Et si c'était vrai ?-non daté mais ancien.

Message d’Angélique :

Bonjour Luc,

Je me présente, je m'appelle Angélique j'ai bientôt 27 ans, je trouve votre site très enrichissant humainement, c'est vraiment bien ce que vous faites, certaines réponses de Marie m'ont éclairée et redonné espoir.

Je souhaiterais toutefois lui poser une question.

Voilà il y a de cela 3 ans j'ai perdu mon papi, sa mort fut rapide en l'espace de 2 mois il s'en est allé. 15 jours après son décès je l'ai vu au pied de mon lit, aucune lumière n’émanait de son corps, il était dans la pénombre, je l'ai appelé à 2 reprises puis il a disparu. J'ai cru que c'était le chagrin je me suis donc rendormie. Toutefois, par la suite je me suis sentie flotter au-dessus de mon lit et aller en direction du coin de l'armoire (là où je l'avais vu apparaître). Il était là, son visage était triste, il pleurait, une lumière douce éclaira une partie de son visage. J'ai vu sa main se lever et son doigt pointa en direction de cette lumière, mais ce qui fut étrange c'est comme si je n'avais pas le droit de regarder d'où provenait cette lumière. Ce qui me troubla ce fut la tristesse de mon papi. Ensuite je me suis réveillée. Pour moi je pense qu'il m'a demandé de le laisser s'en aller et surtout de l'aider à s'élever. Le lendemain, j'ai allumé 3 bougies et j'ai fais une prière pour cette homme si merveilleux qu'il était.

L'année dernière en mars pour être plus exacte, je l'ai vu de nouveau au pied de mon lit mais c'est indescriptible tellement qu'il était beau. Une lumière émanait de l'intérieur de son corps et de l'extérieur je voyais ses mains et ses lèvres bouger. J'étais stupéfaite seulement je n'ai pas entendu ce qu'il avait à me dire c'est comme si j'avais l'image mais pas le son il était soucieux inquiet et en même temps j'ai senti chez lui un réel plaisir de voir que je pouvais le voir. Quand il a disparu je me suis assise dans mon lit et j'ai réfléchi je m'en suis voulue de ne pas avoir pu déchiffrer le message.

En fait Marie, si je m'adresse à toi en ce jour c'est que pour moi il est fort probable que mon papi est réellement rentré en contact avec moi. Les personnes de mon entourage sont sceptiques, ce que je peux concevoir surtout qu’il m'arrive d'autres choses qui s'avèrent toutes aussi étranges (prémonitions par les rêves, j'entends des voix par ex : une semaine et demie avant le décès du pape une voix extérieure à moi-même m'a dit qu'il allait mourir le 2 avril...).

Je voudrais savoir si je suis normale ? Pourquoi mon fiancé ne voit jamais rien et n'entend rien ? J'ai parfois l'impression d'être folle. Si mon subconscient ne me joue pas des tours et que tout est bien réel,

pourquoi d'après toi je n'ai pas entendu ce que mon papi avait à me dire de si important ?

Je te remercie d'avance, je vous envoie plein de baisers à toi et à Luc.

A bientôt, je l'espère.

-----

Luc : Bonjour Angélique,

C'est amusant, il y a de ces coïncidences qui n'en sont pas, et qui peut-être te montreront que tu n'es pas si loin d'une part de la vérité. Bien sûr, je pourrais inventer ce que je vais te raconter, mais non, c'est ce qui s'est passé. Depuis deux mois, rien de nouveau sur ce site, parce que j'avais des tas de choses sur le feu dans l'autre aspect de mon travail (artistique), et Marie m'a dit que c'était normal, qu'il y avait un break, et qu'on ne lui écrirait pas. Depuis deux ou trois jours, j'ai senti que cela allait changer, et en regardant les statistiques de visites de ce site, j'ai vu qu'effectivement, il y avait du mouvement de la part des visiteurs, tout à coup, alors que les deux mois passés n'ont pas vu venir beaucoup d'internautes. Et puis, ce matin, au réveil, Marie me dit :

Il faut que tu changes ta première page, pour que les gens n'aient pas trop à en lire, et pour faire un clin d'œil plutôt que beaucoup d'explications fastidieuses. Il faut que tu écrives simplement, au lieu de chercher à te justifier, et à camper sur tes positions, qui n'importent pas vraiment, une phrase : « Et si c'était vrai ? ».

