés, et tout à coup, j'ai reçu, non pas un message, cette fois, mais un ressenti très étrange et assez merveilleux, même s'il n'était pas « entier ». C'est un peu difficile à raconter sans paraître ridicule, d'où le titre un peu fantaisiste de cette page. Mais enfin, le ridicule, on ne peut pas en mourir, sinon, je serais, aux yeux de beaucoup, à l'agonie depuis des années, puisque je dis ici que je transmets Marie et Jésus, entre autres...

Alors, voilà, c'est comme si quelqu'un m'avait donné, pendant à peu près trois secondes (c'est court !) la possibilité partielle d'être dans ce canard qui s'envolait. De voir à travers ses yeux. Vous imaginez ? Je suis à fleur d'eau, mes ailes touchent presque la surface à chaque battement, je suis lourd, mais je ne produis pas un effort si considérable, puisque mon corps est fait pour cela. Je suis étonné de ma facilité, et à voir ce canard qui évolue, qui ne monte pas vite, je me dis, c'est dur pour lui, mais je sais que non, il n'y a pas un effort « surcanard », comme on dirait « surhumain » pour un homme. Et je monte de plus en plus haut, et je surplomberai le paysage, mais là, tout à coup, je ne le vois pas, car je ne suis plus dans ses yeux.

J'ai trouvé cette impression tout à fait étonnante. Quand je dis que ce n'était pas entier, c'est parce que je n'avais évidemment pas quitté mon corps, donc, j'étais, mettons, à 80 pour cent dans mon corps, et à 20 pour cent dans l'animal. Saisissant ! J'ai pensé à une personne qui m'avait dit être très déçue par l'idée que selon Marie, nous ne pouvons pas nous réincarner dans un animal. Et j'ai fait le rapprochement avec une sorte d'incarnation, même si le canard restait lui-même, et que je sentais bien que je n'avais pas interféré sur son âme ou son esprit.

Alors, devant mon étonnement et mes questions, j'ai entendu Marie m'expliquer :

-----

S'il n'est pas possible de se réincarner dans un canard quand on a été un humain (parce que ce n'est pas le même plan d'êtres), il est possible à un esprit désincarné de se placer dedans le corps d'autrui, sans pour autant que cette présence soit gênante ni même ressentie par l'individu qui reçoit l'esprit. C'est ce que font sans arrêt les EBA, de manière intrusive, avec des conséquences néfastes. Mais les anges le font aussi, de façon très différente, et si discrète que c'est comme si rien ne s'était passé pour la personne recevante. Parfois encore, les anges préviennent qu'ils vont entrer dans un corps, lorsque le recevant est en dialogue conscient avec l'ange. Votre ange gardien entre en vous très souvent. Cela arrive lorsque votre âme en a besoin, et le décide, le plus souvent indépendamment de votre conscience.

Une âme au ciel, qui a donc déjà rejoint le Père, peut sans aucune difficulté être invitée dans un recevant, qu'il soit humain ou animal. C'est beaucoup mieux que de se réincarner en vérité, car on n'a alors pas les vicissitudes de l'incarnation, ses difficultés. Même si en tant qu'âme visitante, on peut aussi entrer pour aider à porter un fardeau spirituel. Mais pour répondre à cette question de ceux qui regrettent de ne pas pouvoir s'incarner en animal, voyez comme c'est beau, vous pouvez, si vous le souhaitez, et si vous trouvez un recevant dont l'âme le souhaite aussi (c'est facile), entrer dans un dauphin, un aigle, un hippopotame, même, pourquoi pas ?...

C'est aussi, pour les anges, un moyen de vivre vos ressentis, bons ou mauvais, c'est pour eux un moyen parfait de savoir ce que vous traversez, et d'agir en connaissance de cause, si besoin est.

Par exemple, je me glisse souvent chez des âmes volontaires pour ressentir le goût du chocolat, ou du lapin, ou de tout ce que vous aimez, et que vous nous faites partager sans le savoir. Mais maintenant, vous savez !

S'il existe aussi des goûts au ciel, ils ne sont pas tout à fait semblables à ceux de la terre.

J'entre aussi dans la maison corporelle de ceux qui souffrent et dont l'âme a besoin de moi. Pour les aider, leur donner un rayon de lumière. Et je ressens alors vos souffrances. C'est moins bon que le chocolat. Mais je suis là, mes enfants, mes amours, mes chers et tendres.

Marie

Table des messanges