Gagner

Gagner n'est pas le but ultime, n'est-ce pas. Pourquoi ? Parce qu'une fois qu'on a gagné, par exemple aux cartes, il faut recommencer une nouvelle partie, on ne se satisfait pas de gagner, c'est comme acheter une chose, il en faut encore une autre, et encore, et encore... à l'infini jusqu'à ce que l'on meure, et qu'on s'aperçoive qu'on n'emporte pas ces choses avec soi dans l'autre monde. Qu'elles sont finalement parfaitement inutiles. Que nous nous sommes trompés de but, donc. Et l'on sait alors que si l'ego a eu momentanément sa piqûre de rappel, l'âme et l'esprit sont toujours dans une sensation de vide, qui devient même insondable, puisqu'il n'y a pas de limites à la richesse, et que la richesse, c'est l'argent, et que l'argent, c'est ce qu'on trouve au plus bas niveau, spirituellement parlant. On se prend de vertige devant ses propres vides matériels, on voit que vouloir combler l'affect, c'est une drogue, et que c'est comme fumer une cigarette, quand elle est finie, il y en aura une autre derrière. Et elle n'apportera toujours qu'un ersatz de satisfaction éphémère. Avoir tout, gagner toute chose, c'est perdre la valeur réelle de ce qu'on gagne, et s'apercevoir un triste jour qu'il n'y a rien au-dessus, dans cette course vers ce qui est matière, c'est comprendre que malgré les apparences, on rapetisse quand on devient grand aux yeux de la société, parce qu'on s'enfonce dans le trou cyclonique de la matière.

Alors, qu'est-ce qui est important ? Etre là, au bon moment, pour construire ensemble, et partager dans un but commun qui est l'entraide et par extension en même temps que par la base, l'amour.

Marie

Table des messanges