La nuit des Césars-9 mars 2009

Voilà encore une cérémonie d'où les anges sont absents.

Voyez-vous ça : des gens qui sont célèbres, qui sont au firmament de la société, à tel point qu'ils ne peuvent plus vivre normalement, et doivent se cacher plutôt que de marcher dans la rue. Des gens qui doivent se déplacer avec des gardes du corps, des garde-robes entières, dans des véhicules que les enfants du Sahel ne peuvent même pas imaginer, sans parler de ceux de la banlieue, qui eux ne peuvent que les regarder de loin. Des gens qui tombent dans les pièges de la drogue, qui, pour eux, est bon marché et sinon légalisée, du moins instituée comme un passage quasi obligé pour faire partie de la « noblesse ».

Comme on dit aux petits garçons, au sortir de l'école, « si tu fumes, tu es un homme ! »

Voilà des gens que l'on passe au vernis de l'ego à chaque occasion, qui font un travail où on leur apprend à être le plus mal élevé et le plus exigeant possibles.

Voilà des gens qui croient qu'ils sont meilleurs que d'autres parce qu'on se tue à le leur répéter.

Voilà des gens qui se perdent dans un monde d'effets spéciaux, et qui sont aveuglés par leur propre image.

Et il faudrait en plus qu'on soigne leur ego, encore, dans des congratulations à n'en plus finir, que ceux qui sont sur un piédestal soient juchés par d'autres sur un plus grand piédestal ?

Quelle cour de maternelle, tout ça ! Quel pastiche de la vie !

Ce n'est pas grave du tout. Ca n'a pas d'intérêt, voilà. Ce qui est plus ennuyeux, c'est que le public, c'est-à-dire vous, trouve légitime qu'on gave d'attentions des personnes qui en étouffent déjà sans s'en rendre compte.

Elles en étouffent de jalousie, notamment. Elles étouffent sous le mauvais gras intellectuel dont on les sur-nourrit comme des oies.

Je parle ici des acteurs, et non des personnes qui sont dans l'ombre, et que pour une fois, on met à l'honneur, comme on se donne bonne conscience au Rotary Club, en s'achetant une bonne conduite.

Acteurs, vous êtes des êtres humains, ni plus ni moins. Le cinéma magnifie votre lumière. Pourquoi ne vous en servez-vous pas pour montrer que chacun a une lumière en soi, et qu'on peut aussi bien la faire voir ?

Sinon, tant que cela n'est que strass, paraître, poudre aux yeux, surdimensionnement de l'égoïsme, les anges vous disent, non sans amour, et non sans humour, de continuer à aller vous faire voir !

Lino Ventura

Table des messanges