La médiumnité n'est pas un don-5 juin 2004

Lorsque vous dites ou lorsque vous entendez l'expression « don de médium », fuyez ou apprenez que la médiumnité n'est pas un don. Cela rend le phénomène inexplicable, crée une caste, une jet set, et laisse la porte ouverte aux charlatans, comme ceux qui parlent de « don héréditaire », et se placent ainsi au-dessus de vous. La médiumnité représente un travail, un long apprentissage, et est affaire de sensibilité. Vous êtes plus ou moins sensibles les uns les autres, mais cela n'est pas un don, c'est même parfois une difficulté à vivre. C'est vous-mêmes, qui avant de vivre, décidez de la sensibilité que vous aurez sur la terre, alors, si la sensibilité est un don, ce don ne vient que de vous, mais pas d'une loi de la nature qui vous aurait donné un « plus » comparable à une noblesse, et donc à une hiérarchie, qui fait les choux gras des voleurs et des arnaqueurs. Si vous travaillez votre sensibilité vers la médiumnité, le seul don que vous aurez alors, c'est le petit cadeau que nous vous ferons pour vous encourager, en vous ouvrant des portes, et en vous parlant. Tout le monde peut être médium, et selon sa sensibilité, pourra se spécialiser dans différents aspects.

Un médium qui utilise des cartes, des boules de cristal, les lignes de la main, et tout ce qui est matériel, est toujours un médium débutant(1) à part lorsque vous lui donnez des photos de personnes à propos desquelles vous avez des questions, qui ne sont pas forcément nécessaires, mais qui peuvent donner des éclaircissements, surtout lorsque le médium les tient dans sa main sans les regarder avant, car la photo est alors comme un lien plus fort vers l'esprit de la personne. Méfiez-vous, donc, dès lors que vous voyez des médiums utiliser un support matériel, car les esprits supérieurs sont étrangers à la matière, ils n'en nécessitent pas. Un médium débutant peut être, sans le savoir, en relation avec un esprit inférieur, et les réponses que vous recevrez seront donc peu fiables, même si certaines se révèlent exactes, car un esprit joueur pourra vous amener à croire en ce qu'il dit, pour mieux s'amuser de vous ensuite, lorsqu'il aura l'ascendant sur vous, et sur le médium débutant, qui lui-même ne se rendra compte de rien.

Marie

-----

(1) Note de Luc : cela n'a rien de péjoratif, il faut bien commencer, mais il faut savoir à quoi s'en tenir lorsqu'on va voir un médium.

Marie s'insurge contre les pseudo médiums qui utilisent un vocabulaire compliqué, voire incompréhensible, pour décrire la médiumnité ou soi-disant l'enseigner. Pour elle, de tels mots sont des gros mots. Par exemple, l'expression « troisième œil » :

-----

Il n'y a pas de troisième œil. Vous avez déjà deux yeux, et pourtant bien souvent, vous ne voyez pas.

A quoi servirait un troisième œil ?

Regardez le ciel avec les deux yeux, il n'y a pas d'esprit borgne ni aveugle.

« L'antéchrist » est un gros mot. L'antéchrist est en chacun de ceux qui vivent sur la terre, et en tout les esprits qui n'ont pas encore rejoint la lumière après leur mort. A vous de battre froid les gros mots.

Il n'y a pas d'ange du mal, il y a seulement votre mauvais côté ; vous le faites vivre ou non, voilà tout, c'est pourquoi des gens comme les tortionnaires nazis ont pu exister pendant la guerre, laissant le mal se développer en eux, alors qu'en temps de paix, ils n'auraient pas commis de crimes.

Le diable n'est pas une entité, Dieu non plus, Dieu est un ensemble, l'ensemble de nous tous, vivants, morts, et diable. Dieu englobe le diable aussi, sur la terre seulement. Et s'il nous fait vivre sur la terre, c'est parce que c'est l'enfer, puisque le mal y existe, et c'est à vous de le repousser. Voilà une noble mission, qui vous vaut tout l'amour de Dieu. Et Dieu, c'est vous. Profitez-en pour vous aimer vous-même un peu plus, sans dépasser la limite de l'orgueil déplacé.

