Je n'ai pas de pitié

Tous les dimanches, je vous entends chanter en chœur d'une petite voix fluette et pas bien assurée, le sempiternel mais non éternel (heureusement !) « Prends pitié de nous ».

Je n'ai pas de pitié, j'ai beaucoup mieux que cela, j'ai de l'amour. Quand vous chanterez « Prends amour de nous », ce ne sera pas très français, mais cela aura le mérite d'être beaucoup mieux entendu par les anges, et aura certainement plus d'effet. J'ai aussi, mes enfants, vous vous en doutez bien, de la compassion pour vous.

Qu'est-ce que la pitié ? La pitié est le privilège d'un régnant qui contrôlerait tout, régirait tout, et pourrait donc d'un coup de baguette magique décider, comme au Moyen-Âge, de la vie ou de la mort. Or, c'est vous qui gouvernez votre planète, vous en êtes les rois, et ce que vous ne voulez pas accomplir, je ne peux le faire contre votre gré. C'est vous, tout petit dans votre coin, mais aussi en groupuscules, groupes, puis sociétés entières, qui pouvez changer les choses, notamment en cessant de vous prendre en pitié et en commençant à vous prendre en amour.

Marie

Table des messanges