Aimez-vous les uns les autres - Aime ton prochain comme toi-même

« Aimez-vous les uns les autres ».
Cette phrase n’a jamais été comprise comme il le fallait,
c'est-à-dire dans sa chronologie, UN d’abord, AUTRES ensuite.
Cette phrase veut dire : « Commencez par vous aimer vous-même »,
non pas par orgueil, ni par égocentrisme, mais en prenant connaissance
de la lumière qui est en vous et qui est amour et en l’acceptant, en la vivant.
Ensuite, quand vous aurez fait cette découverte de l’amour en vous, alors,
vous pourrez tout à fait facilement voir celle des autres et l’aimer ».

Pour mieux aimer les autres, il faut prendre les choses dans l’ordre
et suivant cette logique. De la même manière que, si nous étions des
étoiles dans l’espace et si notre lumière était l’expression de notre
amour, alors, il ne faudrait pas prendre les choses à l’envers, comme
la plupart des gens, et dire : « Je brillerai quand on me verra
(ce qui revient à dire : « Je m’aimerai quand on m’aimera).

Il faut d’abord faire de la lumière dans le noir pour qu’on nous voie
et qu’on puisse nous aimer.

Une autre phrase bien connue semble différer largement.
C’est « Aime ton prochain comme toi-même ».
Or, elle est là pour appuyer la précédente et boucler la boucle.

Elle semble vouloir dire « Tu dois aimer les autres aussi fort que tu t’aimes ».

Mais ce n’est pas son sens profond. Parce que, d'emblée,
c’est une mission impossible. On ne peut pas aimer une autre personne
autant que soi dans l’incarnation, car pour cela, il faudrait que les
deux âmes puissent se mêler entièrement. On dit que le mariage mène
à cela, mais c’est bien rare, car si les corps se mêlent au point
de pouvoir en créer un autre, qui est l’enfant à naître,
les âmes sont trop séparées par les esprits et les corps
pour ne former qu’une entité. Sinon, à chaque instant, le couple
formé irait dans le même sens, aurait en tête les mêmes idées de
façon permanente.

Quel serait le but de cette phrase si on pouvait, certes, réussir
à faire ce qu’elle propose, mais seulement temporairement et
seulement avec une autre personne ou de très rares autres personnes,
comme ses enfants par exemple ? Cette phrase parle des autres en général.
De tous les autres. Pouvez-vous mêler votre âme avec celle de tous les autres ?
Non. Quand bien même vous le tenteriez, nombre des personnes à qui vous
offririez cela refuseraient de mêler la leur à la vôtre.

Au ciel, il est possible d’aimer les autres autant que soi, parce que
les lumières, donc les âmes, sont nues, et on sait tout de celles qui
viennent à nous rencontrer. Il n’y a aucune barrière. Mais sur terre,
on peut tendre vers cela, on n’y parviendra pas tant qu’il n’y aura pas
de paradis sur terre.

Alors, pourquoi cette phrase, si c’est une utopie ? Ce n’est est pas une,
le sens en est ailleurs.

Elle est là pour vous inviter à réfléchir votre lumière, dans un miroir
non déformant. Si vous le faites, voilà le cheminement de pensée enfin
logique et crédible qui prévaut :

La phrase dit en fait : « Si vous ne vous aimez pas vous-même, et si,
pour le bien de votre âme, il vous est demandé d’aimer autrui comme
vous-même, alors, nous n’aimerez pas non plus autrui. »

La conclusion c’est encore et toujours : commencez par vous aimer
vous-même pour pouvoir aimer les autres comme il faut. Tous les autres.

Nombre de phrases des écritures n’ont pas été élucidées, alors qu’elles
n’ont aucun mystère insondable en elles, et que si vous cherchiez en
faisant la lumière dans le noir, c'est-à-dire en trouvant le sens de l’amour,
tous les sens de l’amour, dans la part d’amour qui est en vous
(comment le trouver dans d’autres lumières, si vous confondez votre vraie
lumière intérieure avec celle des projecteurs, ou des écrits religieux)
vous en verriez très vite le sens.

Que veut dire trouver le sens de l’amour dans votre part d’amour ?
Cela veut dire, écoutez votre âme (votre J’aime) et elle vous dira
tout de suite le sens profond des mots.

