Faites ce pour quoi vous êtes faits 30 juin 2004

Dans tout ce que l’on fait, sur la terre, on trouve les deux aspects, positifs et négatifs, indissociables. On peut donc mettre en image le fait de vivre en se schématisant sous la forme d’une pile. Dans la pile que nous sommes alors, il faut trois éléments pour libérer de l’énergie. Ces trois éléments sont, en premier lieu, la connaissance de soi, qui s’acquiert avec l’expérience. En second lieu, la connaissance de ce que l’on veut, ou de ce que l’on veut être, qui découle de l’examen approfondi et long de la connaissance de soi. Et, en troisième lieu, la force d’amour que l’on met à réaliser le deuxième élément.

Une pile ne peut libérer de l’énergie seule, il lui faut un instrument, ou une autre pile, pour que l’électricité de la vie passe de l’une à l’autre.

L’esprit s’accoutumant aisément sur la terre de ce qui est instrument, on a tendance à oublier la nécessité simple des trois éléments que j’ai cités plus haut, en prenant à d’autre piles tous les éléments qu’on peut, quitte à risquer d’étouffer en soi-même.

C’est de cela, la manifestation de ceux qui vivent avec des millions dont ils ne savent pas quoi faire alors que d’autres meurent de faim, que je veux parler.

Prendre et donner de l’énergie est indispensable, c’est cela, la vie. Mais lorsqu’on en prend, il faut choisir celle qui nous sera réellement utile. Accumuler des éléments dans la pile ne sera pas d’un grand secours, et nous compliquera la vie, mais revenir à l’essentiel paraît trop simple.

Prenons l’exemple d’un homme qui observe les trois éléments qui sont en lui. Il comprend vite à cause de son premier élément, la connaissance de soi, qu’il est fait pour échanger beaucoup avec les gens, mais qu’il a tendance à la naïveté et à la crédulité, et cela lui a joué des tours. Grâce à son deuxième élément qui lui permet de savoir ce qu’il veut, il apprend qu’il faut aller vers ce qu’il veut, vers ce pour quoi il est fait. Son troisième élément, qui passe aussi par son amour-propre, lui donnera les moyens de se faire respecter, et de parvenir à ses fins. Mais si, en cours de route, il met dans sa « pile » d’autres éléments qu’il ne maîtrise pas bien, mais qui sont toujours « bons » à prendre, s’il agit selon l’influence des autres, s’il emmagasine en lui des choses qui lui sont contraires parce qu’il se nourrit de trop de choses, parce qu’il a peur de manquer, ou parce que c’est comme ça que font tous les autres, alors, il ne réalisera pas sa vie, car il se dispersera, et n’aura pas assez d’âme pour s’élever jusqu’à son but.

Prenez dans les piles des autres ce qui ne sert pas aux autres, mais qui vous servira à vous, en restant dans la limite raisonnable de ces trois éléments. En un mot, faites ce pour quoi vous êtes faits, ni plus, ni moins, si vous allez dans ce sens, vous avez mille chances de plus de réaliser vos rêves qu’en puisant à tort et à travers, par trop grandes quantités, ce qui ne vous sera pas réellement utile.

S’appesantir n’aide pas à monter vers le ciel. S’alléger permet d’y arriver plus vite.

Ne prenez pas dans les piles des autres ce qui semble briller, ce qui vous donne un avantage immédiat mais pas à long terme, ce qui vous fait croire momentanément que vous êtes plus intelligent que ceux à qui vous avez soutiré des choses que d’autres convoitent, mais qui ne vous servent, personnellement (et souvent spirituellement), à rien. D’autres auraient eu besoin de ce que vous auriez gardé sans nécessité, et n’auraient pas pu, de ce fait, faire leur vie comme c’était l’adroit.

Prenez les éléments qu’il vous faut, avec opiniâtreté, ténacité, échangez-les avec ceux qui ont besoin de ce qui est en vous, et vous verrez que l’électricité passera, que votre vie sera vibrante, que vous serez la lumière que vous cherchez, et que votre lumière guidera les vôtres, comme ce parfait exemple d’un comédien comme Lino Ventura, ou comme Jean Gabin, qui, en faisant ce pour quoi ils étaient faits, en semblant prendre tous les risques, ont fait, tout simplement ce qu’ils étaient venus faire sur terre, être une lumière, et pourquoi pas une lumière pour les autres.

Il n’est pas nécessaire d’être tête d’affiche pour avoir réussi. Même si votre réussite est dans l’anonymat, c’est à vous-même que vous rendrez service, de la meilleure des façons.

Marie

Table des messanges