Marie

-----

Luc : Marie me dit souvent des mots anciens. J'entends par exemple des « assurément » dans ses réponses, au lieu d'un oui, mais ce mot ne sonne pas comme dans la bouche d'un snob, plutôt comme dans celle de quelqu'un qui aurait le soucis de dire des mots qui sont précis et beaux. Ce sont des mots à l'ancienne donc, même si parfois ses propos sont très modernes, surtout dans la façon qu'elle a de nous donner des exemples.

-----

juin 2007

Evidemment, ce n'est pas un don que la médiumnité et formuler cela ainsi, c'est aussi ouvrir la porte aux charlatans. Cela voudrait dire que seules certaines personnes pourraient nous entendre, ce qui est entièrement faux : vous pouvez TOUS nous entendre. Pensez à cet exemple simple, qui écarte toute possibilité de manipulation : lorsque vous consultez un bon spécialiste de l'hypnose dans un hôpital, vous faites quelques séances, jusqu'à ce que vous puissiez faire de l'autohypnose, c'est-à-dire jusqu'à ce que vous sachiez que vous pouvez le faire vous-mêmes, et comment le faire. C'est exactement la même chose, pour la médiumnité, elle n'est pas réservée à une caste, et le fait que vous soyez déjà plusieurs ici à m'entendre et à me retransmettre le prouve. Soyez nombreux, mes enfants d'amour, et plus personne ne pourra vous manipuler.

Vous qui apprenez à comprendre votre sensibilité médiumnique, il est impératif que vous appreniez, dès qu'elle se révèle, à la maîtriser. Partir dans tous les sens, ouvrir toutes les portes, c'est bien normal au début tant c'est passionnant et porteur d'amour. Cependant, il ne faut pas transformer votre esprit en moulin, dans lequel tout le monde pourrait entrer sans frapper et en y déposant tout et n'importe quoi, car vous en seriez très fatigués, et car cela serait très dangereux pour votre intimité sentimentale et psychique. Sachez donc, à jour fixe et rémanent, par exemple une fois par semaine, fermer réellement les portes, ne pas réagir à vos intuitions, comme avant, lorsque vous ne saviez pas que l'intuition venait d'ailleurs. Ne faites aucune dérogation à cette règle. Puis, vous pourrez le faire à volonté, lorsque vous verrez que vous y parvenez sans problème. Alors, vous pourrez avec sérénité, avancer sur le chemin, et ne pas engranger des souffrances que vous ne comprendrez pas. Il faut que les esprits sachent que vous êtes maître de votre espace de l'âme, et pour qu'ils le sachent, il faut que vous le sachiez d'abord vous-même. Je vous le dis, c'est la vérité, vous êtes maître de votre île pensante et aimante, et nul ne peut la piétiner, si vous savez la préserver. Décidez d'un jour de retrait complet par rapport à la médiumnité, par exemple le dimanche. Pourquoi y a-t-il un jour de repos dans la religion ? Les religieux, justement, ont, comme toujours, interprété la chose, et ont imposé l'idée qu'il s'agissait d'un jour chômé matériellement. Mais si nous vous l'avons proposé, ce jour, ce n'est pas tant pour la travail, c'est surtout spirituellement, qu'il faut vous reposer, pour revenir en paix, indépendant, lavé de tout ce qui pèse, car la spiritualité vous fait entendre tant de choses que vous n'entendez pas d'ordinaire, y compris la souffrance des autres, vivants ou de l'autre côté, que vous vous fatiguez énormément, et que cela mène aux errances.

Marie

-----

26 mars 2008

Vous êtes tous médiums

Question de M :

Bonjour Luc, je voulais poser une question à Marie, si elle veut ou peut me répondre...

