La confiance face aux EBA

Les EBA vous font agir comme si tout à coup, il n'y avait plus d'amour. Comme si vous ne vous connaissiez pas les uns les autres. Comme si rien de fort n'avait existé entre vous. Comme un inconnu, alors qu’auparavant, vous étiez en face d’un ami.

Il faut traiter celui qui se laisse déborder de la sorte comme un inconnu, son esprit voudra à nouveau être connu, et trouvera la force de résister pour retrouver le cercle. Et un inconnu ne peut pas vous blesser comme quelqu'un avec qui vous avez partagé tant d'amour.

La confiance est à aller chercher en soi. On ne peut demander à autrui de la donner. Et on ne peut pas reprocher à autrui de ne pas donner confiance, dès lors qu'il n'y a pas eu d'acte délibérément faux, mauvais.

Celui ou celle qui n'a pas confiance en autrui, lorsque les bases sont pourtant bonnes et saines, n'a pas confiance en elle ou lui. C'est à cela qu'il ou elle doit travailler.

Pour avoir confiance, il faut marcher sur son chemin et regarder droit devant soi. Sans se soucier de rien d'autre. Ne plus être atteint pas les doutes des autres, c'est aussi ne plus regarder les siens propres, et avancer, tout simplement, sur la voie qui est toute tracée par l'âme. La confiance en soi c'est aussi la foi en soi, la bonne foi en soi.

Chacun, dans la route qui mène au ciel, est sollicité, d'une façon qui le plus souvent peut se comparer à une proposition mercantile, par un EBA. Et chacun, dans ce moment, est libre de l'écouter ou non. Quand il l'écoute, il perd son chemin, il n'est plus tout à fait lui-même, et il a raison de douter de lui, car il s'est trompé lui-même en ne continuant pas imperturbablement son chemin. Quand il ne l'écoute pas, il avance, et la pureté de son chemin, de sa volonté non détournable, attire d'autres pèlerins.

Ne regardez pas si vous êtes suivis ou non, avancez. Ne regardez pas s'il y a une route sous vos pieds. C'est une évidence, elle y est. Regardez devant vous, évitez les obstacles, et tendez toujours vers le même point. On vous suivra. Et même ceux qui hurlent au loup, même ceux qui se moquent, finiront par reconnaître la justesse, l'originalité, la vérité de votre cheminement, et vous créerez des émules au lieu d'être des têtes de mules.

On vous crache à la figure ? Laissez tomber la pluie sur votre visage, la pluie bienfaisante et rafraîchissante du ciel. Vous serez lavés. Et vous verrez que le crachat ne vous aura pas atteint, qu'il sera retombé sur la tête de celui qui l'aura fait, en vérité.

Si vous suivez quelqu'un, ne perdez jamais le but de vue.

Et le but est toujours le même. Pour tous.

Marie

Table des messanges