La douceur de saint Michel

Une expérience médiumnique merveilleuse, par Luc

Un matin, en me levant, je suis allé au milieu de mes rosiers. Marie nous ayant dit que les rosiers étaient des portes pour les anges, j'en ai planté dix-neuf à ce jour dans mon jardin, dont un pour saint Michel.

J'émergeais à peine, quand tout à coup, j'ai très distinctement entendu une voix dire :

— EH !

Cette voix venait d'en haut à droite, et à cet endroit, il n'y avait que le ciel et quelques nuages. L'appel s'est répété, et j'ai soudain vu, là, saint Michel ! Il souriait, et son visage était baigné de douceur, d'une façon saisissante.

J’étais doublement surpris, car il m'avait déjà montré son visage, et il ne ressemblait pas du tout à cette image que j'ai dessinée il y a quelque temps. Cette rencontre a duré environ trois minutes, et je me régalais de toute cette douceur, c'était surprenant aussi car je sais que Michel est un combattant de l'amour, et on n'imagine pas que son arme est justement la douceur. Car quand je lui ai demandé pourquoi il n'avait pas le même visage que le jour où je l'avais dessiné pour la première fois, il m'a fait comprendre que comme Marie, il m'avait montré un de ses visages auparavant, mais que celui qu'il me montrait à présent, c'était « le vrai ». Ses yeux étaient baissés vers le sol.

Il dit : C'est le visage que je montre aux EBA.

J'ai vu distinctement le haut de son habit très clair, parcouru de fils lumineux qui brillaient comme de l'or, mais qui n'étaient pas de l'or, et des petits dessins bleu marine répétés sur le tissu, un peu comme des fleurs de lys, mais ce n'en étaient pas. Ces fils de lumière lui donnaient cette apparence dorée qui le caractérise sur les représentations qu'on en fait, et je me suis rappelé de la première fois où il était venu, et où je l'avais vu doré, oui, mais je n'avais pas compris comment, je n'avais pas vu les détails.

Il dit : C’est mon habit de prince.

Je n'ai pas bien vu le bas de l'habit, qui était fait du même tissu et de la même manière que le haut. Ses ailes se devinaient, très légères, et ses cheveux étaient blonds, légèrement bouclés vers le bas, et assez longs. Je me suis senti si bien en sa compagnie !

Michel m'a demandé de le dessiner, mais cela avait si bien marqué mon esprit que je n'ai pas ressenti le besoin de le faire immédiatement. C'est quand j'ai raconté cela à mon amie, plus tard dans la matinée, qu'elle m'a proposé de dessiner saint Michel. Et je l'ai donc fait. Pendant que je dessinais, j'ai entendu Michel me dire qu'il manquait l'épée sur le dessin, et comme je ne l'avais pas vue, parce que je n'avais pas bien distingué le bas, il me l'a montrée, et m'a dit où la placer, car je l'avais mise du mauvais côté au début. De même pour l'auréole, il y avait beaucoup de lumière autour de sa tête, mais ce n'était pas un rond de lumière bien délimité, j'ai essayé cependant de le suggérer par un cercle au dessus de son visage.

Voici donc le dessin de Saint Michel.

Je n'ai pas vu le visage de plus près, et ne peux le rendre mieux. Pourtant, c'est tout à fait ressemblant, et j'espère que j'aurai rendu le principal, c'est-à-dire l'indicible douceur qui l'environnait, et qui était pour moi.

J'ai vraiment le souhait d'avoir réussi à exprimer cela avec le crayon, parce que je voudrais aussi que cette douceur soit pour vous.

Luc

Table des messanges