J'aimerais savoir pourquoi on permet à certaines personnes d'avoir un lien avec les esprits en étant humains sur terre (voyants, médiums), même quand ils ne sont pas bien intentionnés. C'est le programme qu'ils se sont choisi je pense, mais bon, est-ce une manière d'apprendre à utiliser de la bonne façon, pour le bien de l'humanité, pour autrui, un don/pouvoir que l'on a et non à ses propres fins (domination des vulnérables et rémunération par ce don)... Peut-on faire payer quand on sait que la voyance est une science inexacte ? Même si on peut soulager les gens en les écoutant (comme un psy qui lui est rémunéré...).

Pourquoi aussi permet-on à certains de sentir les grandes épreuves qui leur arriveront à eux-mêmes beaucoup plus tard, pas les choses heureuses mais les douleurs ? Est-ce une épreuve, un programme sur le courage et l'endurance ?

Voilà.

Merci Luc et Marie :-)

M

-----

Chère M,

Comme je l'ai déjà dit ci-dessus, la médiumnité n'est pas un don. Vous êtes tous médiums, sans vous en rendre compte. Ce que les humains font de cette sensibilité, qu'ils l'utilisent ou non en tant que médiumnité avérée, c'est autre chose. Tout le monde a un lien vers le ciel, dès lors que tout le monde a des intuitions. Chacun croit que les intuitions lui sont personnelles, alors que ce n'est pas du tout le cas. Les intuitions sont des réceptions de ce que vous envoient des esprits, bien ou mal intentionnés. Vous avez tous votre libre arbitre, et ceux qui décident de profiter des autres en utilisant la médiumnité et en s'en octroyant l'exclusivité ou en s'en servant pour asseoir un pouvoir ne l'ont ASSURÉMENT pas écrit, ils ne sont que le jouet de leur intuition, qu'ils ne savent pas maîtriser, puisqu’ils reçoivent d'esprits de basse ascension la confirmation qu'ils peuvent utiliser cela comme un pouvoir. Je voudrais bien savoir où est la logique, quand vous pouvez vous fier à des gens qui ne maîtrisent pas leur intuition, mais qui se font payer pour vous la donner, et s'en servent pour vous guider. Vous n'avez nullement besoin d'être guidés, vous avez besoin de lumière, et toute la lumière, donc toutes les réponses, se trouvent en vous. Un médium avéré, qui utilise son intuition comme il faut, vous aidera donc à trouver vous-mêmes ces lumières et ces réponses, et il n'y aura pas de meilleure preuve à vos yeux que celle que vous aurez quand vous saurez, quand vous aurez trouvé tout seul ! On reconnaît un médium avéré, par exemple, au fait qu'avec un peu d'expérience, il se rend compte qu’à moins d’être réellement et complètement bloqué professionnellement, donc, de ne pouvoir faire autre chose que la médiumnité, qu'il ne doit pas monnayer le don qu'il fait de lui-même en ouvrant les lumières et les portes en quelqu'un qui vient le voir pour cela. Au début, les bas esprits profitent du fait qu'il n'est pas assez tourné vers le ciel pour lui faire croire qu'il peut tirer un profit substantiel de tout cela, ils lui font croire que c'est un DON, alors que ce n'est qu'un long travail spirituel, une longue approche. Le seul don dans toute cette histoire, c'est le don que font les anges en vous répondant à travers le médium, et le don que vous faites de vous-même en écoutant l'ange. Il n'y a pas de supériorité de l'un sur l'autre, c'est mutuel, c'est un éch-ANGE, si tu me permets ce jeu de mot. Car les anges vous aiment tant, ils veulent tant vous voir près d'eux, et si vous faites un pas vers eux, vous faites un don !