Pour appuyer cela, je vais prendre une autre phrase de mon fils qui
n’a pas été comprise : « … Si deux d'entre vous s'accordent sur la terre
pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père
qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom,
je suis au milieu d'eux. »

Si le sens profond de cette phrase avait été « Mettez-vous à plusieurs
pour réussir », il y a belle lurette que tous les binômes ou tous les
trios réussiraient toujours ce qu’ils font. En bien ou en mal, puisqu’il
est question d’une « chose quelconque». La phrase aurait dans ce cas pu
tout aussi bien dire « attaquez une banque à deux, ça marchera, et à trois,
ce sera encore mieux ! »

Alors, s'il n'est pas là, où est le sens profond de cette phrase?

Elle dit « entre vous ». Et elle évoque, ici, de ce qui est EN vous.

Qu’est-ce qui est en vous ?

Un être vivant, incarné, est composé de trois parties.

L’âme, qui est le centre de l’individu, et qui est Amour.
C’est la part de Dieu.

J’aimerais tellement dire « Amour » avec une majuscule, à chaque
fois que je parle de Lui, plutôt que de dire Dieu. Mais ce n’est
malheureusement pas entré dans les mœurs et pas près de l’être.
Alors, tant pis, je prends le risque de passer pour une grenouille
de bénitier et de faire croire que je parle de religion.
Mais plus vous me lirez, mieux vous verrez que je ne suis pas du tout
dans ce thème-là.

Je parlais des trois parties qui composent un individu. La seconde,
c’est l’esprit, dans lequel l’âme se niche. L’esprit est l’outil
qui permet à l’âme de donner et prendre l’amour, c’est l’esprit
qui trouve le moyen, par tous les procédés existants, les plus simples
comme les plus complexes, de communiquer l’amour de l’âme.

Le corps, qui est le vaisseau par lequel l’âme voyage sur la terre.
Et pour l’âme, c’est très compliqué de communiquer son amour,
car l’esprit est accaparé par le corps, n’entend plus l’âme spontanément,
et il faut passer à travers l’esprit, puis à travers un corps,
pour échanger et faire grandir son amour.

Ce qui est En vous, au plus profond, c’est votre âme. Et mon
« deux d’entre vous » fait clairement allusion à votre âme et à
votre esprit. Cela dit, en vérité : Si votre esprit écoute votre âme,
alors, vous avez accès à votre part de Dieu, et dans ce cas, vous
pouvez commencer à faire des miracles, et à créer le paradis tout
autour de vous, pour vous et pour autrui. En cela, le Père vous
entend et vous tient la main, il parle même par votre bouche,
car c’est lui que vous laissez agir.

Alors, qui diable (ou qui Dieu ! ou qui Amour !) est ce troisième
qui est mentionné, « deux ou trois assemblés en mon nom »

Mais c’est le corps, bien sûr ! Parce que votre corps vous véhicule,
certes, mais il peut vous aider à transmettre l’amour de votre âme,
donc de Dieu, en réduisant au maximum son effet de barrage.

Cette phrase veut donc dire : Si vous écoutez votre âme, et si,
dans la conscience de votre esprit, vous vous alliez à votre corps,
pour aller vers le bien, dans le sens de ce qui est dit (« en mon nom »)
alors, c’est Dieu qui est dévoilé en vous et par vous, c’est Dieu
qui peut enfin agir.

Et la dernière phrase signe le propos.

« Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. »

Autrement dit : Quand votre esprit, votre âme, votre corps, agissent
de concert et en conscience, alors, Dieu, qui est au milieu de vous,
c'est-à-dire au centre, c'est-à-dire le plus important, c'est-à-dire votre âme,
c’est à la fois vous, et c’est à la fois moi. Je (en tant qu’Amour universel,
relié à tout l’Amour) suis en vous et vous êtes en moi.

Quand vous arrivez à cela, vous pouvez soulever les montagnes.
La première sera de montrer cet exemple à autrui, pour qu’il fasse le miracle,
enfin, de guérir de ses peines, et de celles héritées de générations anciennes.
Et pour que cet autrui, porté par cette force sans rivale, puisse lui aussi
répandre ce que vous aurez découvert en vous et répandu, afin de donner EN VIE
à tous de commencer à aller mieux, à viser un monde plus beau, plus vrai,
plus vivable, plus équitable. Le balbutiement du paradis sur terre.

Table des messanges