J'ai donc écrit cette phrase, et ensuite, j'ai consulté mes mails, et je suis tombé sur le tien, que je viens de reproduire en haut de cette page. Premier message depuis deux mois, et qui pose la question à laquelle Marie vient indirectement de répondre, en la posant en même temps que toi.

Alors, folie ou réalité ? La réponse appartient à chacun de nous. Personnellement, j'y crois, parce que je le vis tous les jours, et je conçois que ceux qui ne le vivent pas en doutent fortement, surtout lorsque je cite le nom de Marie. « Pour qui se prend-il, celui-là, à retransmettre soi-disant des messages de la Vierge ? » Peu importe, je ne suis qu'un parmi tant d'autres, et je n'en tire pas d'orgueil, seulement un grand bien-être et une grande joie. Bien sûr, c'est peut-être de la folie, tout ça, mais si c'était vrai ? Je crois qu'il faut, pour s'en faire une idée, lire les messages, que je n'aurais pas eu la possibilité d'écrire moi-même, tout seul, ce serait très prétentieux, cette fois, d'affirmer cela, beaucoup plus que de dire que c'est Marie qui parle. Cependant, on ne peut pas appeler cela une « réalité » non plus, car recevoir ces messages, c'est très ténu, ce n'est pas une chose, une matière. Alors, nous sommes libres de croire ou non à ce que nous ressentons, et nous sommes libres de voir ou non que cela ne peut pas venir de nous, car c'est trop de recul, trop de sagesse pour nous qui vivons le nez planté dans la terre et la matière.

C'est donc à toi de trouver ta réponse, et à ne pas avoir peur de l'inconnu, puisque cet inconnu-là est lumineux, dans ce que tu racontes, et puisque ton grand-père ne t'est pas inconnu, justement.

Maintenant, Marie te répond :

-----

Ce que Luc vient de te raconter n'est pas une preuve, vous n'en recevrez jamais d'autres plus flagrantes que celles que vous avez tous les jours dans vos cœurs, et que vous ne concevez pas comme telles, parce que vous pensez que les meilleures idées, les plus belles, les plus sages, viennent de vous. C'est le cas pour certaines, mais pas toujours. Si vous avez le courage de voir que ces images et ces idées ne sont pas les vôtres au départ, mais que vous les faites vôtres ensuite, parce qu'elles sont celles qui vous élèvent, si vous concevez qu'elles vous sont soufflées par d'autres, alors, vous pourrez aller jusqu'à elles, parce que d'entre elles, celles qui vous parlent d'amour ont beaucoup à vous donner, pour que vous les rejoigniez.

Pour ton Papi, ce qu'il avait à te dire, c'était tout simplement de l'amour, en opposition avec ta tristesse. Tu n'avais pas envie de le voir triste ? Il te montrait que lui non plus n'avait pas envie de te voir triste, car c'était, pour vous deux, l'ombre au tableau. Comme dans un miroir, il cherchait à « refléter » pour toi un sentiment, et à te montrer qu'il n'était pas justifié, en face de la lumière. La lumière, c'était ce que tu voyais en premier, mais ce qui est ressorti du message, c'est la tristesse en premier, parce que tu as regardé le miroir dans le sens contraire, alors que lui te l'avait présenté dans le bon sens. C'est normal, une fois dans le corps, on ne voit plus les choses dans le bon sens du miroir. Tu es donc normale, mais tu as une grande sensibilité, et tu vois, le message est bien passé, même si tu l'as interprété à l'envers. Réapprends à voir à l'envers de la terre pour comprendre que tu n'es pas dérangée mentalement, et garde la possibilité de voir les choses à l'endroit de la terre, pour rester normale aussi aux yeux des gens et à tes propres yeux. Ton fiancé n'a pas travaillé cette sensibilité-là, voilà pourquoi il ne voit pas les mêmes choses que toi, il n'est pas meilleur ni moins bon pour cela, il n'a pas cherché à améliorer ses perceptions de ce côté-là. Chacun son chemin, n'est-ce pas ?