La voyance n'est, non plus qu'un don, pas une science. Une science est par définition une recherche de l'exactitude, et la voyance ne peut être exacte, pour la bonne raison que vous avez votre libre arbitre. Bien sûr, vous écrivez avant de naître un plan de ce que vous allez vivre, et que vous appelez votre destin. Mais votre libre arbitre vous autorise à en sortir, si bien qu'il est impossible de prédire l'avenir avec exactitude. Un médium avéré vous dira, si besoin, où vous en êtes sur le chemin que vous avez écrit, si vous en êtes sorti ou non, et vous donnera des pistes pour y revenir si vous le souhaitez, ce qui est préférable, même si cela ne semble pas aisé, car ce que vous avez écrit est le plus court chemin pour arriver au but que votre âme s'est fixé. De plus, utiliser des objets, des cartes, des boules de cristal, etc., c'est utiliser la matière pour parler de l'âme, ce qui revient à placer tout en bas ce qui est tout en haut dans votre échelle spirituelle ; cela ne peut aller de pair.

Un psy est rémunéré pour vous aider à trouver vous-même les solutions en vous. C'est donc un rapprochement avec la médiumnité, et la plupart des bons psys utilisent sans le savoir la médiumnité, lorsqu'ils vous posent la bonne question au bon moment. Les êtres humains sont des milliards, avec des cas personnels si différents, que même les plus longues études psychologiques ne permettraient pas de savoir clairement quelle question poser à qui et à quel moment. Cela dit, il existe une différence importante entre le bon psy et le médium avéré : le psy vous écoute raconter votre vie, ou plus précisément, vous aide à vous écouter vous-même en train de raconter votre vie. Le médium vous racontera votre vie, ou plutôt des aspects de votre vie, et de votre spiritualité. Le médium avéré sait qu'il reçoit les anges et ne fait que les retransmettre. Si le psy utilise son intuition, il utilise aussi le fruit de sa formation, d'un métier, et ne travaille pas QUE via les anges. On ne peut monnayer le travail des anges ! En cela, le médium reçoit aussi un don d'amour, qui est pour lui bien mieux qu'un paiement en argent. Il reçoit l'ange, il reçoit et voit votre lumière, c'est énorme. Cela n'empêche pas que vous puissiez, si vous avez reçu par lui votre lumière, inviter votre ami médium à déjeuner chez vous, pour le remercier. Cela fera un autre partage, une communion différente. Et qui sait si vous ne pourrez pas l'aider spirituellement à votre tour, avec votre intuition (nul n'est prophète en son pays, mes amours) ? Ce serait un bon moyen de commencer à croire en vous, et de voir que vous avez cela en vous, qu'il n'y a pas de supériorité, seulement un travail accompli et à accomplir.

Pour ce qui est de « permettre » à certains de ressentir les grandes douleurs à l'avance, et pas les bonnes choses : en premier lieu, nous ne « permettons pas ». Il faut bannir ce terme de cette discussion. Vous seul pouvez vous permettre d'avoir la foi qu'il faut pour croire en vous et appeler un chat un chat, c'est-à-dire appeler enfin votre intuition « médiumnité ». Les anges ne parlent que de l'amour qui est en vous, ou des haines à combattre, et vous disent comment les combattre. Lorsque vous n'avez que de mauvaises nouvelles, sans solution apparente, cela vient du fait que vous êtes mal accompagné spirituellement. Ce sont des EBA (esprits de basse ascension) qui vous parlent, et qui vous placent dans la douleur. Encore une fois, cela veut dire, si vous êtes dans un tel cas, que vous ne savez pas maîtriser la médiumnité. Il suffit de fermer les portes, comme vous le feriez dans votre maison si on vous importunait. Ensuite, si vous poursuivez votre apprentissage, cela deviendra moins simple, mais vous avez toujours la ressource de ne pas écouter les mauvaises nouvelles, quand il n'y a pas de pansement pour soigner les douleurs qui vont avec.

Marie

-----

Merci pour la réponse sur les médiums : ça m'a fait me rendre compte que ce qui est amour/lumière n'est pas à mériter, il n'y a pas à souffrir mais au contraire à s'aimer et que tout ce qui détourne de cela ou fait souffrir est le mauvais chemin et c'est ceci qui doit nous guider sur terre, et les gens sur terre n'ont pas à faire sentir que l'on n'a pas de lumière (comme nous n'avons pas à le leur faire sentir aussi) c'est alors eux qui se trompent en faisant du mal, et en faisant du mal à une part de Dieu ils se font mal à eux-mêmes et ils se jugent dépourvus de lumière eux aussi, puisque nous sommes la part de la même chose, nous sommes faits de la même chose (d'amour/lumière).

