Avons nous dit : « Mariez-vous ! » ?-16 juillet 2008

Tout d'abord, nous ne donnons pas d'ordre, évidemment, mais des suggestions, donc, nous n'aurions pu dire cela de but en blanc, mais au terme d'une réflexion qui nous aurait conduits à cette conclusion, parce qu'elle s'imposerait naturellement. Mais au terme d'une longue réflexion, justement, il appert que cela ne s'impose pas, même si nous ne sommes pas contre l'idée du mariage, à partir du moment où c'est un mariage d'amour.

En revanche, nous vous disons : aimez-vous. Parce que c'est bien plus important ! Cela, c'est une conclusion naturelle qui s'impose. Comme vous le savez, nous ne sommes pas férus des cérémonies parce qu'elles sont répétitives, et n'apportent rien à la pureté de vos sentiments, qui sont là au départ de l'acte.

Nous vous proposons de vous aimer. Nous ne sanctionnons rien, pas même vos désamours. Donc, nous ne vous obligeons à rien, et surtout pas à rester avec quelqu'un que vous n'aimeriez pas ou plus. Ici, au ciel, point de bureau administratif, d'avocats, point de jugement, d'exigences sonnantes et trébuchantes. Heureusement, parce que si en arrivant au ciel, vous aviez des formalités à remplir, en commençant par l'attribution d'un numéro de Sécurité Spirituelle, vous commenceriez à regretter vos illusions sur votre bonne vieille terre, lorsque vous vous faisiez votre idée du paradis !

Lorsqu'il arrive que vous ne vous entendiez plus, dans vos vies incarnées, pour nous, le divorce est prononcé de fait, et sur-le-champ, parce que nous voyons les choses telles qu'elles sont, et parce que nous savons que le divorce des âmes n'existe pas au ciel. En effet, vos différends ne peuvent altérer les liens que vous créez spirituellement, et vous retrouverez ces liens en arrivant vers nous, ce qui veut dire que vous aurez, au ciel, plusieurs époux et épouses, ce dont nous ne nous offusquons pas le moins du monde, au contraire, étant donné que ce que nous appelons de nos vœux, c'est l'amour, et qu'ici, on peu avoir mille maris et femmes. Et même plus ! La lumière se marie avec la lumière, qui pourrait alors se croire capable de séparer deux lumières mêlées ?

Il faut savoir aussi que vos unions d'âmes se font à tout âge, lorsque enfant, vous tombez amoureux d'un autre enfant, vous n'êtes pas marié pour autant mais pour nous au ciel, c'est une union qui vaut au moins autant que le mariage terrestre.

Ensuite, sur la terre, vos incompréhensions, les blessures reçues, font que vous ne pouvez rejoindre facilement l'ancien conjoint dans la paix. Mais le lien subsiste, même si l'esprit est blessé pour toute une vie. Ce n'est pas seulement l'instinct de propriété qui fait que même fâchés à mort, des anciens époux sont jaloux lorsque l'un des deux se remarie. Vous mettez cela sur le compte de la colère, ou de bien d'autres sentiments que vous ne vous expliquez pas, mais c'est bien de la jalousie, ce n'est pas seulement la crainte de la compétition : « Est-ce que le nouveau/la nouvelle sera mieux ou moins bien que moi ? », c'est parce que votre lien perdure, même s'il ne peut se révéler, même s'il est impossible à vivre. Votre âme, elle, n'est pas jalouse, mais votre esprit, enfermé dans un corps, et dans des schémas sociétaux très réducteurs, vous fait réagir comme si l'autre était votre propriété. La lumière d'autrui n'est pas à vous, et c'est justement parce qu'elle apporte cette différence et cette richesse que votre âme l'aime.

Marie

Table des messanges