Mise au point sur la gloire de Jésus

Il arrive que je reçoive des messages de Jésus. En voici un.

La foi (je ne parle pas de religion, mais de foi en soi),
c'est ce que tu sais de l'amour qui est en toi.
Ça ne veut pas dire que la foi se limite à ça. Ce n’est
que la Foi Première. Mais si tu la laisses, à juste titre,
s’étendre tout autour de toi, alors, elle finit, simultanément
à ta Foi Première, par devenir ce que tu sais de l’amour
qui est en autrui. Et c’est là le tout début de la Foi Entière. C’est grâce à ça, et seulement grâce à ça, qu’on peut commencer à
espérer faire des miracles. Quant à moi et à mes miracles : en faire il y a deux mille ans
m'a conduit sur la croix.

D’ailleurs, faire des miracles n’a servi à rien puisque vous
ne comprenez toujours pas que vous pouvez en faire aussi.
J’étais juste venu vous montrer l’exemple, et si j’avais
vécu plus longtemps, je vous aurais expliqué qu’en réalité,
c’est vous qui avez fait la plupart de «mes » miracles.
Je vous aurais expliqué comment.

Je suis venu pour cela et on vous rebat les oreilles avec
la façon dont j’ai fini.

Cela ne sert à rien que je revienne dans ma gloire,
ni aujourd’hui, ni dans mille ans, pour que l’histoire recommence.
Revenir dans ma gloire, pourquoi, pour faire le miracle de guérir tout le monde ?

Mais vous êtes si nombreux à rêver de miracles et à ne pas
vouloir les prendre ni les faire pour guérir. À refuser,
par orgueil, ce qui vient d’ailleurs, tout en attendant
qu’on vous serve les solutions sur un plateau d’argent.
Vous êtes tellement à vouloir à tout prix faire tout tout seul,
tout en demandant à être complètement assistés…

Je me suis demandé souvent ce que je ferais si je revenais.
Le mieux serait de vivre caché, de donner un coup de main ici et là,
à ceux qui en auraient envie. Tout simplement, un petit bonhomme de chemin.
Pour que ceux qui cherchent vraiment me trouvent, et se trouvent aussi
au bout du chemin, dans ce qu’ils sont vraiment, c'est-à-dire des
lumières d’amour au milieu du noir.

Revenir petit bonhomme, juste passer incognito, pour ne pas créer
les guerres mondiales que mon apparition sur un char volant créerait
instantanément, sans parler des rires et des moqueries, sans parler
des lettres qui m’arriveraient comme si j’étais le père Noël, un père
Noël pour enfants et pour adultes à la fois. Un père Noël qui ne satisferait
personne, car vous ne savez pas vous satisfaire de quoi que ce soit sur la
durée ni faire durer ce qui pourrait vous satisfaire.

Oui, et je ne le dis pas pour vous le reprocher, mais pour que vous
compreniez enfin : vous savez ce que vous m’avez fait parce que je
faisais des miracles. Vous savez ce que vous me feriez si je revenais en faire,
ou vous ne pouvez même pas imaginer comme ce pourrait être pire.

Mais que me ferez-vous si je reviens sur terre et si, puisqu’ils
sont inutiles, je ne fais pas de miracles aujourd’hui ?

Croyez-vous que qui que ce soit, à ma place, face à cette petite
question, aurait envie de revenir ?

Eh bien je suis tout de même revenu, pour ceux qui aiment,
pour les purs, pour ceux qui sont perdus mais qui veulent retrouver
leur chemin pour de bon. Pour ceux qui veulent aussi me donner leur lumière.
Je suis là, mais je me cache.
Et vous ne me trouverez que si vous me cherchez vraiment.

Jésus

___________

reprise un peu plus tard :

Je reviens sur cette idée annoncée, qui dit que je reviendrai dans ma gloire.

Mais pourquoi le ferai-je donc ?