Bisous Luc et Marie.

M.

C'est lumineux, M !

Marie

-----

3 septembre 2008

Les interdits de « Dieu »

Quelle piteux étalage, cette longue liste des interdits de « Dieu », que je mets entre guillemets, car ils ne viennent évidemment pas de Dieu. Dieu étant amour, il n’interdit pas, il donne son amour à ceux qui veulent le prendre, et appelle de ses vœux ceux qui le souhaitent à le rejoindre, voilà tout. Toute « citation » de Dieu interdisant telle ou telle chose, quel que soit le Dieu, n’est qu’une intervention d’une personne qui a souhaité établir des règles, ou qui a transmis un esprit de basse ascension sans s’en apercevoir.

Voyez par exemple l’interdiction du porc, pour les musulmans. Cette interdiction a été mise en place car à ce moment-là, le porc transmettait des maladies, et c’est bien des hommes qui ont cherché à en préserver d’autres en édictant cela comme une loi divine, pour qu’elle soit suivie, car le péril était grand. Si grand que chez les chrétiens aussi, on s’est servi de « Dieu » pour protéger la santé.

Les textes du coran disent :

Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah... [Le Coran, 5:3]

Et les textes non musulmans disent :

"Vous tiendrez pour impur le porc parce que tout en ayant le sabot fourchu, fendu en deux ongles, il ne rumine pas. [Deutéronome, 14:8]

Vous ne mangerez pas de leur chair ni ne toucherez à leur cadavre, vous les tiendrez pour impurs. [Lévitique, 11:7-8]"

Aujourd’hui, le porc ne transmet plus ces maladies, mais d’autres animaux le font, et comme la religion perd de l’importance, on ne s’amuse plus à créer d’autres lois « divines » pour dire que le bœuf contaminé par le prion est interdit, ainsi que les volailles transmettant la grippe aviaire, ou les moutons transmettant d’autres maladies.

Si vous étiez un éminent médecin, ou si vous étiez en position de protéger la population de tel ou tel mal sanitaire, et si vous saviez que la seule manière efficace pour que les gens ne soient pas contaminés par ce mal serait d’utiliser la religion, ne seriez-vous pas tenté de le faire ?

Comment, aujourd’hui, continue-t-on à interdire en croyant citer Dieu ? Si vous posez la question à un musulman de savoir pourquoi il ne mange pas de porc, soit il faudra qu’il se documente pour le savoir, soit, s’il le sait, il vous dira que c’est tout simplement parce que Dieu l’a interdit. Comme cette affirmation ne dit même pas que Dieu a cherché à protéger les vivants, cette affirmation est étayée ainsi : le porc serait l’animal le plus sale de la création, ce qui est faux. Ce sont les conditions dans lesquelles on l’élève qui sont sales. Et il est des animaux tout aussi « sales », et plus encore, d’autres qui se nourrissent de charognes, des chiens qui mangent leurs excréments, des agneaux que l’on nourrit avec des viandes animales avariées, et j’en passe…

Comment Dieu, qui est amour, et qui voudrait vous protéger, vous « interdisant » de consommer telles ou telles choses comme le font les autorités sanitaires, ne pourrait-il pas, dans cet amour, vous dire pourquoi ? Quel besoin auriez-vous alors d’aller chercher des arguments illogiques et irrespectueux de la plus banale vérité, comme dans cet exemple que j’ai pris pour vous ?

Dieu vous montre la nature qui souffre, et au lieu de vous interdire les choses, vous donne toute possibilité de réparer, de ne pas faire ce qui va à l’encontre de ce qui est. Vous clamez haut et fort votre désir de conserver votre libre arbitre, mais dans le même temps, vous refusez de prendre vos responsabilités, et vous refusez de vivre sans soi-disant interdits divins. Vous n’utilisez donc pas votre libre arbitre, alors que le Père vous l’offre entièrement. Comment pouvez-vous juger, dès lors que vous n’avez pas votre libre arbitre ?

