L'amour pour les enfants

Je fredonnais dans ma tête une chanson de Renaud, dans laquelle il dit, parlant à sa fille

« Tu peux pas t’casser je t’aime

A m’en taillader les veines ».

L’image me paraissant soudain très forte, je me suis demandé ce qui pouvait nous conduire à aimer un fils ou une fille à ce point.

Et Marie donne sa lumière :

------

Quand vous aimez votre enfant, c’est votre part de Dieu, transmise à lui, que vous aimez. Et comme il n’est pas question, dans ce cas, d’être taxé d’égoïste, ni d’avoir honte de vous prendre pour le bon Dieu (vous pensez en effet que ce n’est pas vous qui êtes en cause), vous voyez enfin Dieu, dans celui ou celle qui est votre descendance, venu par vous. Vous voyez et acceptez enfin votre part de Dieu, en acceptant d’embrasser la part de Dieu de votre enfant. Vous laissez enfin votre amour suivre son cours, sans barrière, avec toute sa force, et cela donne des poèmes, des affirmations de cette puissance. Vous vous autorisez à aimer, sans vous rendre compte, qu’avec juste une petite prise de conscience, vous pourriez prendre pour vous un peu de cet amour que vous donnez. Vous autoriser, donc, à vous aimer, comme vous aimez votre enfant. Car l’amour est amplifié par autrui ou par soi, dès lors qu’il circule sans barrière. Et celui qui donne de l’amour peut le récolter au centuple, pour peu qu’il comprenne qu’il suffit d’être en face d’un miroir pour se renvoyer sa propre lumière.

Sans parler de narcissisme, ni d’égo, il est simplement question de s’aimer tel que l’on est, sans retenue, sans rien tenir ni hypothéquer d’aucune manière, aimer et s’aimer, donc, avec toutes les différences autour de soi, sachant que tout ce qui Est vient de la même source, et que c’est là que se trouve le Grand Amour commun. Est-ce difficile à comprendre ?

Marie

Table des messanges