Marie

-----

Luc : J'ajoute qu'évidemment, ce message de ton grand père t'était destiné, et qu'il t'était donc aussi personnel qu'une lettre. Voilà pourquoi, également, ton fiancé ou une autre personne ne pouvait le recevoir.

Angélique : Bonjour Luc,

Merci de m'avoir répondu aussi rapidement.

Ton message ainsi que celui de Marie fut rassurant.

Je me sens mieux dans ma peau et surtout comprise.

Lors de son message Marie a fini son dernier paragraphe par cette phrase « Chacun son chemin, n'est-ce pas ? »

Cette dernière m'a interpellée car ce chemin justement depuis ma plus tendre enfance je me demande quel est-il ? Ce qui est rigolo c'est comme si elle attendait une réponse de ma part.

-----

Luc : Comme tu dis, la réponse ne peut venir que de toi. Ton chemin, tu l'as écrit avant de naître, et c'est ce dans quoi tu te reconnais, c'est ce par quoi tu progresses, surtout spirituellement.

-----

Angélique : En fait, J'ai le sentiment qu'aujourd'hui je suis arrivée à un tournant de ma vie. J'ai besoin d'aller vers les autres et de leur apporter réconfort et amour. Les gens me prennent certainement pour une folle à lier parfois. C'est bizarre parce que, que ce soit avec une personne connue ou non et qu'il suffit que je me à l'aise avec, j'aurais tendance à me laisser porter, à la ou le serrer dans mes bras, faire des bisous, dire que je l'aime bien, après coup je me dis c'est n'importe quoi, que cet homme ou cette femme ont dû me prendre pour une vraie gamine, mais c'est plus fort que moi, il faut que je le dise, je suis entière et très démonstrative !

-----

Luc : C'est rare, et c'est nature, moi, je trouve ça très bien. Evidemment, c'est dangereux, parce qu'il y a des gens qui fonctionnent avec des codes exclusivement, di-toi qu'ils ont des œillères s'ils réagissent mal. Marie te dit :

-----

Tu ne fais pas cela uniquement dans un but de séduction, mais plutôt par provocation, pour savoir si les gens en face de toi vont te juger. Et s'ils te jugent, tu sauras les classer dans tes amis ou dans ceux à qui tu ne peux pas vraiment te fier, puisqu'un ami, c'est celui qui t'écoute et ne te juge pas. Ne t'occupe pas du jugement des gens. Sur terre, vous n'avez pas assez de connaissances pour vous juger vous-mêmes, encore moins pour juger les autres.

Marie

-----

Angélique : Seulement, je suis toujours en train de me poser la question : Angélique, fais-tu les choses bien ? Tu aurais dû faire cela plutôt que ça, ton élan envers les autres est parfois démesuré (ce qui expliquerait que l'on me prenne parfois pas au sérieux et que l'on profite de moi (ex : au travail)).

-----

Luc : Voir plus haut ce que dit Marie. Comme tu veux voir clair, inconsciemment, et que tu classes les gens en amis ou connaissances seulement, ou relations, les gens le sentent tout aussi inconsciemment, et ils n'aiment pas être à découvert.

-----

Angélique : Maintenant, comment faire pour trouver le bon chemin, celui qui me permettra de vivre véritablement épanouie ? J'ai vraiment envie d'aider et surtout de donner et de me dire que ma vie n'a pas été un échec, sachant que sur le plan familial, je suis une femme plus que comblée avec un fiancé et une petite fille merveilleux.

-----

Luc : C'est à toi de juger de l'échec ou non, et franchement, avec ce que tu me dis, pour ton fiancé et ta petite fille, on ne peut pas appeler ça un échec. Tu es quelqu'un d'espiègle, et tu aimes savoir la nature des choses, tu es curieuse, il n'y a rien de mal à ça tant que tu ne fais souffrir personne. Pour ce qui te reste à faire : à toi de voir en toi ce pour quoi tu es faite, et de continuer à avoir l'envie et le courage de le réaliser.

-----

Angélique : Je vous remercie tous deux.

A très bientôt je vous embrasse tendrement.

Table des messanges