Voici un autre exemple de ces interdits venus des hommes : celui des médiums. On trouve dans la chrétienté des textes qui disent que Dieu interdit les médiums. C’est encore une fois pour vous préserver des charlatans que ces textes ont été écrits par des vivants. Intention louable, au départ, mais n’aurait-il pas été plus judicieux d’informer la population des dangers qu’il y a à se laisser mener par des gourous en herbe ou en puissance ? N’aurait-il pas été merveilleux d’enseigner la médiumnité vraie, comme celle de mon Fils, qui vous a donné l’exemple, car mon Fils parlait sans cesse avec son Père, et le citait constamment, c’était là un acte de médiumnité accompli, lumineux, qui vous a apporté de grandes lumières, encore utiles aujourd’hui, bien que beaucoup aient été détournées par les mêmes hommes qui ont édicté l’interdiction des médiums.

Etre médium, c’est avoir travaillé sa sensibilité et son amour jusqu’à entendre et ressentir les sentiments d’autres humains incarnés, même par-delà les mers, et d’autres humains non incarnés, par-delà la mort. Ce n’est pas dire la bonne aventure, et c’est bien cela qui est dangereux, car la bonne aventure est dite par les EBA, comme sont dictées les soi-disant interdictions divines.

Dieu ne juge pas, n’interdit pas, Dieu est simplement amour, encore une fois, et il se réjouit mille fois de vous voir vous tourner vers Lui par tous les moyens, la médiumnité vraie en étant un excellent. Car la médiumnité permet aussi d’avoir accès à sa part d’amour, à sa part de Dieu.

Dieu ne dit pas « J’interdis les charlatans », mais vous laisse le libre arbitre de ne pas aller les voir. Il vous a donné un cerveau, un cœur, une âme, pour que vous compreniez de vous-mêmes ce qu’il y a de mauvais à laisser d’autres que vous décider pour vous. Mais il vous a donné aussi des facultés que vous connaissez à peine, qui vous permettraient, avec un peu de foi en vous et d’expérience, dans la paix, dans l’amour, et dans la joie, d’entendre votre part de Lui, en vous. Cela s’appelle la médiumnité avérée, et ce n’est pas du tout interdit, car cela ne peut servir qu’à répandre cet amour autour de vous, et à faire du bien, en vous, et pour autrui.

Si Dieu vous avait vraiment dit « Il vous est interdit de pratiquer la médiumnité avérée », cela serait revenu à dire, « Maintenant, je veux que vous viviez dans le noir ». Ce que le Père ne peut évidemment souhaiter, puisqu’il est la lumière.

A n’en pas douter, dans ce cas, chez les chrétiens et dans toutes les religions, il se serait trouvé des gens pour relayer cette parole des EBA et ériger cette erreur en loi divine. Et si vous vous étiez aventuré à demander pourquoi, on vous aurait répondu « Tout simplement parce que Dieu l’a voulu ». Auriez-vous accepté de vivre dans le noir ?

Il est étonnant de voir, tout de même, que ces gens qui ne citent pas leurs sources, mais qui disent que Dieu interdit la médiumnité, se permettent de dire implicitement, sans l’avouer cependant, qu’ils transmettent des lois divines. Comment cela serait-il possible, dites-moi, sans la médiumnité ? Où est la source de cette interdiction ? Comment l’ont-ils reçue ? C’est le serpent qui se mord la queue.

La médiumnité avérée étant le fait d’entendre Dieu, et votre part de Dieu, si Dieu avait vraiment dit : « La médiumnité vous est interdite », ç’aurait été la même chose que : « Je vous interdis de m’écouter ». Et donc, par voie de conséquence : « Je vous interdis de faire ce que je vous dis de faire. »

Marie

Table des messanges