La potion magique-1er août 2008

En cette période de tour de France, je ne peux faire autrement que de dire un petit mot pour essayer d'empêcher les roues de tourner dans le mauvais sens, c'est-à-dire pas rond.

Chaque année, on vous laisse entendre qu'il n'y aura plus de tricherie maintenant, que les mauvais exemples ont fait que les coureurs, cette fois, ne blasphèmeront plus le nom sacro-saint du sport. Et puis, chaque année, un nouveau lot de déceptions arrive à fond de train, cheveux au vent, et sans freiner dans les virages. Untel s'est dopé à ceci, ou à cela. Il y a des moteurs électriques cachés dans les roues ou dans les tubulures… Même dans des sports « mineurs », cela a court. Mais, de la même façon qu'il faut inonder d'amour ses ennemis pour ne plus avoir à les craindre, il faut aussi régler ce problème en le traitant à l'envers. Si j'étais directrice du tour de France, j'autoriserais, et rendrais même obligatoire les produits de dopage (je ne suis pas femme à rendre les choses obligatoires, comme vous le savez, mais c'est utile cette fois, pour mon illustration et dans le cas présent.).

Que se passerait-il alors ? Plus personne ne pourrait tricher ! Car c'est bien là que le bât blesse, non ? Dans la tricherie.

Oh, bien sûr, certains prendraient des produits plus forts, et porteraient aux nues, en l'amplifiant, la stupidité qu'il y a à tricher. Par bouche à oreille, phénomène de mode, publicité officielle, même, on trouverait et prendrait en masse, pendant le tour de France, le nec plus ultra, le produit qui fait gagner, la potion magique.

Et au bout du compte ? Ce ne serait plus la potion magique qui ferait courir, mais la valeur de chacun, rétablie à sa véritable échelle, puisque chacun serait poussé au maximum de ses possibilités.

Et puis, le tour de France se ferait en deux jours, et nous passerions vite l'éponge sur cette parodie de sport. Comme sur toutes les autres, qui ne sont nourries que par des sponsors pour qui l'important est qu'on cite leur nom, y compris et surtout dans l'opprobre, parce que dans l'opprobre, c'est gratuit, et c'est extrêmement bénéfique à la notoriété, si ce ne l'est pas immédiatement pour la réputation.

La tricherie, mes amours, est une pollution de l'esprit. Et qui sait si la pollution de l'esprit n'aggrave pas l'effet de serre, ou tout au moins, le mal-être moral de et sur la terre ? Ne l'oubliez pas, la terre amplifie tout, vos tendresses comme vos duretés, vos haines comme vos amours, vos ladreries comme votre probité.

Marie

Table des messanges