La petite messe-14 juillet 2008

Il est des églises pleines d'anges le dimanche, et d'autres, vides d'anges, lorsque commence la petite messe, que je nomme ainsi pour faire le pendant à la grand-messe du quatorze juillet, dont je parle aussi aujourd'hui.

Vous venez nous prier. Savez-vous ce que nous entendons lorsque nous venons près de vous dans ces moments-là ? Au-delà des prières récitées qui nous touchent beaucoup moins que celles qui viennent spontanément du cœur, vous nous dites, sans vous en apercevoir, des choses qui veulent dire « ben dis donc, j'aurais de la chance s'ils écoutaient ma prière là haut ! »

Ce n'est pas une question de chance, c'est une question de foi. Pas de foi en nous, de foi en vous ! La foi, c'est croire, mais c'est avant tout croire en soi, et au fait que l'on peut être entendu de la meilleure partie de soi-même, celle qui s'appelle Dieu. Et par conséquent, des anges. Si vous ne vous laissez pas la plus petite chance d'être entendu, en vous disant dès le départ que vous n'y arriverez pas, vous ne faites pas de lumière, et nous ne vous voyons pas dans la multitude. Nous pourrions vous voir, et aller vous chercher, nous le faisons parfois, mais c'est inutile, parce que vous n'avez alors pas compris que vous êtes la base de l'amour que vous cherchez cependant ailleurs. Et tant que vous ne l'avez pas compris, vous attendrez des autres, vivants ou au ciel, qu'ils fassent ce que vous avez écrit comme étant votre mission.

Aller dans une église sans s'autoriser à penser qu'on peut y parler avec un ange, c'est aller dans une église pour y perdre son temps, ou alors, pour visiter le monument et apprécier sa beauté. Prier les anges dans une église sans croire véritablement que vous pouvez être entendu d'eux, c'est prier les anges sans croire aux anges.

Vouloir être aimé sans se donner de l'amour d'abord, c'est vouloir être aimé sans savoir ce qu'est l'amour, et donc, risquer de le laisser passer sans s'en apercevoir. Aller dans une église sans s'aimer et croire en soi, c'est aller dans une église sans amour, et donc s'en priver.

Prier avec des mots qui ne sont pas à vous, c'est prier sans raison pour celui qui les a écrits.

Mais aller dans une église dans le but précis, avoué, et plein d'amour, de m'y trouver, c'est la certitude que je sois là.

Croirez-vous assez en vous pour enfin m'entendre ?

Marie

Table des messanges