J’ai affirmé cela il y a plus de deux mille ans, parce que je me disais
que ma venue d’alors avait servi à offrir une chance à tous de faire
la lumière sur eux-mêmes, et, ainsi, via la multitude, sur le monde.
Tant que cela ne sera pas fait, quelle raison aurais-je de venir
célébrer quoi que ce soit, Et quelle serait ma gloire ?

Je viendrais pour vous juger ? Pour le jugement dernier ? Mais, si souvent,
vous vous jugez si mal quand vous devriez vous aimer, vous vous encensez
quand vous devriez corriger votre comportement. Et vous ne supportez pas
l’idée d’être jugé, alors même que vous passez votre temps à vous créer
votre propre tribunal intérieur, impitoyable pour vous comme pour autrui.

A quoi cela servirait-t-il de vous juger puisque que vous ne l’accepteriez pas.
Ou alors, il faudrait que je vous y force. Est-ce vraiment la solution que vous attendez ?
Vous l’attendez peut-être pour votre prochain, mais pour vous ? Et votre prochain,
vous croyez qu’il acceptera mieux mon jugement que vous ?

« Ah, mais c’est différent, me direz-vous, lui, il y sera obligé ! »

Et vous, vous acceptez d’y être obligé aussi ?

Non, bien sûr, alors, à quoi servirait mon jugement, à quoi servirait ma venue ?

Si je venais dans ma gloire, seriez-vous pour autant tous d’accord ?
Auriez-vous toutes les réponses à toutes vos questions, les antidotes à toutes vos peurs ?

Dites-moi, au fond (si effectivement vous attendez ma venue dans la gloire
et si c’est pour vous le salut), qu’attendez-vous, précisément, de ce salut ?
Que ma simple venue résolve tout ? Dans ce cas, comment pourrais-je faire autrement
qu’en pratiquant sur vous une immense lobotomie globale, ou une hypnose planétaire et éternelle ?
Croyez-vous que je me casserais la tête à tous vous hypnotiser pour les siècles et les siècles ?
Est-ce cela, votre vue du paradis ?

Vous êtes-vous jamais posé la question de savoir ce que doit être le paradis, ou celle de
savoir si votre paradis serait le paradis d’un autre ? Pour cela, il vous faut l’expérimenter
sur terre, d’urgence, et que cela ne ressemble pas à une carte postale, ni à un dépliant publicitaire,
mais à une réalité faisable. Qu’en vérité, je vous le dis, vous pouvez très bien construire.

Mais je reviens à ma venue dans la gloire que vous attendez, pour beaucoup. Ma puissance
manifestée vous suffira-t-elle à être heureux ? Vous dégagera-t-elle de toute responsabilité,
de toute réparation ? De toute souffrance ?

Parce que je serai lumineux, le serez-vous enfin aussi ?

Pouvez-vous rendre lumineux votre frère, votre voisin ? Non, et moi non plus,
je ne peux vous rendre heureux si vous ne voulez pas l’être, surtout quand vous
ne vous rendez pas compte que vous ne le voulez pas.

Pouvez-vous, juste parce que vous allumez la lumière, faire la paix sur la terre ?
Moi non plus, tant que vous avez votre libre arbitre. Et si mon Père vous l’a donné,
c’est pour que vous fassiez vous-même la paix et la lumière autour de vous, afin que
vous puissiez vous savoir faisant partie de Lui et en route vers Lui.

Donc, commencez par être lumineux. Faites-le vous-même. Vous avez tout ce qu’il faut
en vous pour cela. Donnez-moi l’exemple. Chacun son tour !

Là, j’aurai une raison de venir vous visiter pour voir cela, et d’y éprouver quelque gloire,
parce que j’aurai été un artisan actif, un initiateur de ce miracle que vous auriez fait.

Je suis venu déjà plusieurs fois dans l’espoir de vous voir le réaliser.
Et vous aussi, avec ou sans moi !

Jésus

Table des messanges